Belaid appelle à une participation massive au référendum sur le projet d'amendement de la Constitution    Campagne référendaire: jeter les bases "d'une nouvelle ère" pour une "Algérie nouvelle"    Le paiement des droits de raccordement des projets agricoles et micro-entreprises reporté    Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gaïd Salah: «Le complot a commencé en 2015»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 04 - 2019

Tout en tenant à rassurer de nouveau les Algériens sur le soutien de l'Armée nationale populaire (ANP) qui «continuera à les accompagner avec la même détermination et résolution», le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, en visite de travail et d'inspection à la 1ère Région militaire (RM), a développé hier un discours musclé en direction de l'opposition. Le chef d'état-major de l'ANP, dont l'intervention était attendue depuis son discours de Ouargla, a évoqué «l'apparition de certaines voix qui ne veulent aucun bien à l'Algérie», accusées de jusqu'au-boutisme en «appelant à l'entêtement et l'acharnement à maintenir les mêmes positions préétablies». Le vice-ministre faisant certainement référence aux revendications de la rue de voir tomber les 3 B et le départ de toutes les figures ayant incarné le système politique des Bouteflika. Il leur reproche de rejeter toutes les initiatives et de boycotter les démarches «y compris l'initiative de dialogue» matérialisée par la Conférence nationale de dialogue et concertation organisée par le chef de l'Etat par intérim. La position de Gaïd Salah semble tranchée quant à l'avenir proche puisqu'il considère que l'armée refuse catégoriquement un «vide constitutionnel» qui peut faire entrer le pays «dans la spirale de la violence et de l'anarchie». La feuille de route de l'état-major est ainsi inscrite dans la perspective du 4 juillet, date annoncée de la prochaine présidentielle, et met en garde contre «l'incitation à entraver l'action des institutions de l'Etat et d'empêcher les responsables d'accomplir leurs missions». En effet, depuis leur prise de fonctions, les ministres du gouvernement Bedoui sont systématiquement chahutés lors de leurs sorties sur terrain. Pris à partie, ils ne doivent leur salut qu'à l'intervention des services de sécurité. La situation étant devenue telle qu'ils ont tout simplement décidé de suspendre leurs activités en dehors de leurs bureaux. Cet avertissement vaut engagement de l'armée aux côtés de Bedoui qui devra rester en poste pour préparer le scrutin présidentiel. Une étape inscrite sur l'agenda de Gaïd Salah qui estime que le temps joue contre le pays «car si la situation perdure davantage, elle aura des conséquences néfastes sur l'économie nationale et sur le pouvoir d'achat des citoyens, surtout que nous sommes à la veille du mois sacré de Ramadhan».
Abordant le contexte sécuritaire, Gaïd Salah a parlé d'un «plan malveillant» pour déstabiliser l'Algérie. Selon le vice-ministre de la Défense nationale, les services de sécurité algériens ont recueilli des «informations avérées faisant état d'un plan malveillant pour mener le pays à l'impasse», dont «les prémices remontent à 2015, lorsque les trames et les visées du complot ont été révélées». «Nous œuvrons sereinement et avec patience à démanteler les bombes à retardement qu'ont implantées ces corrompus et corrupteurs dans les différents secteurs et structures vitales de l'Etat», a-t-il assuré, soulignant que «ces secteurs seront assainis grâce à la conjugaison des efforts de toutes les personnes de bonne foie, ainsi qu'à la conscience du peuple algérien jaloux pour sa patrie et la disponibilité de ses enfants et frères au sein de l'Armée nationale populaire, déployés dans tous les recoins du pays, veillant à préserver l'autorité de l'Etat et la crédibilité des institutions et leur fonctionnement normal». Quant à l'action de la justice qu'il a appelée, à partir de la 4e RM, à plus de célérité dans le traitement des affaires de corruption et de dilapidation de deniers publics «et de juger tous ceux qui ont pillé l'argent du peuple», il a tenu à valoriser sa réponse. En effet, ces derniers jours, plusieurs hommes d'affaires ont été arrêtés et d'autres responsables politiques et d'anciens ministres sont appelés à rendre des comptes devant la justice.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.