Man United : Le vestiaire n'est pas au beau fixe...    Le fiasco Bensalah    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    Sous le spectre du boycott    Abdelkader Zoukh remplacé par Abdelkhalek Sayouda    De lourdes charges contre les Kouninef    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Washington resserre l'étau autour de Téhéran    Complément différentiel et montant-revalorisation    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Le bilan des combats à Tripoli s'élève à 254 morts    Aide mensuelle de 100 millions de dollars pour la Palestine    La justice militaire passe à l'acte    Le maintien encore possible    Inédite mobilisation pour secourir les supporters blessés    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Belamri se blesse    5 morts dans l'effondrement d'un immeuble de la Basse-Casbah    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Les étudiants maintiennent la pression    …sortir…sortir…sortir…    Zoukh sprinteur    Loin des yeux, près des cœurs ! (fin)    USMA: Kebir regrette d'avoir fait jouer Ibara    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Sri Lanka: le bilan des victimes s'alourdit à 310 morts    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    L'exception algérienne    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Recettes douanières : Hausse de plus de 2% en 2018    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Ça chauffe à Aïn Berda    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    La condition féminine en débat    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rien de nouveau à l'horizon
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 03 - 2019

Alors que le mouvement populaire entre dans sa cinquième semaine de contestation, ne montrant aucun signe d'essoufflement, le mieux qu'on puisse dire c'est qu'en face les réponses restent en deçà des attentes exprimées par la rue. La dernière est venue d'un Lakhdar Brahimi, médiateur officieux, même s'il réfute ce titre, affirmant que sa présence ne répond pas à une offre de service pour vendre la feuille de route de Bouteflika, et elle ne diffère pas trop des réponses déjà entendues du côté du clan présidentiel. L'ancien diplomate, dont la médiation est catégoriquement rejetée par le «hirak», s'est de nouveau appuyé sur un argumentaire développé par les partis dits de la majorité présidentielle, mettant en garde contre un scénario à l'irakienne. S'il reconnaît que le message de la rue a été entendu en haut et que la revendication de changement au sein des Algériens «est parfaitement légitime», il a appelé à ne pas verser dans la précipitation, réitérant l'option d'une transition organisée et structurée.
Brahimi admet l'existence d'un «blocage» dû à l'intransigeance des deux parties à camper sur leurs positions. La rue exigeant le départ du système en place et les tenants du pouvoir à l'ouverture d'un dialogue inclusif, allant jusqu'à choisir des représentants du «hirak» puisés parmi une société civile que personne n'a mandatés pour parlementer à sa place. Pour lui, les partisans du «partez tous» doivent s'asseoir à la table des négociations pour «commencer à parler» pour mettre en forme un programme pour l'avènement «d'une deuxième République». L'intervention radiophonique de Brahimi n'apporte strictement rien de nouveau à la situation si ce n'est son invitation aux leaders du mouvement au dialogue. Un appel qui témoigne de l'échec de l'initiative de Bedoui qui avait apparemment sous-estimé la réaction des Algériens face à de prétendus représentants cooptés par l'administration et vendus comme de véritables émissaires du «hirak».
Pendant ce temps, le RND et le FLN continuent à se replacer en fonction des nouvelles donnes nationales. Ouyahia, débarqué au profit de Bedoui, a déclaré dans une lettre adressée à son parti qu'il faut répondre dans les meilleurs délais aux aspirations du peuple. Fidèle à sa réputation, il a expliqué qu'il suffit de certaines concessions pour calmer l'élan de révolte populaire pacifique, n'oubliant pas de se référer au spectre du dérapage et de la violence. Comme solution, il propose, lui, un grand débat national dans lequel il compte jouer un rôle avec le RND. Du côté du FLN, on joue la survie même du parti en tant que structure partisane et on n'hésite plus à se démarquer publiquement de la direction politique actuelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.