Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand les Haïtiens sont tués en laissant de marbre D. Trump
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 02 - 2019

Depuis le 7 février d'imposantes manifestations populaires contre le pouvoir en place paralysent Haïti, pays compté parmi les plus pauvres de la planète. Les Haïtiens sont descendus dans la rue pour protester contre la corruption qui gangrène les autorités dirigeantes et la misère à laquelle ils sont réduits.
Au moins une dizaine de manifestants ont été tués par les forces de sécurité déployées. Ce qui n'a pas mis fin au mouvement de protestation qui réclame la démission du président du pays Jovenel Moïse et le départ de son gouvernement. Ce qui se passe pourtant à Haïti n'a suscité de réaction ni à Washington ni dans les autres capitales occidentales qui ont promptement pris position en faveur des oppositions vénézuélienne et nicaraguayenne qui animent elles aussi un mouvement similaire contre les présidents de leurs pays respectifs.
Leur silence n'a rien d'étonnant compte tenu que dans la crise haïtienne les cibles de la colère populaire sont les auxiliaires de leur mainmise sur ce pays et que la colère des manifestants s'exprime également contre elle.
Le pouvoir haïtien pourra probablement continuer à réprimer la contestation qui s'amplifie et à tuer des manifestants sans comme dans les cas du Venezuela et du Nicaragua être sanctionné ou menacé d'ingérence «humanitaire» par Washington et d'autres capitales occidentales. S'il est pourtant un pays où le concept d'ingérence «humanitaire» aurait quelque sens c'est bien Haïti où la misère atteint un sommet effroyable du fait de la situation économique haïtienne désastreuse que les gouvernants à la botte des Etats-Unis ont laissé s'aggraver occupés qu'ils ont été à dilapider les caisses de l'Etat et à détourner l'aide financière internationale dont Haïti a bénéficié. Donald Trump qui s'apitoie sur la misère des populations du Venezuela et du Nicaragua est de marbre devant celle des Haïtiens dont les raisons de la colère démontrent que l'Amérique n'a rien contre les gouvernements qui pillent et répriment leurs citoyens tant qu'ils ne remettent pas en cause l'ordre et la «pax americana».
Le Vénézuélien Maduro et le Nicaraguayen Ortega ont pour crime impardonnable aux yeux du vindicatif président américain d'avoir transgressé cet interdit. Jovenel Moïse que les Haïtiens veulent dégager essuiera probablement quelques remontrances officielles de la part des Etats-Unis et d'Etats européens, mais il ne sera nullement question pour ces pays de mettre en branle contre lui et son gouvernement la machine à destitution qu'ils ont mise en place contre Maduro et Ortega. Le peuple haïtien le sait bien et le clame en dénonçant leur collusion avec le pouvoir pourri haïtien contre lequel il est entré en rébellion.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.