Golan occupé.. Les habitants du Golan dénoncent Washington    Eliminatoires CAN 2019 U23 (match aller).. Guinée Equatoriale 0 Algérie 0    ligue 1.. Lamine Kebir : «L'USMA a toujours son destin entre les mains»    Journée internationale des forêts.. Près d'un million d'arbres ont été plantés en Algérie    Festival «lire en fête» à Khenchela.. Grande affluence    Tébessa.. Deux bombes artisanales détruites    En amical hier à Paris.. La JSK s'incline face au Red Star (1-0)    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Trucs et astuces    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inondations d'Annaba: L'ONM a sous-estimé l'ampleur des précipitations
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 01 - 2019

Les inondations des zones urbaines, comme cela a été malheureusement enregistré la semaine dernière à Annaba où il y a eu trois morts, «ne se passent pas seulement en Algérie», s'est défendue, hier mercredi, la directrice de l'assainissement et de la protection de l'environnement au ministère des Ressources en eau, Nora Frioui.
Elle a expliqué à la radio nationale que ce phénomène est de plus en plus fréquent à cause «du dérèglement climatique», qui frappe beaucoup de pays dans le monde. Pour les inondations de la semaine dernière à Annaba, elle a indiqué que «ces inondations sont dues à des pluies exceptionnelles.
Le BMS de Météo Algérie avait annoncé un cumul de 40 mm de pluie, et nous avons reçu 140 mm, ce qui correspond à 51 jours de pluie». «En plus, à Annaba, le relief est accidenté, les oueds étaient en crue et il y avait une forte houle, ce qui avait empêché les eaux de l'oued Seybouse de se déverser en mer, et donc ont provoqué des inondations urbaines», a-t-elle ajouté. Pour autant, la représentante du ministère des Ressources en eau a affirmé que «nous sommes conscients de ce phénomène et on doit adopter les mesures nécessaires pour y faire face», avant de relever que «les prévisions de l'Office national de la météorologie ont annoncé un BMS (bulletin météo spécial), mais les précipitations ont été sous-estimées et cela a occasionné des dégâts».
Déjà, en 2014, le ministère des Ressources en eau s'était engagé à réaliser un barrage écrêteur sur l'oued Bouhdid, avec un coût de plus de 5 milliards de dinars. L'ex-directeur de l'assainissement et de la protection de l'environnement au ministère, Ahcene Aït Lamara, avait annoncé qu»'à l'achèvement de cette infrastructure, on pourra dire que la wilaya d'Annaba sera définitivement sécurisée». Mais aucun barrage écrêteur n'a été réalisé depuis. L'actuelle directrice de ce département Nora Frioui a rappelé, par ailleurs, qu'après les terribles inondations de 2001 à Bab El Oued, puis à Ghardaïa et Sidi Bel Abbès, «il y a eu des mesures de lutte contre les inondations réalisées depuis les années 2000 avec 200 projets de protection de crues». «Plus d'une centaine de villes ont été protégées contre les inondations, mais aujourd'hui, il faut d'autres mesures structurelles, dont l'amélioration de la coordination entre les différents intervenants. Il y a également un effort à faire, une coopération» entre les différents intervenants, comme les ministères de l'Intérieur, des Transports, de l'Habitat et l'Urbanisme. En outre, elle a plaidé pour une lutte plus efficace contre «l'urbanisation anarchique et les constructions sur les lits des oueds, car il y a eu des inondations dans les zones urbaines, en dépit des mesures prises en 2001'', après la catastrophe de Bab el Oued.
A travers le territoire national, «il y a 689 sites inondables dont 233 présentant un risque élevé», a indiqué d'autre par la même responsable, qui a précisé qu»'il y a un plan d'action, qui est engagé pour prendre en charge en priorité ces sites». Et, «pour chaque site, il y a des plans de prévention du risque inondations (PPRI) dotés d'un certain nombre de mesures en terme d'urbanisation, comme la destruction des habitations en cas de danger ou de crues et reloger ensuite leurs habitants», explique Nora Frioui, qui a ajouté qu»'actuellement, on travaille sur 30 sites pilotes, et à partir de là, on va élaborer un décret et les dispositions y afférentes pour les situer sur les plans d'occupation des sols». Elle a rappelé qu'il existe un plan de prévention national contre les risques d'inondations avec le curage de 2.200 kilomètres d'oueds qui traversent les zones urbaines avec une enveloppe financière de 17 milliards de dinars. «C'est un plan d'action triennal, qui va être mis en oeuvre de 2019 à 2021''. Selon le ministère de l'Intérieur, il y a eu 47 milliards de DA de pertes à travers 22 wilayas en 2018 à cause des inondations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.