Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mines: Cap sur le phosphate, le zinc et l'or
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 01 - 2019


  Le secteur minier national doit être, selon Mourad Hanifi, directeur général des Mines, au ministère de l'Industrie et des Mines, «un vecteur de croissance des autres industries.» Il a indiqué, hier mardi, à la Radio nationale, que le ministère «travaille pour développer le secteur minier, qui doit être une source de création de richesses et d'emplois, dans les zones isolées notamment.» Le secteur minier doit, surtout, offrir des produits miniers de qualité pour, selon M. Hanifi, «les industries de transformation.» Faisant un bref bilan du secteur, il a indiqué qu' «il y a actuellement sur tout le territoire national 1.500 exploitations minières, qui exploitent 31 produits miniers et emploient 33.000 travailleurs», expliquant que «80% des entreprises sont algériennes et de statut privé». La production du secteur minier est destinée aux secteurs de la transformation et du BTP, et «les besoins de l'Economie nationale pour ces produits sont satisfaits», ajoute t-il, avant de souligner que le ciment, «après avoir connu des périodes difficiles, est actuellement exporté par le groupe Gica.» M. Hanifi ajoute qu'il y a également «le granulat dont la production est passée de 5 millions de m³, en 2000, à 70 millions de m³, en 2018. «il y a aussi l'argile pour les produits rouge, le gypse pour le plâtre, et pour ces produits, le secteur a réussi à subvenir aux besoins du marché, et donc il n'y a pas de tension sur ces produits.» Par contre, «il y a d'autres produits miniers que nous ne produisons pas assez», a-t-il reconnu, notamment «le phosphate avec une production de seulement 1,2 million de tonnes, ce qui est insuffisant.» «Le phosphate, a-t-il précisé, est commercialisé sans transformation», alors que la production de fer est de 1,2 million de tonnes dans le gisement de Boukhadra et est destinée au complexe sidérurgique d'El Hadjar, le zinc à Oued Amizour et l'or à Amessmassa, dans le Hoggar. «Maintenant, le défi est de développer les minerais dont le zinc, le plomb, l'or et le phosphate», affirme le directeur général des Mines, qui a annoncé un projet de transformation du phosphate pour la production d'engrais. «Le gisement est à Bir El Atter, à El Hadba. Pour son traitement, le minerai sera envoyé à Souk Ahras pour la production de l'acide phosphorique, qui sera à la base de la production d'engrais à Hadjret Essoud, à Skikda, avec un investissement global de l'Etat de 6 milliards de dollars et la création de 3.000 emplois directs.» Cet investissement «va nous permettre de traiter notre phosphate, localement, et de l'exporter», relève M. Hanifi. Pour les projets en cours d'études ou de lancement, il a cité «le gisement de zinc de Oued Amizour, qui a été retardé du fait que les études menées ont montré que les méthodes d'exploitation proposées, en 2010, avaient un impact sur la sécurité et l'environnement. Il y a une autre étude en cours, et au 1er semestre de cette année, ce projet entrera en fonction». Le domaine minier national est vaste, avec près de 4,2 millions de km², et « qui est peu exploré: la stratégie est de développer des programmes pour connaître l'infrastructure géologique de recherche et d'exploration », explique le représentant du ministère de l'Industrie, selon lequel « l'Agence des services géologiques de l'Algérie (ASGA) a un programme sur trois années. » « Pour l'exploitation minière, il y a un programme pour les différentes régions du pays avec une enveloppe de 10 milliards de DA, comme budget pour la découverte de gisements miniers nouveaux, avec la collaboration de l'ASAL pour la télédétection », a-t-il ajouté, avant de relever, par ailleurs, que pour le méga-gisement de fer de Gara Djebilet, « nous avons avancé dans les études pour développer ce gisement, car il y a un besoin en minerai de fer avec l'entrée en production de plusieurs complexes sidérurgiques. Le problème avec ce gisement est que le minerai comporte un élément nuisible, le phosphore qu'on doit éliminer. » « Les études travaillent sur ce point pour éliminer ce minerai », a-t-il expliqué, avant d'annoncer qu' « il y aura un partenariat étranger pour développer ce gisement.» Sur les gisements aurifères, le représentant du ministère a indiqué que ce sont « des filons isolés, et donc qu'on ne peut les exploiter de manière industrielle. Nous faisons des études pour exploiter ces filons de manière artisanale et donner des autorisations minières pour faire participer les jeunes Algériens à l'exploitation artisanale, de ces filons. On aura dans les prochains mois les résultats de ces études. »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.