Le FLN «rejoint» le mouvement populaire    Refus des visas pour les Algériens    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    A propos de l'acheminement gratuit du gaz vers la France    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Manifestations populaires et perspectives    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Le GSP bat Prisons du Kenya et passe en quarts    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Saisie de plus de 1.800 comprimés psychotropes    Les déboires des riverains continuent    Première section de formation pour les enfants autistes    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Lamamra maintient le cap    Dylan Bronn forfait face à l'Algérie    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    Célébration du 19 mars à El Tarf.. Plusieurs projets inaugurés    Baisse de la facture d'importation des collections CKD.. Quel impact sur les prix ?    Eliminatoires Coupe d'Afrique des Nations 2019.. Mobilis fidèle aux Verts    1e journées du court-métrage de Ain Kebira.. «Kayen Ouela Ma Kanech» remporte le 1er prix    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    SOUTIEN DU RND A LA CANDIDATURE DU PRESIDENT : Ouyahia corrige son porte-parole    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Le torchon brûle entre Mellal et la FAF    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 02 - 2019

A l'instar d'autres villes européennes et latino-américaines, la ville d'Oran a été retenue pour abriter, le 5 mars prochain, le 80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole (17 juillet 1936 - 1er avril 1939), a-t-on appris auprès de Mme Immaculada Jimenez, directrice de l'institut Cervantès d'Oran. Un choix approuvé par le Parlement espagnol qui a décidé d'inclure, dans le programme de célébration, Oran qui a accueilli, rappelons-le, les exilés républicains. La fin de la Guerre civile espagnole et la défaite républicaine entraîna un important flux migratoire du nord vers le sud avec l'arrivée, dès février 1939, de milliers d'exilés espagnols en Algérie. Les hommes arrivés à Oran sont transférés dans la cinquantaine de camps d'internement ouverts dans le pays dont cinq à Oran, où les exilés espagnols sont confinés par l'administration coloniale française. Les républicains espagnols ont été traités comme des prisonniers de guerre, alors que c'étaient des civils, hommes, femmes et enfants, fuyant la guerre civile en Espagne, souligne-t-on. Dès le 31 mars 1939, une lettre du Gouverneur général d'Algérie (GGA) au ministre de l'Intérieur l'informe que le total des réfugiés espagnols en Algérie s'élève à 5100 personnes, auxquelles il faudrait ajouter un nombre indéterminé d'individus arrivés individuellement et hébergés par leurs familles. Deux camps sont alors ouverts dans le département d'Oran, l'un à Relizane et l'autre à Aïn El Turck. Cependant, les autorités administratives décident, pour des raisons politiques, de les transférer vers des camps dans le département d'Alger. Ainsi, le préfet, dans une lettre datée du 14 avril 1939, adressée à son homologue d'Alger, l'informe qu'il « pourvoit à l'entretien de 4265 réfugiés espagnols » et demande leur évacuation vers les camps du département d'Alger. La raison invoquée est que « la population européenne du département d'Oran est à 80% d'origine espagnole ». Les réfugiés espagnols sont rapidement internés dans des camps et il est proposé de les utiliser comme main-d'œuvre à bon marché dans les secteurs des ponts et chaussées (travaux ferroviaires et routiers, comme la construction de la transsaharienne), dans l'agriculture (greffe d'oliviers sauvages).
Ainsi et pour marquer cet évènement placé sous le thème de l'exil espagnol, une cérémonie d'inauguration de la bibliothèque de l'institut Cervantès d'Oran sera organisée le 5 mars prochain en présence d'une forte délégation espagnole dont la ministre de la Justice espagnole, le directeur général de la mémoire historique, le directeur général de l'institut Cervantès, l'ambassadeur d'Espagne à Alger, le consul général d'Espagne à Oran, des professeurs universitaires espagnols et algériens et de nombreux convives dont les autorités civiles algériennes. Cette bibliothèque sera baptisée du nom du photographe catalan Francisco Boix Campo, né le 14 août 1920 à Barcelone et mort le 4 juillet 1951 à Paris, apprend-on encore. Ce républicain espagnol est exilé en France en 1939 où il est emprisonné avec plus de 7000 Espagnols à Mulhouse. Considéré comme un prisonnier politique, il est déporté ainsi que ses camarades au camp de concentration de Mauthausen, le 27 janvier 1941 où il est affecté au service d'identification du camp. Ce clin d'œil à l'histoire fera également l'objet d'une table ronde avec pour thème l'exil républicain espagnol. Plusieurs témoignages seront apportés à l'occasion par des historiens et des universitaires sur l'exil espagnol notamment à Oran.
Pour rappel, à partir du XIXe siècle, une importante émigration a quitté l'Espagne pour l'Algérie et le flux a atteint son intensité maximale entre 1830 et 1880, et plus largement 1914, même s'il a duré pendant toute la période coloniale. Ce phénomène migratoire a concerné inégalement le territoire algérien en corrélation avec la proximité géographique, l'implantation décroissant de l'ouest vers l'est pour être négligeable dans le Constantinois et a donné naissance à la collectivité étrangère la plus nombreuse présente sur le sol algérien et des liens étroits étaient maintenus avec le pays d'origine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.