REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Requête pour un réarmement moral de l'Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 06 - 2019

Les Algériens sont totalement stupéfaits par le scandale des révélations sur les malversations imputées à des hommes d'affaires et de hauts commis de l'Etat qui ont profité de leur puissance d'argent et de leur pouvoir de décision pour accroître leurs acquis en biens matériels, en dehors des exigences de la loi et des règles de la morale (mais cette dernière barrière était, de toute évidence, le cadet de leurs soucis !). Certains d'entre eux sont aujourd'hui inquiétés par la justice et placés en détention provisoire et d'autres risquent de l'être bientôt.
Il suffisait pourtant, ces dernières années, de prêter attention à la source « officieuse » d'informations que constitue chez nous la rumeur publique (mais beaucoup d'entre nous l'avaient prise, à tort, pour de la médisance) pour suspecter « qu'il y avait quelque chose de pourri au royaume du Danemark ! » (William Shakespeare).
En 2003, l'écrivain Mohammed Dib s'étonnait dans sa dernière interview-testament de « l'aptitude des Algériens à faire leur propre malheur » et une majorité d'Algériens probablement, ainsi que beaucoup d'amis étrangers de notre pays, ne cachaient pas leur consternation devant le bilan « mi-figue mi-raisin » de l'Algérie indépendante et n'arrivaient pas à comprendre « comment l'Algérie, cette promesse d'une grande nation, en était arrivée là ?». Notre pays depuis 1962 pouvait-il faire beaucoup mieux ? Sans hésitation, la réponse est oui !
Un jour, l'Histoire jugera pourquoi l'Algérie a raté le coche et, en particulier lors de la période récente, gaspillé ses chances de réel développement. Et aussi pourquoi nombre d'erreurs impardonnables ont pu être commises sans que personne en « haut lieu » n'y ait mis un terme ou se soit inquiété du fait qu'elles allaient finir par provoquer la révolte des Algériens. Aujourd'hui, des millions d'entre eux sont dans la rue pour exiger un véritable changement et notre pays ne peut pas se permettre un nouvel échec. Il doit impérativement se réarmer moralement afin de reconstruire le « rêve algérien » dilapidé. Mais cette renaissance n'est possible que si chacun de nous accomplit son devoir, à la place exacte où il se trouve et du mieux qu'il peut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.