Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Vendredi de la mobilisation    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 04 - 2019

  Issad Rebrab, le patron de Cevital, a été entendu, hier, par la Gendarmerie nationale dans le cadre de l'enquête sur le blocage des projets de son groupe. Sur la page Facebook et son compte Tweeter, l'homme d'affaires a indiqué s'être rendu à la brigade de gendarmerie de Bab Jdid (section de recherches de la Gendarmerie nationale de la wilaya d'Alger, ndlr) pour être entendu «sur les activités du groupe Cevital et les blocages dont il fait l'objet». L'industriel affirme que son groupe «est, à l'instar du peuple, une victime du système et de sa mafia économique». Mouloud Ouali, le directeur de la communication de Cevital a précisé, à TSA, qu'il s'agit notamment d'Evcon «dont les équipements sont toujours bloqués par la douane». L'audition a duré plus de deux heures et «M. Rebrab a raconté aux enquêteurs de la gendarmerie son parcours professionnel», a-t-il expliqué, en soulignant que cette audition n'est pas liée aux enquêtes lancées par le parquet d'Alger sur la corruption et le transfert illicite de devises.
Pour rappel, la brigade de recherche de la Gendarmerie nationale a été chargée par le parquet général d'Alger d'enquêter dans les affaires douteuses de l'entourage du clan présidentiel alors que le chef d'état-major de l'ANP a incité, mardi dernier, la justice à accélérer «la cadence du traitement des différents dossiers concernant certaines personnes ayant bénéficié indûment de crédits estimés à des milliers de milliards, causant un préjudice au Trésor public et dilapidant l'argent du peuple». Pour rappel, quelques jours à peine après l'accueil et le soutien qui lui ont été réservés en France, où il a annoncé de nouveaux investissements, Issad Rebrab avait dénoncé, de nouveau, les blocages injustifiés dont continuent à faire l'objet plusieurs de ses projets en Algérie. «Nous avons saisi les trois Premiers ministres qui se sont succédé ces dernières années et nous avons même écrit au président de la République, sans que l'on ait la moindre réponse ou justification aux blocages de nos projets», s'est-il ainsi insurgé, lors d'un point de presse en marge du Salon de l'emploi au Palais de la culture à Alger. Il s'est interrogé sur l'identité de ceux qui bloquent «l'investissement et l'emploi en Algérie», en décriant le sort injuste qui continue à être réservé à son grand projet d'usine de trituration de graines oléagineuses à Béjaïa. Cet investissement, rappelle-t-il, reste injustement bloqué alors qu'il devait permettre la création de 1.000 emplois directs et 100.000 autres indirects, tout en économisant à l'Algérie une dépense de quelque 1,5 milliard de dollars à l'importation et en ouvrant la voie aux exportations. «A travers notre usine de trituration de graines oléagineuses, nous avons prévu de cibler particulièrement l'exportation vers des pays comme le Maroc, l'Egypte, mais aussi et surtout l'Europe», assurait-il, mettant ainsi en avant l'existence d'un marché à fort potentiel à l'exportation et offrant la possibilité d'intervenir à tous les opérateurs activant dans la filière.
Or, déplorait-t-il, les équipements destinés à l'usine de trituration de Cevital restent bloqués depuis plus d'un an et demi par les autorités portuaires sans aucune justification valable, alors qu'ils ont même été légalement dédouanés et donc «algérianisés». Un autre opérateur, s'exclame le patron de Cevital, «a été autorisé officiellement à installer son projet d'usine de trituration à Jijel, tandis que l'on exige de notre groupe de carrément réexporter un équipement désormais algérien et déjà dédouané, ce qui est tout simplement contraire aux lois et règlements en vigueur !» Au niveau des instances portuaires, rappelle-t-il en ce sens, le seul argument officiel avancé jusqu'ici pour justifier le blocage du matériel destiné au projet de Cevital est «l'absence d'autorisations de la part des autorités compétentes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.