Justice L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi mis sous contrôle judiciaire    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Hommage à Ahmed Kellil    Dialogue… ?    Conférence nationale de la société civile : Quelques observations sur les propositions du 15 juin 2019    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Dispersion d'un sit-in début juin à Khartoum (Soudan): Résultats de l'enquête des militaires    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le réseau routier en dégradation permanente à Benaga    Les énergies renouvelables en débat    BAC 2019 : Connexion perturbée et silence des autorités    Des noms communs devenus des toponymes composés    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    La campagne présidentiellebat son plein    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    Qui veut enflammer le Golfe ?    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans ma tête un rond-point !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 05 - 2019


Entre les frustrations de toutes sortes, le poids des tabous et de la religion dans une société en perte de repères, la gloutonnerie sans limite d'une élite corrompue qui suce le sang du peuple comme un vampire, la ritournelle étouffante de la hogra qui siffle dans les tuyaux putrides des administrations, la chape de plomb de la guerre civile avec ses ombres fantomatiques et les rêves de l'exil, la jeunesse algérienne se retrouve comme réduite à ramasser les miettes de l'espoir dans un désert d'illusions. Dans «les Bienheureux», un film de la réalisatrice Sofia Djama ayant reçu le prix de la meilleure interprétation féminine à la section Orizzonti du Festival de Venise en 2017, c'est tout ce vécu de souffrance qui est raconté avec subtilité à travers le récit d'un couple d'anciens militants de la révolte d'octobre 1988. Samir, l'époux, gynécologue de son état, est en instance de divorce avec sa femme, Amal, une professeure d'université complètement désabusée. Pris de dégoût quant à l'avenir incertain de son fils unique qui poursuit médiocrement ses études à la fac, le médecin passe, en compagnie de sa femme, le plus clair de son temps, sans crainte d'attraper la cirrhose, à faire le tour des restaurants chics de la capitale et à boire du bon vin de Mascara dans les beaux appartements de ses amis intellos. Les « vieux » n'ont désormais qu'une seule chose en tête, sorte de rond-point où convergent tous leurs rêves, ceux d'hier et d'aujourd'hui : tracer à leur fils, coincé dans cette Algérie sans rêves dont ils ne supportent guère la bigoterie, la corruption et l'hypocrisie religieuse, une route vers l'étranger, vers l'exil. L'image du désarroi de ces parents est saisissante. Elle est comparable en bien des points au supplice de Tantale, dans la mesure où, disposant pourtant de suffisamment de moyens et d'argent, ils ne sont en mesure d'offrir à leur fils que la solution du départ vers l'inconnu ! «Partir, répétait Le Clézio dans son essai »l'extase matérielle», il faut partir. Il faut quitter vite, disparaître vers les régions de l'anonyme, vers le possible». Cet auteur français n'a-t-il pas lu, par hasard, dans la boule de cristal pour tomber là où stagne le cerveau du jeune Algérien d'aujourd'hui ? Ce jeune qu'on a humilié, qu'on a forcé au désœuvrement, au silence, à la harga et à la honte d'être gouverné par un homme assis sur un fauteuil ! On trouve quasiment le même cri d'angoisse dans un autre film « Dans ma tête un rond-point » de Hassan Ferhani. Une métaphore haute en couleurs qui résume, à elle seule, la quadrature du cercle d'une jeunesse longtemps tenue à l'écart du destin de la nation. Cette fois-ci, ce sont les tripiers du grand abattoir d'Alger qui prennent la parole. Trimant baignés de sueur et de sang, ces derniers ne songent au fond d'eux-mêmes qu'à se suicider ou s'exiler, conscients qu'un chômage inévitable les attend juste à la sortie et que l'avenir, le leur, « est sans avenir » ! L'horizon qui se bouche, les clôtures qui se dressent, les rêves qui fanent, ne sont-ils pas les ferments du Hirak 2019 ? Décidément oui, quand on sait que le rond-point de toutes les angoisses se situe dans les quartiers huppés des décideurs !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.