L'Emir de l'Etat du Qatar entame une visite officielle en Algérie    La mobilisation se poursuit à Montréal    21 manifestants condamnés à 50 000 DA d'amende    "Halte aux pratiques liberticides !"    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Attention, le Mouloudia arrive !    Le Targui    Le NAHD récupère l'argent du transfert de Touggaï et de Zerdoum    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    Le geste honorable du groupe Cevital    Bordj Bou-Arréridj : le P/APC d'El-Main devant le juge d'instruction    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Le FMI prêt à apporter «l'assistance technique et des conseils de politiques économiques»    Sonatrach : Acquisition de trois méthaniers    Nationalisation des hydrocarbures: nécessité de réaliser la sécurité et la transition énergétique    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    Epidémie de coronavirus : L'angoisse gagne la planète    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Congestion routière dans la capitale : Plus de 100 points noirs recensés    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    Coupe arabe (U20) : L'Algérie qualifiée aux quarts de finale    Promotion des droits et des libertés: contrôler l'application de la justice constitutionnelle dans la vie publique    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Dérives islamistes en France : «Séparatisme», le nouveau nom du communautarisme    Encore une transgression de la loi    Objectif : La relance du cinéma algérien    Noureddine Khaldi nouveau DG des Douanes    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Bouira: Les céréales et l'intérêt des analyses des sols    24 harraga arrêtés à Skikda    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    Baisse significative de la participation aux législatives    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 04 - 2019

  Issad Rebrab, le patron de Cevital, a été entendu, hier, par la Gendarmerie nationale dans le cadre de l'enquête sur le blocage des projets de son groupe. Sur la page Facebook et son compte Tweeter, l'homme d'affaires a indiqué s'être rendu à la brigade de gendarmerie de Bab Jdid (section de recherches de la Gendarmerie nationale de la wilaya d'Alger, ndlr) pour être entendu «sur les activités du groupe Cevital et les blocages dont il fait l'objet». L'industriel affirme que son groupe «est, à l'instar du peuple, une victime du système et de sa mafia économique». Mouloud Ouali, le directeur de la communication de Cevital a précisé, à TSA, qu'il s'agit notamment d'Evcon «dont les équipements sont toujours bloqués par la douane». L'audition a duré plus de deux heures et «M. Rebrab a raconté aux enquêteurs de la gendarmerie son parcours professionnel», a-t-il expliqué, en soulignant que cette audition n'est pas liée aux enquêtes lancées par le parquet d'Alger sur la corruption et le transfert illicite de devises.
Pour rappel, la brigade de recherche de la Gendarmerie nationale a été chargée par le parquet général d'Alger d'enquêter dans les affaires douteuses de l'entourage du clan présidentiel alors que le chef d'état-major de l'ANP a incité, mardi dernier, la justice à accélérer «la cadence du traitement des différents dossiers concernant certaines personnes ayant bénéficié indûment de crédits estimés à des milliers de milliards, causant un préjudice au Trésor public et dilapidant l'argent du peuple». Pour rappel, quelques jours à peine après l'accueil et le soutien qui lui ont été réservés en France, où il a annoncé de nouveaux investissements, Issad Rebrab avait dénoncé, de nouveau, les blocages injustifiés dont continuent à faire l'objet plusieurs de ses projets en Algérie. «Nous avons saisi les trois Premiers ministres qui se sont succédé ces dernières années et nous avons même écrit au président de la République, sans que l'on ait la moindre réponse ou justification aux blocages de nos projets», s'est-il ainsi insurgé, lors d'un point de presse en marge du Salon de l'emploi au Palais de la culture à Alger. Il s'est interrogé sur l'identité de ceux qui bloquent «l'investissement et l'emploi en Algérie», en décriant le sort injuste qui continue à être réservé à son grand projet d'usine de trituration de graines oléagineuses à Béjaïa. Cet investissement, rappelle-t-il, reste injustement bloqué alors qu'il devait permettre la création de 1.000 emplois directs et 100.000 autres indirects, tout en économisant à l'Algérie une dépense de quelque 1,5 milliard de dollars à l'importation et en ouvrant la voie aux exportations. «A travers notre usine de trituration de graines oléagineuses, nous avons prévu de cibler particulièrement l'exportation vers des pays comme le Maroc, l'Egypte, mais aussi et surtout l'Europe», assurait-il, mettant ainsi en avant l'existence d'un marché à fort potentiel à l'exportation et offrant la possibilité d'intervenir à tous les opérateurs activant dans la filière.
Or, déplorait-t-il, les équipements destinés à l'usine de trituration de Cevital restent bloqués depuis plus d'un an et demi par les autorités portuaires sans aucune justification valable, alors qu'ils ont même été légalement dédouanés et donc «algérianisés». Un autre opérateur, s'exclame le patron de Cevital, «a été autorisé officiellement à installer son projet d'usine de trituration à Jijel, tandis que l'on exige de notre groupe de carrément réexporter un équipement désormais algérien et déjà dédouané, ce qui est tout simplement contraire aux lois et règlements en vigueur !» Au niveau des instances portuaires, rappelle-t-il en ce sens, le seul argument officiel avancé jusqu'ici pour justifier le blocage du matériel destiné au projet de Cevital est «l'absence d'autorisations de la part des autorités compétentes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.