Real Madrid: Benzema, un record de la tête en 2019    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Man United : Pour Mourinho, son limogeage était mérité    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Début de la révision des listes électorales    Une nouvelle marche populaire pour la libération des détenus à Chemini    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le niet de Benbitour    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Les syndicats chez le ministre    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Le procès renvoyé au 29 septembre    Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    On adopte la règle du pollueur payeur    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    GALETTE ET PETIT-LAIT    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une feuille de route morte et enterrée
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 03 - 2019

Pour le cinquième vendredi de mobilisation citoyenne contre le régime et pour la démocratie, les Algériens sont à nouveau descendus dans la rue pour démontrer au pouvoir qu'ils restent déterminés à obtenir son départ et que leur résolution n'est nullement entamée par les subterfuges et manœuvres qu'il a déployées pour tenter d'arracher à leur mouvement populaire un compromis lui permettant de rester acteur dévoyant du processus à mettre en place visant à l'instauration d'une nouvelle République.
Ce vendredi encore, Bouteflika et son clan se sont vu signifier le rejet irrévocable de leur feuille de route et l'exigence qu'ils quittent sans préalable un pouvoir qui de l'aveu même de personnalités de leur camp est exercé par des forces extraconstitutionnelles. Cette usurpation du pouvoir devenue vérité avérée conforte le mouvement populaire dans son intransigeance à ne faire aucune concession reconnaissant à ce pouvoir d'être partie prenante à la solution de sortie de la crise politique qu'il a lui-même suscitée. Dès lors et malgré l'obstination perverse du clan présidentiel à s'en tenir à sa feuille de route, celle-ci n'a pas la moindre chance de début de mise en œuvre. Preuve en est dans les rebuffades qu'ont essuyées Noureddine Bedoui qu'il a chargé de constituer un gouvernement à la composante censée convenir au mouvement populaire et Lakhdar Brahimi à qui il a confié mission de vendre le projet de conférence nationale inclusive prévu dans la feuille de route.
L'obstination de ce camp qui bute sur la détermination populaire à faire dégager sans condition le régime projette le pays dans une impasse qui peut donner lieu à des dérives dangereuses. Pour en prémunir le pays, le mouvement populaire doit certes continuer sa pression pour contraindre le noyau du pouvoir qui fait encore bloc autour de la feuille de route présumée avoir été concoctée par Bouteflika à renoncer à ce projet. Mais il doit également lui aussi produire une feuille de route qui fasse consensus dans ses rangs et rallie à elle les forces au sein du régime qui hésitent encore à retirer leur soutien à ce clan et à sa feuille de route en prétextant de la situation de vide qu'entraînerait le départ de Bouteflika dans les conditions posées par la mobilisation citoyenne.
Des initiatives et des propositions visant à doter le mouvement populaire d'une plate-forme politique cernant ce qui doit être entrepris pour garantir une transition pacifique devant accoucher d'une nouvelle République ont été lancées ou sont en maturation. Ce qui dénote qu'il y a prise de conscience dans ce mouvement que le « dégagisme » qui l'a agrégé n'est pas fin politique en soi pour le projet de refondation de la République et de l'Etat algérien dont il est porteur. Reste à savoir si ces initiatives et propositions susciteront des convergences qui mettront le mouvement populaire à l'abri des dissensions et discordes qui déliteraient sa principale force qu'est son unité dont il fait montre depuis cinq semaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.