Le général Chentouf a fui via l'aéroport d'Oran    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Al-Sadd.. Bounedjah frappe encore    Fédération algérienne de cyclisme.. Barbari seul candidat à la présidence    Effondrement d'une bâtisse à la Casbah.. Les bouquinistes rendent hommage aux victimes    Msila.. Psychotropes saisis    Grève à l'Université de Sidi Bel Abbès.. Les étudiants passent au vote    Baromètre.. En Baisse : Djamel Ould Abbès    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    La Chine dénonce Washington    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    EL KERMA (ORAN) : Sit-in des élus devant le siège de l'APC    ORAN : 2 éléments de soutien aux terroristes arrêtés    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DES WALIS : Abdelkader Zoukh limogé    EN MARGE DE SA VISITE A LA 1EER REGION MILITAIRE : Gaid Salah désapprouve le boycott du dialogue    Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    L'opération de révision exceptionnelle des listes s'est achevée hier    «Je n'ai peur d'aucune équipe»    Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Fausses statistiques, vraies subventions    Les frères Kouninef devant le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Bouira : Les étudiants manifestent en masse    Pétrole: le panier de l'Opep à plus de 72 dollars le baril    Les recettes douanières en légère hausse en 2018    Complément différentiel et montant-revalorisation    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Décès d'un supporter    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    …sortir…sortir…sortir…    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Le bal des hypocrites    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    La déliquescence de l'Etat    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    La condition féminine en débat    Hommage à Yamina et Malika...    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gaz gratuit pour la France et rupture des relations avec Exxonmobil: Les réponses de Sonatrach
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 03 - 2019

Ni gaz gratuit pour la France ni rupture des relations avec les partenaires étrangers sont les deux messages forts délivrés par Sonatrach, à travers son vice-président des activités de commercialisation, Ahmed El-Hachemi Mazighi.
Dans un entretien accordé à l'APS, ce dernier a répondu aux deux principales interrogations qui ont secoué la rue algérienne et particulièrement l'information concernant des exportations gratuites du gaz à la France. «Non, l'Algérie n'a jamais exporté gratuitement du gaz ou autres produits liquides» des hydrocarbures à ses clients, a affirmé El-Hachemi Mazighi, ajoutant qu'«il est impossible» de le faire que ce soit vers la France ou un autre pays».
Dans son explication, il rappelle certains principes en matière d'exportation qui, théoriquement, et que pour «qu'une molécule d'hydrocarbure puisse quitter le sol algérien, il faut qu'il y ait une déclaration douanière». Puisque la base de cette déclaration est d'avoir un volume mesuré associé d'un prix, il est donc impossible d'exporter quoi que ce soit «sans déclarer le prix et le volume», souligne-t-il. Concernant justement les relations de l'Algérie avec la France en matière de gaz, il précise qu'elles remontent à 1976 avec la signature de trois contrats suivis d'un quatrième en 1991, et qu'il s'agit de GNL (Gaz naturel liquéfié). «Sur les quatre contrats, deux ont expiré en décembre 2013. A l'heure actuelle, il ne reste que deux contrats en vigueur : le premier porte sur l'exportation de 3,5 milliards m3/an jusqu'à 2020, tandis que le second porte sur un volume de 2 milliards m3/an jusqu'à 2020 également», indique-t-il encore. Les quatre contrats «ont permis d'exporter, jusqu'à maintenant, 390 milliards m3 de GNL, soit l'équivalent de sept années d'exportation de gaz» en prenant 2017 comme année de référence, fait-il valoir, affirmant qu'«il n'y a pas une seule goutte qui n'a pas fait objet d'indexation au prix du Brent. Tout le gaz a d'abord reflété la valeur du brut».
Au sujet de ces «contrats gaziers avec la France», l'expert en énergie, Mourad Preure, a été catégorique au micro de la chaîne 3 de la radio algérienne : «on ne donne pas gratuitement le gaz. Ce n'est pas possible !», prenant à témoin, lui aussi, les services de douanes qui exercent le contrôle sur tous les produits exportés. «Pour que le gaz quitte les frontières, il doit passer avant par les douanes algériennes. Si vous exportez un conteneur de dattes, il faut que les douanes mettent leur cachet, sinon il ne sort pas. De la même manière, un méthanier qui transporte le gaz ne sortira pas sans l'autorisation des douanes».
Quant à la rupture des relations avec les partenaires étrangers, le vice-président des activités de commercialisation de Sonatrach a été explicite. Les relations de la compagnie nationale des hydrocarbures «se poursuivent de manière normale», a-t-il déclaré. Certains sites d'informations en ligne ont repris Reuters qui annonçait, mercredi dernier, «que le géant pétrolier américain Exxonmobil a suspendu, au moins temporairement, les discussions avec Sonatrach en vue de développer le secteur du gaz naturel en Algérie». La cause étant «les manifestations populaires contre le président Bouteflika qui se déroulent depuis un mois à travers le pays», ajoute la même source. Selon toujours Reuters, des responsables des deux compagnies se sont rencontrés la semaine dernière à Houston (Texas) pour une réunion, qui a été suspendue par la suite, où il était question de discuter en détail du partenariat. «Dans la minute même où Bouteflika quitte le pouvoir, Ould Kaddour sera viré», affirme une source proche du dossier, citée par l'agence de presse. Dans sa réponse, El-Hachemi Mazighi s'interroge sur l'intérêt d'une compagnie comme Exxonmobil de suspendre les négociations avec Sonatrach. «Donner une longueur d'avance à ses concurrents ?! Ça n'a aucun sens !», ajoutant comme autre argument que l'Algérie recèle les troisièmes ressources de la planète en matière de gaz de schiste. «Nos relations se poursuivent de manière normale. D'ailleurs, en matière d'engagements et de documents contractuels, j'ai été destinataire d'un avenant de la part d'Exxonmobil, lundi dernier, concernant la commercialisation des hydrocarbures. C'est la preuve concrète que ces gens-là continuent à signer des engagements avec nous», affirme le même responsable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.