Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Béjaia : Les chrétiens d'Algérie dénoncent la fermeture des lieux de culte    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    L'Anie habilite un large éventail de fonctionnaires    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    Sonelgaz adresse 50 403 mises en demeure à ses clients    Les préalables de Belkhadem    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gaz gratuit pour la France et rupture des relations avec Exxonmobil: Les réponses de Sonatrach
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 03 - 2019

Ni gaz gratuit pour la France ni rupture des relations avec les partenaires étrangers sont les deux messages forts délivrés par Sonatrach, à travers son vice-président des activités de commercialisation, Ahmed El-Hachemi Mazighi.
Dans un entretien accordé à l'APS, ce dernier a répondu aux deux principales interrogations qui ont secoué la rue algérienne et particulièrement l'information concernant des exportations gratuites du gaz à la France. «Non, l'Algérie n'a jamais exporté gratuitement du gaz ou autres produits liquides» des hydrocarbures à ses clients, a affirmé El-Hachemi Mazighi, ajoutant qu'«il est impossible» de le faire que ce soit vers la France ou un autre pays».
Dans son explication, il rappelle certains principes en matière d'exportation qui, théoriquement, et que pour «qu'une molécule d'hydrocarbure puisse quitter le sol algérien, il faut qu'il y ait une déclaration douanière». Puisque la base de cette déclaration est d'avoir un volume mesuré associé d'un prix, il est donc impossible d'exporter quoi que ce soit «sans déclarer le prix et le volume», souligne-t-il. Concernant justement les relations de l'Algérie avec la France en matière de gaz, il précise qu'elles remontent à 1976 avec la signature de trois contrats suivis d'un quatrième en 1991, et qu'il s'agit de GNL (Gaz naturel liquéfié). «Sur les quatre contrats, deux ont expiré en décembre 2013. A l'heure actuelle, il ne reste que deux contrats en vigueur : le premier porte sur l'exportation de 3,5 milliards m3/an jusqu'à 2020, tandis que le second porte sur un volume de 2 milliards m3/an jusqu'à 2020 également», indique-t-il encore. Les quatre contrats «ont permis d'exporter, jusqu'à maintenant, 390 milliards m3 de GNL, soit l'équivalent de sept années d'exportation de gaz» en prenant 2017 comme année de référence, fait-il valoir, affirmant qu'«il n'y a pas une seule goutte qui n'a pas fait objet d'indexation au prix du Brent. Tout le gaz a d'abord reflété la valeur du brut».
Au sujet de ces «contrats gaziers avec la France», l'expert en énergie, Mourad Preure, a été catégorique au micro de la chaîne 3 de la radio algérienne : «on ne donne pas gratuitement le gaz. Ce n'est pas possible !», prenant à témoin, lui aussi, les services de douanes qui exercent le contrôle sur tous les produits exportés. «Pour que le gaz quitte les frontières, il doit passer avant par les douanes algériennes. Si vous exportez un conteneur de dattes, il faut que les douanes mettent leur cachet, sinon il ne sort pas. De la même manière, un méthanier qui transporte le gaz ne sortira pas sans l'autorisation des douanes».
Quant à la rupture des relations avec les partenaires étrangers, le vice-président des activités de commercialisation de Sonatrach a été explicite. Les relations de la compagnie nationale des hydrocarbures «se poursuivent de manière normale», a-t-il déclaré. Certains sites d'informations en ligne ont repris Reuters qui annonçait, mercredi dernier, «que le géant pétrolier américain Exxonmobil a suspendu, au moins temporairement, les discussions avec Sonatrach en vue de développer le secteur du gaz naturel en Algérie». La cause étant «les manifestations populaires contre le président Bouteflika qui se déroulent depuis un mois à travers le pays», ajoute la même source. Selon toujours Reuters, des responsables des deux compagnies se sont rencontrés la semaine dernière à Houston (Texas) pour une réunion, qui a été suspendue par la suite, où il était question de discuter en détail du partenariat. «Dans la minute même où Bouteflika quitte le pouvoir, Ould Kaddour sera viré», affirme une source proche du dossier, citée par l'agence de presse. Dans sa réponse, El-Hachemi Mazighi s'interroge sur l'intérêt d'une compagnie comme Exxonmobil de suspendre les négociations avec Sonatrach. «Donner une longueur d'avance à ses concurrents ?! Ça n'a aucun sens !», ajoutant comme autre argument que l'Algérie recèle les troisièmes ressources de la planète en matière de gaz de schiste. «Nos relations se poursuivent de manière normale. D'ailleurs, en matière d'engagements et de documents contractuels, j'ai été destinataire d'un avenant de la part d'Exxonmobil, lundi dernier, concernant la commercialisation des hydrocarbures. C'est la preuve concrète que ces gens-là continuent à signer des engagements avec nous», affirme le même responsable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.