Selon Gaïd Salah: L'institution militaire ne nourrit «aucune ambition politique»    Taleb Ibrahimi revient avec une lettre    FLN: Des députés empêchent Bouchareb de tenir une réunion    Présidence du FCE: Moncef Othmani jette l'éponge et Hassen Khelifati se retire de la course    Chlef: Pas de problème d'eau cet été    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Ce qu'aurait pu être l'Algérie post-indépendance    Ligue 1 - Titre et relégation: Qui s'en sortira indemne ?    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    MC Oran: Le Mouloudia des grands rendez-vous    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Office de promotion et de gestion immobilière-OPGI: Des dispositions pour le recouvrement de plus de 70 milliards de créances    Répartis à travers trois sites de la daïra d'Aïn El-Turck: Les travaux des projets de réalisation de 1.420 logements à l'arrêt    Les colères algériennes    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le dossier du général Hassan transmis à Blida    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Un festival du malouf et du chaâbi à Annaba    Dans le désert des Berbères...    Avant-première de Hirafi    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    Transition politique : Toute nouveauté appelle l'angoisse…    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Commerce : Les prix des fruits et légumes toujours en hausse    Le Hirak entre l'admiration et la peur    CAN-2019 : La présélection de l'Afrique du Sud dévoilée    Les adhérents exigent le départ de Sidi Saïd    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Des milliers de travailleurs dans la rue à Tizi Ouzou    Pour une présidentielle dans 6 moi    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    Le procès de Kamel "El bouchi" reporté au 19 juin    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Les fondements de la psychologie de l'enfant en débat    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 04 - 2019

Le très controversé ancien ministre de l'Energie et des Mines, Chakib Khelil, sera poursuivi par la Cour suprême pour «des actes liés à des infractions à la législation sur le change et les transferts de capitaux» et la conclusion par Sonatrach «de deux contrats de façon illégale avec deux sociétés étrangères». Dans un communiqué de presse de la Cour suprême, rendu public hier, il est indiqué que deux dossiers de poursuite concernant l'ancien ministre Mohamed Chakib Khelil, ancien ministre de l'Energie «et ceux qui sont impliqués avec lui» ont été transférés, mardi, à l'institution judiciaire. «Suite à quoi, des mesures ont été prises, conformément à l'article 573 du code de procédure pénale», indique le même document. Pour rappel, l'article 573 du code de procédure pénale stipule que «lorsqu'un membre du gouvernement, un magistrat de la Cour suprême, un wali, un président de Cour ou un procureur général près une Cour, est susceptible d'être inculpé d'un crime ou d'un délit, commis dans l'exercice ou par l'exercice de ses fonctions, le procureur de la République saisi de l'affaire, transmet le dossier, par voie hiérarchique, au procureur général près la Cour suprême qui désigne un membre de la Cour suprême, aux fins de procéder à une information.
Dans tous les cas visés au présent article, le magistrat ainsi désigné pour instruire, procède dans les formes et conditions prévues par le code de procédure pénale, pour l'instruction préparatoire des infractions, sous réserve des dispositions de l'article 574». Ce dernier stipule, pour sa part, que les attributions de la Chambre d'accusation sont dévolues à une formation de la Cour suprême, dont la composition est fixée conformément à l'article 176 du présent code, les attributions du ministère public sont exercées par le procureur général près la Cour suprême. Lorsque l'instruction est terminée, le magistrat instructeur rend, suivant le cas, une ordonnance de non-lieu ou transmet le dossier dans les conditions ci-après : Dans le cas d'un délit, l'inculpé est renvoyé devant la juridiction compétente, à l'exception de celles dans le ressort de laquelle l'inculpé exerçait ses missions. Dans le cas d'un crime, le dossier est transmis au procureur général près la Cour suprême, lequel saisit la formation de la Cour suprême visée à l'alinéa premier, pour la finalisation de l'information. Cette dernière peut soit rendre un arrêt de non-lieu, soit renvoyer l'inculpé devant la juridiction compétente, à l'exception de celle dans le ressort de laquelle l'inculpé exerçait ses missions.
Chakib Khelil avait fait l'objet, en 2013, de mandat d'arrêt international lancé contre lui, sa femme, ses deux enfants ainsi que le neveu de l'ancien ministre des Affaires étrangères Mohamed Bedjaoui, Farid Bejaoui, et quatre autres personnes. En tout, la justice algérienne a ainsi lancé neuf mandats d'arrêt internationaux, dans ce qui est appelé le «scandale Sonatrach». En mars 2016, l'ancien ministre de l'Energie et des Mines est rentré en Algérie, après trois années d'absence, après la clôture du procès Sonatrach 1 et la non-confirmation de preuves contre son implication dans l'affaire Sonatrach 2 traitée par la justice italienne. Le retour de l'ancien ministre accusé de corruption coïncidait avec l'offensive de l'ex-Secrétaire général du FLN, Amar Saidani, contre le DRS. Pour rappel, c'est le chef d'état-major de l'ANP qui a demandé la réouverture des dossiers de corruption, entre autres, ceux de Sonatrach et de l'Autoroute Est-Ouest. A propos de cette dernière affaire, et selon le journal arabophone, ‘El Bilad', dans sa version électronique, le dossier de l'ancien ministre des Travaux publics et actuel sénateur, Amar Ghoul, sera transféré, aujourd'hui, à la Cour suprême. Le nom du président de Taj avait été cité lors du procès de l'autoroute Est-Ouest qui s'est tenu en 2015, sans pour autant être entendu par la justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.