Amar Tou devant le juge d'instruction près la Cour suprême    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La société civile décline sa feuille de route    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    La preuve de la «généralisation de la corruption»    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Taleb Ibrahimi revient avec une lettre
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 05 - 2019

Quatre jours après la lettre commune signée avec Me Ali Yahia Abdenour et le général à retraite Rachid Benyelles, Ahmed Taleb Ibrahim a rendu public, hier 22 mai, un appel adressé aussi bien aux jeunes du «Hirakù qu'à l'institution militaire, afin de «corriger quelques erreurs», et «rapprocher les points de vues» sans quoi « il serait impossible d'imaginer des solutions consensuelles».
Pour Taleb Ibrahimi, cet appel intervient en raison de « l'intransigeance du pouvoir » et « l'attachement du mouvement populaire à ses revendications». Estimant que « le mouvement populaire a atteint un haut niveau de maturité et de prise de conscience malgré ses divisions naturelles et malgré tous les dangers et les craintes », M. Ibrahimi regrette le recours à un «langage d'accusation de trahison» envers «certains dirigeants politiques ou des régions du pays», et «d'atteinte au commandement de l'armée», et appelle à éviter «tous» de recourir à ces pratiques afin de «préserver cet acquis civilisationnel» qu'est le «Hirak», à «rapprocher autant que possible entre toutes les parties» et à «tirer du mouvement des slogans rassembleurs» comme les «Algériens khawa khawa» et «l'armée et le peuple khawa khawa».
Pour Taleb Ibrahimi «l'armée a joué un rôle important dans la préservation du caractère pacifique du mouvement populaire en évitant le recours à la violence», remerciant aussi bien les services de sécurité que les manifestants pour leur «attachement commun» au «caractère pacifique des marches populaires». Dans cette attitude, Taleb Ibrahimi voit l'émergence d'une «nouvelle culture» de « non recours à la violence pour arriver au pouvoir ou pour s'y maintenir» qui va constituer le «socle» sur lequel «sera bâti la démocratie». Mais dans « cette période particulière», l'armée «doit écouter les propositions des élites et des sages» et qu'elle ne soit pas «un appui à des institutions rejetées par la population même si elles sont dans une posture constitutionnelle statique programmée pour des situations ordinaires est non pas exceptionnelles comme celles que nous vivons aujourd'hui», affirme encore, dans l'appel de Taleb Ibrahimi. Pour lui, «la légitimité de l'intervention de l'armée ne doit pas remplacer la légitimité populaire », mais doit être «un moyen de parvenir à cette légitimité par une réponse claire aux revendications populaires, conformément à une lecture consciente et responsable de la réalité politique et des pressions de la période». Cette légitimité ne devrait pas «permettre la reproduction des méthodes et des outils de l'ancien pouvoir sous de nouvelles appellations où se confondent les principes de stabilités institutionnelle et constitutionnelle avec la suspicion d'ambitions autoritaires dont n'est dépourvue aucune âme humaine».
Ahmed Taleb Ibrahimi voit la «solution la plus efficace» dans «la combinaison» entre les «articles 7 et 8» et les «possibilités d'interprétation qu'elles permettent» en considérant «sans conteste» que le «Hirak» est un «référendum populaire», et «certaines dispositions procédurales contribuant au transfert constitutionnel du pouvoir». Et «dans tous les cas», M. Ibrahimi estime que la sortie de crise doit s'appuyer sur la « légitimité objective» plutôt que la «légitimité formelle», en se basant «sur le droit des peuples à un changement permanent». «C'est ma vision d'une des sorties de crise, qui s'ajoute aux dizaines d'initiatives proposées par des partis, des syndicats, des personnalités», affirme Taleb Ibrahimi qui exprime son étonnement que toutes ces propositions n'aient pas été prises en compte par les «décideurs». «Mon but n'est pas de m'aligner avec une partie contre une autre», mais «ma préoccupation» est comment «sauver mon pays de cette impasse politique, au moindre coût, parce que la poursuite de ce saut dans l'inconnu, en plus du fait que cela va augmenter la fragilité de notre économie nationale, est menaçant pour la stabilité du pays». Ahmed Taleb Ibrahimi conclut son appel en affirmant sa disponibilité à mettre son «humble expérience» à la disposition de «tous ceux qui ont pour devise «aimer la patrie et servir le peuple», dans le but de «restituer la souveraineté au peuple qui est la source du pouvoir ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.