Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Financement du Projet Complexe Phosphate Tébessa    Le MCA rate son premier match    Rabat prête à relever le défi    «Abeid est apte à jouer»    Personnalités et experts adhèrent au dialogue national    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    RUSH DES ALGERIENS VERS LA TUNISIE : Le poste frontalier d'Oum Teboul pris d'assaut!    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Sarko and co    Les monarchies du Golfe « arrosent» le Maroc !    La Russie propose un moratoire aux Etats-Unis    L'ex-wali de Tipasa Ghelaï Moussa en détention provisoire    La rencontre de la société civile reportée, faute d'autorisation    Les Oranais en mode "yetnahaou gaâ"    Des administrateurs pour assurer la gestion    Les Algériennes en stage à Blida    Le labyrinthe    Huawei-Algérie espionnait des personnalités de l'opposition    Hausse de 13% des touristes algériens    Les souscripteurs au programme 300 logements AADL dénoncent    L'éternel frein des tarifs prohibitifs    Bakbouka algéroise    Le rappeur Enima rentre en Algérie    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    20 août 1956 : «La primauté du civil», comme testament de Abane    NAHD 0 - JSK 0 : Ennuyeux !    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Jijel : Les corps des deux disparus en mer repêchés    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Lutte contre la corruption: Zeghmati insiste sur la récupération des fonds détournés    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    DES ATTRIBUTS DE ZOMBIES    Le frère de Abdelghani Hamel arrêté à Oran    Une série de projets de loi et de décrets exécutifs    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    Le Maroc tente d'induire en erreur l'opinion publique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Levée de la suspension temporaire d'importation: Plus de 1.000 produits surtaxés
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 01 - 2019

Au moins 1.095 produits seront désormais libres à l'importation, mais à la condition du paiement, en plus des taxes, d'un droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS). Le ministère du Commerce a enfin annoncé la fin de la suspension temporaire des importations, mise en place par l'ex-ministre Mohamed Benmeradi. Annoncé en octobre dernier par le ministre du Commerce Said Djellab, le gel sur l'importation de 871 produits a été levé officiellement sur la base du décret exécutif n°18-02 du 7 janvier 2018 portant ‘'désignation des marchandises soumises au régime de restrictions à l'importation''. Signé par le Premier ministre Ahmed Ouyahia le 24 janvier 2019, ce décret stipule en son article 1er que ‘'la liste des marchandises soumises à la suspension temporaire à l'importation, citée à l'annexe du décret exécutif n° 18-02 du 19 Rabie Ethani 1439 correspondant au 7 janvier 2018, susvisé, est remplacée par la liste annexée au présent décret''. Cette liste en annexe porte sur les produits qui avaient été temporairement suspendus à l'importation et qui sont dorénavant libres à l'importation. En fait, le dispositif de levée de restriction à l'importation de marchandises est assujetti au paiement, variant entre 30 et 200%, d'une nouvelle taxe, le droit additionnel provisoire de sauvegarde. En principe, tous les produits sont éligibles à ce dispositif, sauf l'importation de véhicules à titre individuel par certaines catégories sociales. En effet, l'article 2 de ce décret dispose que ‘'ne sont pas soumis aux dispositions du présent décret, les véhicules importés dans le cadre du dispositif de collections destinées aux industries de montage, prévu par l'article 58 de la loi de finances pour 2000, par les personnes physiques pour leurs besoins et sur leurs devises propres, selon les procédures prévues par les dispositions de l'article 68 de la loi de finances pour 1999, modifié et complété». En fait, la levée de l'interdiction temporaire d'importation de produits et marchandises, et dont la liste avait été modifiée deux fois, est presque totale, et tous les produits sont de ce fait libres d'importation. Selon le ministère du Commerce, ‘'les opérations d'importation de marchandises s'opèrent désormais librement conformément aux dispositions de l'Ordonnance n° 03-04 du 19 Juillet 2003, modifiée et complétée, relative aux règles générales applicables aux opérations d'importation et d'exportation de marchandises''. «Les marchandises et produits qui ont été soumis à la suspension provisoire à l'importation durant l'année 2018 sont désormais libres à l'importation, moyennant le paiement d'un droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS)», explique le ministère dans un communiqué. La mise en place du DAPS a été mise en œuvre pour réduire le déficit de la balance de paiement, l'encouragement de la production nationale et le développement des industries naissantes, précise le ministère du Commerce, selon lequel la liste des marchandises et produits soumis au DAPS peut faire l'objet d'une «révision» et d'une «actualisation périodique» en fonction de l'''évolution de la mise à niveau des entreprises nationales par rapport à la concurrence internationale'' et sur la base du suivi de volume des importations desdits produits en coordination avec les secteurs économiques et les représentants des filières concernées. Pour faire face aux pratiques déloyales en matière d'importation, un dispositif du suivi des importations des produits soumis au DAPS est mis en place par le ministère et les Douanes, indique-t-on de même source.
Retour aux accords internationaux
Les groupes de produits désormais libres d'importation, à condition de payer en plus des taxes le DAPS, sont notamment les viandes blanches et rouges (à l'exception de la viande bovine congelée), les fruits secs, les fruits frais (à l'exception de la banane), les légumes frais, la préparation de viandes, la préparation de poissons et les fruits conservés ou préparés. Il y a également dans le listing les préparations alimentaires, les préparations pour soupes et potages, les dérivés de céréales, le ciment, les produits cosmétiques et les papiers d'hygiène, ou les produits plastiques, les caisses et caissettes en bois, les tapis et autres revêtements de sol en matières textiles, le marbre et le granit finis, la céramique finie, les produits en céramique, le verre et l'ouvrage en verre, les ouvrages en fonte, l'aluminium et l'ouvrage en aluminium. Pour autant, le ministère du Commerce précise que sont toujours interdits à l'importation le matériel roulant relevant des positions tarifaires «87. 01, 87. 02, 87. 03, 87.04 et 87. 05», et ce, conformément aux dispositions du décret exécutif n 19-12 du 24 janvier 2019, modifiant et complétant le décret exécutif n 18-02 du 07 janvier 2018, portant désignation des marchandises soumises au régime des restrictions à l'importation. En clair, l'importation de tous les produits interdits depuis l'ère Benmeradi, dont les différents types de viandes, de produits cosmétiques, de produits laitiers et de confiserie seront de nouveau libres d'importation, mais soumis, en plus des taxes douanières habituelles, à une autre taxe, le DAPS, qui peut aller de 30% à 200% de la valeur de la marchandise. Officiellement, le DAPS a été introduit pour protéger la production nationale contre les produits importés, notamment d'Europe, plus compétitifs et de meilleure qualité. Officieusement, pour se mettre en conformité avec les accords et conventions internationales signées avec les grands ensembles économiques, notamment avec l'UE, dont la commissaire au Commerce, Cecilia Malmeström, avait protesté contre les restrictions aux importations décidées par l'Algérie. Au mois d'avril dernier, elle avait en effet estimé que l'Algérie ne respectait pas ses accords commerciaux avec l'Union européenne: ‘'l'Algérie, beaucoup des choses qu'ils font, ne sont pas en conformité avec nos accords de libre-échange». D'où cette précision du directeur des Echanges commerciaux au ministère du Commerce que la levée du gel de l'importation frappant 871 produits «sera accompagnée par l'obligation aux importateurs de s'acquitter d'une taxe au titre du droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS), comme mesure devant accompagner les engagements internationaux en matière de Commerce extérieur».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.