Comment faire du Bouteflika sans Bouteflika    Référendum sur la constitution en Egypte : Un plébiscite pour renforcer le pouvoir d'Al Sissi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    On vous le dit    Jijel : Des aigles retrouvés morts dans la nature    Décès de l'historienne Annie-Rey Goldzeiguer    Réconciliation historique    Musique : Amgud ula ahriq nouvel album d'Idir Akfadou    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    UAFA - Incident entre Raouraoua et Bahloul: La FAF réagit et exige des excuses    Tizi Ouzou, Bouira: Imposantes marches pour le printemps berbère    Une mascarade de plus au détriment de l'intérêt national    Le choix des armes    51 morts sur les routes en une semaine    Pour réclamer leur dû auprès de l'APC d'Oran: Des entreprises privées, chargées des démolitions des habitations protestent    Plusieurs quartiers et cités ciblés par l'opération: Vers la réhabilitation des façades de 433 immeubles    Rencontre des Fédérations de wilaya, aujourd'hui, à Alger: L'UGTA à l'heure du changement    128 millions de mètres cubes: Situation rassurante des réserves en eau    RND: Des dizaines de militants demandent le départ de Ouyahia    Le quart de rôle de Bensalah    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    En soutien aux revendications du Hirak populaire : Les avocats poursuivent le boycott des audiences    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Transition politique : Me Brahimi plaide pour la mise en place d'une commission souveraine    Création de zones de pêche réglementées : Pour une exploitation durable de la ressource halieutique    Bourses : L'Europe finit en légère hausse avant le week-end de Pâques    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    CAN-2019 (préparation): Algérie - Mali le 16 juin à Abu Dhabi    FAC : L'AG élective fixée pour le 27 avril    13 présumés auteurs de crimes et délits interpellés    Légère baisse des importations    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    Ould Abbès obtient l'autorisation    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    Un 39e anniversaire particulier    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    La semaine du titre pour le Barça ?    Papicha sur la croisette    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le départ immédiat du Président constitue la solution»
Benflis est catégorique :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 03 - 2019

Le parti Talaiou El Houriyet, de l'ancien chef de gouvernement Ali Benflis, est catégorique : «Le départ immédiat du président de la République et des forces extraconstitutionnelles, comme le demande le peuple algérien en marche, constitue une exigence pour l'ouverture de perspective à la solution de la crise.» Pas moins. De fait, le parti rejette toutes les «offres» du pouvoir contenues dans le message à la Nation le 11 mars.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Dans un communiqué de son bureau politique, réuni hier samedi en session extraordinaire, le parti a, en effet,procédé « à l'examen de la situation politique à la lumière de la marche grandiose du 15 mars 2019 et du rejet catégorique de la lettre à la Nation en date du 11 mars 2019.»
D'emblée, le bureau politique dit « saluer la marche du vendredi 15 mars durant laquelle le peuple algérien a rejeté massivement les manœuvres du pouvoir politique en place visant à sauver le régime et spolier le mouvement populaire de son objectif de changement radical du système politique ». Rendant hommage à la forte mobilisation de la population et exprimant sa satisfaction quant à l'attitude des forces de l'ordre, le parti de Ali Benflis qualifie, par ailleurs, de « manœuvre grossière », de «supercherie » et de « coup de force » la lettre à la Nation du 11 mars 2019. « Dont le contenu est à la fois une manœuvre grossière pour sauver le régime et lui permettre de gagner du temps pour se préparer à de futures échéances électorales, et une manipulation pour diviser le mouvement de protestation et le détourner de sa trajectoire politique .»
Fidèle à sa ligne, constante depuis sa création en 2014, le parti de Benflis dénonce, sur sa lancée, «la supercherie des forces extraconstitutionnelles qui continuent à attribuer lettres et messages à la Nation à un Président malade, supercherie qui a atteint son paroxysme avec la lettre de présentation de la candidature du Président absent, à son insu, à la plus haute fonction de l'Etat ».
De même que le parti dit dénoncer, aussi, « les manœuvres désespérées de ces forces extraconstitutionnelles à travers ce coup de force qui permet au président de la République de bénéficier d'une prorogation du 4e mandat pour une durée indéterminée, en violation flagrante , caractérisée et provocatrice , de la Constitution, faisant fi de la volonté populaire et des revendications du peuple algérien ».
Plus explicite encore, le parti démantèlera, point par point, les principales annonces du 11 mars rejetant, au demeurant, le tout « dans la forme et dans le fond ».
Pour Benflis, « le pouvoir politique en place, qui continue de feindre de ne pas comprendre le message populaire (…) porte une lourde responsabilité devant le peuple algérien et devant l'Histoire ». Dénonçant également la déclaration du Président français, le parti se dit « étonné que le chef d'Etat d'un pays démocratique exprime son soutien public à un pouvoir politique qui vient d'opérer une véritable rébellion contre la Constitution (…) ».
Enfin, et à la lumière des nouvelles donnes sur la scène politique, le parti de Ali Benflis réitère son appel à une union de l'opposition : « Le bureau politique considère que la période cruciale que vit notre pays commande à l'opposition de serrer les rangs pour traduire les aspirations populaires en actions et initiatives visant à concrétiser ces aspirations .» Une union qui demeure toutefois extrêmement difficile à concrétiser et dangereusement menacée par son aspect « inclusif » , y compris des dirigeants de l'ex-FIS…
K. A


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.