Amar Tou devant le juge d'instruction près la Cour suprême    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La société civile décline sa feuille de route    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    La preuve de la «généralisation de la corruption»    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 05 - 2019

L'ancien président allemand, Horst Köhler, a décidé de se retirer de son rôle d'émissaire de l'ONU pour le Sahara Occidental après vingt mois d'intense médiation qui l'ont vu insuffler une nouvelle dynamique au processus de paix de l'ONU pour le règlement du conflit. Mercredi, les Nations Unies ont annoncé sa démission pour raison de santé, une décision prise après un échange avec le secrétaire général Antonio Guterres.
Le départ de l'ancien président allemand, 76 ans, était en fait prévisible : «il ne s'est pas en fait retrouvé dans une situation confortable et ce n'est pas son style», confie à l'APS une source proche du dossier. Sa démission répond à un souci de santé mais «le double jeu du Maroc» aurait certainement renforcé sa conviction de renoncer à sa mission de médiation, dira-t-on en substance. Avec le départ de M. Köhler, le Sahara occidental aura consommé quatre médiateurs après les deux américains James Baker et Christopher Ross et le hollandais Peter Van Walssun.
Sa nomination, faut-il le souligner, est intervenue dans un contexte difficile, caractérisé par le blocage du processus onusien qu'il devait œuvrer à relancer. Mais confortée par une expérience de plus de 35 ans au sein de son gouvernement et d'organisations internationales, l'envoyé personnel de M. Guterres a réussi le premier pari, celui de remettre le processus politique sur les rails après six ans de blocage des négociations entre le Front Polisario et le Maroc.
Expéditif, Köhler a organisé en décembre dernier une première table ronde à Genève à laquelle il a convié les deux partis au conflit et les deux pays voisins, l'Algérie et la Mauritanie. Cette réunion initiale a été suivie d'une seconde table ronde tenue toujours en Suisse sous l'égide des Nations-Unies. L'objectif étant de «consolider la dynamique positive créée par la première réunion et de commencer à aborder les questions les plus substantielles «. Politicien avisé, l'ancien émissaire a reconnu à l'issue de cette deuxième réunion que la tâche n'était pas facile et qu'il ne fallait pas «s'attendre à un résultat rapide car les positions divergeaient toujours fondamentalement». Dans le même temps, il a estimé que des «efforts réels «de la part des deux protagonistes étaient nécessaires pour créer la confiance qui manque à la progression des négociations.
L'Algérie a regretté jeudi la démission de l'Envoyé personnel du SG de l'Onu pour le Sahara Occidental, Horst Köhler, a indiqué jeudi le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. «C'est avec un profond regret que l'Algérie a appris la nouvelle de la démission de M Horst Köhler de ses fonctions d'Envoyé personnel du Secrétaire Général des Nations Unies pour le Sahara Occidental», a indiqué le ministère. Suite à cette décision du responsable onusien, l'Algérie a rendu «hommage bien mérité à M. Köhler pour l'engagement et la détermination dont il a fait montre pour la relance du processus de règlement du conflit du Sahara occidental depuis trop longtemps à l'arrêt.», a ajouté le ministère.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.