Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MC Oran: Le spectre de la relégation hante les esprits
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 03 - 2019

Le spectre de la relégation commence à envahir sérieusement l'esprit des milliers de fans du MCO après la déroute essuyée avant-hier à Sétif. C'est la première fois depuis le début de saison que le Mouloudia d'Oran concède une défaite d'une telle ampleur (4-1) face à une équipe de l'ESS, secouée pourtant par une crise interne, d'autant plus que le match s'est déroulé à huis clos. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, cette déroute est intervenue juste après les surprenants changements opérés au niveau du staff technique. Kinane et Bekadja, poussés vers la porte de sortie sans, faut-il le souligner, commettre de fautes professionnelles. Ces derniers accusent Jean Michel Cavalli, avec la complicité d'un membre du staff technique d'être derrière cette décision. Une décision qui n'a aucun sens à une période très sensible où le club joue sa survie en Ligue 1. Encore plus, l'indiscipline règne toujours au sein du groupe. Au MCO, on a l'impression que les joueurs sont payés pour gagner des matches dans la presse et pour « jouer » contre les arbitres et ce, pour dissimuler leurs insuffisances. C'est ce qui arrive quand un club de la trempe du Mouloudia d'Oran est géré d'une manière chaotique. Qui est derrière le retour de Cavalli et sur quels critères ? Pourquoi a-t-on engagé Belatoui pour le limoger ensuite pour résultats insuffisants ? Qui a démis de leurs fonctions Kinane et Bekadja ? Pourquoi a-t-on libéré autant de joueurs durant le mercato hivernal sans, pour autant les remplacer ? Les questions sont nombreuses et tout indique qu'il y a anguille sous roche. Car, suivant une certaine logique dans la gestion d'un club soi-disant professionnel, toutes ces décisions devraient être prises par le conseil d'administration. Or, au MCO, ce sont quelques « étrangers » au club, se prévalant d'être des « conseillers » de Baba, qui sont à l'origine de cette situation que l'on peut qualifier de désastreuse. A ce rythme, l'avenir du grand club de l'Ouest est plus que jamais compromis avec des joueurs qui font la loi par leurs comportements. Heriat, à titre d'exemple, s'illustre par des cartons gratuits, alors que les autres ont prouvé pour la énième fois qu'ils ne possèdent pas les critères requis pour porter le maillot des regrettés Fréha, Hadefi, Beddiar et autres figures ayant marqué l'histoire du club. Cavalli, présenté par Baba comme le messie et le sauveur du Mouloudia, ne donne pas l'impression de maîtriser le groupe. Certains se demandent déjà si le coach français possède le profil de l'entraîneur adapté aux ambitions et au passé du MCO. Il est difficile de répondre, mais les résultats actuels ne plaident pas en sa faveur, d'autant plus que Cavalli s'acharne à imposer un système de jeu qui ne sied guère aux potentialités de ses joueurs. A présent, au MCO, on est en train de jouer avec le feu. C'est la réalité du terrain qui le confirme. A six journées de la fin du championnat, le MC Oran se trouve réellement menacé par la relégation. Les autorités locales sont interpellées pour essayer de trouver les solutions qui s'imposent pour sauver le club. « On a l'impression que le MCO n'intéresse plus personne », nous a déclaré un fervent supporter.
Affaire d'Hyproc : ça coince !
La fameuse histoire des bilans qui bloquent les transactions avec la société Hyproc n'a pas encore connu son épilogue. Les trois membres choisis pour les négociations avec les responsables d'Hyproc, ont affirmé que les bilans sont prêts, et il ne reste que l'organisation de l'assemblée extraordinaire des actionnaires pour approbation des bilans ainsi que la désignation du commissaire aux comptes, comme exigé par la loi. On a appris qu'une réunion dans ce sens devait avoir lieu avant-hier pour préparer l'AG. Mais comment peut-on provoquer une réunion alors que l'équipe se trouvait à Sétif ? Voilà une perte de temps qui ne joue pas en faveur du MCO. Les dirigeants actuels et les anciens, concernés par les bilans, sont appelés à réagir, car il n'y a plus de temps à perdre, afin de permettre à Hyproc de passer à l'action. Car, entre le souhait et la volonté de la venue de ladite société, il y a toute une nuance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.