AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    Rien que la présidentielle...    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Une attitude pour le moins équivoque    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Salah Dabouz: L'interpellation qui accouche d'un scandale judiciaire
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 04 - 2019

  L'affaire de l'interpellation de l'avocat et militant des droits de l'Homme, Me Salah Dabouz, a mis à jour un nouveau scandale judiciaire dans lequel le ministère de la Justice ne tient pas le beau rôle. Et le « révélateur» de cet esclandre n'est autre que le procureur de la cour de justice de Ghardaïa qui a dénoncé un appel téléphonique de la part d'un cadre au ministère de la Justice lui enjoignant de libérer immédiatement Me Salah Dabouz. L'avocat avait été interpellé dimanche à Alger et transféré à Ghardaïa en vertu d'un mandat d'arrêt délivré à son encontre par les autorités judiciaires de la wilaya du sud. Selon le site TSA qui rapporte l'information en citant un communiqué émanant du procureur, le magistrat a rejeté la demande, qu'il a qualifiée d'inacceptable, en menaçant de poursuites judiciaires tous ceux qui interviendront dans cette affaire ou n'importe quelle autre affaire, et tenteraient de porter atteinte à l'autorité judiciaire qui n'est représentée que par le juge. Il a également expliqué que Salah Dabouz est, comme d'autres citoyens, poursuivi pour avoir éventuellement violé les dispositions du code pénal par ses déclarations, ses actes ou la diffusion de publications qui portent atteinte à l'intérêt national ou constituent une insulte à l'autorité judiciaire. Le procureur a ajouté que Me Dabouz a été arrêté et traduit en justice en tant que citoyen, le parquet étant en droit de le poursuivre et lui de se défendre avec toutes les garanties offertes par la loi.
Le magistrat a, par ailleurs, estimé que, par leur appel à la grève en solidarité avec leur confrère - appel qu'il a dit comprendre - les avocats tentent de faire pression sur la justice et entraver son indépendance.
Cette rare sortie d'un procureur, magistrat représentant du ministère public, a presque éclipsé l'interpellation de Me Salah Dabouz, qui a soulevé un tollé d'indignation dans la corporation des avocats. De même qu'elle a ravi la vedette au boycott des activités judiciaires auquel l'Union nationale des ordres des avocats avait appelé en réaction à l'arrestation : « c'est une arrestation arbitraire qui porte une grave atteinte aux droits de la défense et aux droits de l'Homme», ont ainsi affirmé les robes noires d'Oran en substance, au cours du sit-in hebdomadaire qu'ils ont tenu sur le perron du palais de justice. Tous ont estimé que ce qui était reproché à leur confrère ne méritait pas un mandat d'arrêt et un transfert : « une simple convocation aurait suffi pour qu'il se rende à Ghardaïa (...) Nous voulons instaurer un Etat de droit qui mettrait fin à ce genre de pratiques et à la justice rendue par téléphone», ont-ils, par ailleurs, plaidé, certains établissant un rapport direct entre cette interpellation et l'engagement de Salah Dabouz dans la révolte qui secoue l'Algérie depuis près de deux mois.
Pour rappel, Salah Dabouz avait été interpellé dimanche devant son cabinet à Alger et transféré à Ghardaïa où un mandat d'arrêt avait été délivré contre lui par le procureur général. Présenté devant le juge le lendemain matin, il a finalement été placé sous contrôle judiciaire et remis en liberté.
Pour le moment, le ministère de la Justice ne semble pas avoir réagi à la protestation véhémente du magistrat de Ghardaïa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.