La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les papys font de la résistance
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 06 - 2019

Chez les cheveux blancs, s'accroît le cynisme, « ând chib,yakwa el ib», est une vieille expression populaire toujours sur le bout de la langue dans le pays. On raconte qu'il était une fois un sexagénaire qui s'était remarié une deuxième fois avec une jeune épouse « zawdja » tout en gardant la première. Aussi, pour être juste et équitable envers les deux épouses, notre bienheureux bonhomme se partageait entre les deux foyers pour chaque nuit qui passait. Lorsqu'il se rendait chez l'épouse « s'ghira », cette dernière le prenait dans ses bras et commençait à lui enlever avec ses petits doigts, les cheveux blancs, signe du vieillissement, qui avaient envahi et blanchi toute la chevelure de son conjoint. Et quand il revenait auprès de sa vieille épouse « âdjouza », elle le prenait aussi dans ses bras et lui enlevait les cheveux noirs de la jeune épouse qui étaient restés accrochés à ses vêtements. Cette attention des deux épouses pour le mari avait pour seul but de chercher à gagner les faveurs du bigame.
Tout le monde a le sentiment que les vieux d'aujourd'hui ne sont pas de fervents partisans du « vivre ensemble ». Ils sont un peu vexants, voire pesants, dans leurs comportements envers les plus jeunes. Mais il faut le reconnaître aussi, que cette jeunesse casse-pieds ne fait pas mieux pour arrêter cette animosité envers les anciens. Les vieux espiègles ne supportent pas les jeunes de cette génération, et les jeunes tire-au-flanc de cette époque ne peuvent pas blairer les vieux grincheux qui ont un pied ici et un autre dans une autre époque. Les deux époques sont retranchées dans leurs coins et se regardent en chiens de faïence, en attendant des jours meilleurs et plus clairs. Les papys d'aujourd'hui ne veulent pas revenir à la raison, toute relative du moment, ni rester à la maison, pour vieillir gentiment dans l'espace prédestiné, après tant de décennies d'errements et d'histoires. Quand un vieux prend de la rouille dans un endroit, il y reste, jusqu'à ce qu'on le dégage. Les papys endurcis sont très malins, et ils connaissent par cœur la chanson du chasseur qui va à la chasse, et qui perd sa place. Quand les vieux sont tarabustés de tous les côtés, ils adorent bien jouer au mort, quand ils sont entre la vie et la mort, pour cela ils se terrent dans leurs tanières, pour ne pas perdre leurs fauteuils. C'est fou, on a l'impression que la retraite dorée et la prise en charge des cures thermales à Hammam Righa ne semblent pas captiver l'esprit du troisième âge après tant de décennies de dur labeur. Dans cette zone, au contraire, on se débarrasse des plus jeunes qui sont mis à la retraite précoce pour ne pas ennuyer les vétérans qui restent « plus actifs ». Apres tout, tout le monde est d'accord et affirmatif, qu'un vieux c'est usé et en même temps très rusé, et ça ne travaille pas beaucoup comme avant. S'ils occupent une place tant convoitée par des morveux, trop ambitieux, c'est uniquement par respect au droit d'aînesse. Il faut le reconnaître qu'un vieux grincheux, ca se défend très bien quand même, quand on veut l'évincer par la force pour lui prendre sa place. Le vieillissement est un phénomène naturel, et l'entêtement est un acte incohérent dans notre drôle d'époque. Dans une expression populaire on dit à ce sujet : que celui qui a fait son temps, n'a pas à aspirer profiter du temps des autres.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.