Automobile: reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Arrivage de Chine de la première commande des moyens de protection contre le Covid-19    Le Real sait à quoi s'en tenir pour Sadio Mané    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Coronavirus : Le ministre de l'Education annonce une mouture de plan de contingence    Report de la réunion d'urgence Opep-Russie    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    4 hirakistes relaxés    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    Trois banques publiques fin prêtes    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Les journées internationales reportées à fin mai    Les DAB ne fonctionnent pas tous à Alger    L'autorisation d'exercer étendue à certaines catégories d'activités    Mostaganem : Démantèlement d'un atelier de produits pharmaceutiques    Don d'un opérateur privé à Bouira : 1000 tests de dépistage rapide du COVID-19 importé    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Douanes: Mesures exceptionnelles pour faciliter l'importation    Affaires criminelles : 11 arrestations    RENAISSANCE HUMAINE    Le Dr Lyes Merabet met en cause le "non-respect" du confinement    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    La chute de la maison Bouteflika    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans ma tête un rond-point !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 05 - 2019


Entre les frustrations de toutes sortes, le poids des tabous et de la religion dans une société en perte de repères, la gloutonnerie sans limite d'une élite corrompue qui suce le sang du peuple comme un vampire, la ritournelle étouffante de la hogra qui siffle dans les tuyaux putrides des administrations, la chape de plomb de la guerre civile avec ses ombres fantomatiques et les rêves de l'exil, la jeunesse algérienne se retrouve comme réduite à ramasser les miettes de l'espoir dans un désert d'illusions. Dans «les Bienheureux», un film de la réalisatrice Sofia Djama ayant reçu le prix de la meilleure interprétation féminine à la section Orizzonti du Festival de Venise en 2017, c'est tout ce vécu de souffrance qui est raconté avec subtilité à travers le récit d'un couple d'anciens militants de la révolte d'octobre 1988. Samir, l'époux, gynécologue de son état, est en instance de divorce avec sa femme, Amal, une professeure d'université complètement désabusée. Pris de dégoût quant à l'avenir incertain de son fils unique qui poursuit médiocrement ses études à la fac, le médecin passe, en compagnie de sa femme, le plus clair de son temps, sans crainte d'attraper la cirrhose, à faire le tour des restaurants chics de la capitale et à boire du bon vin de Mascara dans les beaux appartements de ses amis intellos. Les « vieux » n'ont désormais qu'une seule chose en tête, sorte de rond-point où convergent tous leurs rêves, ceux d'hier et d'aujourd'hui : tracer à leur fils, coincé dans cette Algérie sans rêves dont ils ne supportent guère la bigoterie, la corruption et l'hypocrisie religieuse, une route vers l'étranger, vers l'exil. L'image du désarroi de ces parents est saisissante. Elle est comparable en bien des points au supplice de Tantale, dans la mesure où, disposant pourtant de suffisamment de moyens et d'argent, ils ne sont en mesure d'offrir à leur fils que la solution du départ vers l'inconnu ! «Partir, répétait Le Clézio dans son essai »l'extase matérielle», il faut partir. Il faut quitter vite, disparaître vers les régions de l'anonyme, vers le possible». Cet auteur français n'a-t-il pas lu, par hasard, dans la boule de cristal pour tomber là où stagne le cerveau du jeune Algérien d'aujourd'hui ? Ce jeune qu'on a humilié, qu'on a forcé au désœuvrement, au silence, à la harga et à la honte d'être gouverné par un homme assis sur un fauteuil ! On trouve quasiment le même cri d'angoisse dans un autre film « Dans ma tête un rond-point » de Hassan Ferhani. Une métaphore haute en couleurs qui résume, à elle seule, la quadrature du cercle d'une jeunesse longtemps tenue à l'écart du destin de la nation. Cette fois-ci, ce sont les tripiers du grand abattoir d'Alger qui prennent la parole. Trimant baignés de sueur et de sang, ces derniers ne songent au fond d'eux-mêmes qu'à se suicider ou s'exiler, conscients qu'un chômage inévitable les attend juste à la sortie et que l'avenir, le leur, « est sans avenir » ! L'horizon qui se bouche, les clôtures qui se dressent, les rêves qui fanent, ne sont-ils pas les ferments du Hirak 2019 ? Décidément oui, quand on sait que le rond-point de toutes les angoisses se situe dans les quartiers huppés des décideurs !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.