Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Droit syndical: Le gouvernement lâche du lest
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 06 - 2019

Le gouvernement envisage de lâcher du lest et compte assouplir les procédures pour l'octroi des agréments mais aussi enlever les obstacles qui entravent l'exercice du syndicalisme en Algérie.
A ce sujet, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Tidjani Hassan Haddam, a annoncé jeudi à Alger que les dispositions de la loi relative aux modalités d'exercice du droit syndical seront révisées et enrichies avec l'implication des organisations syndicales. «La révision de cette loi consistera notamment en l'amendement des dispositions relatives à la création de fédérations», a précisé le ministre lors d'une rencontre avec les représentants d'organisations syndicales, ajoutant que cette révision visait à «renforcer les dispositions relatives à la protection des délégués syndicaux» à travers l'implication des organisations syndicales, sans exclusion aucune, pour l'enrichissement du projet d'amendement en question. M. Haddam a réitéré son engagement à «impliquer les organisations syndicales sans exclusion aucune dans les débats qui seront initiés par le secteur, particulièrement la contribution au débat autour du système de sécurité sociale ainsi que le dossier de la retraite et ce, avec l'intervention des chercheurs et experts tout en insufflant une nouvelle dynamique» au dialogue social. «Travailler en concertation avec tous les partenaires sans aucune exclusion est une conviction personnelle avant d'être un engagement et un devoir professionnel», a-t-il soutenu, estimant que la «concertation entre le gouvernement et ses partenaires socioéconomiques marquera le début d'une nouvelle ère de dialogue constructif en faveur de l'intérêt général». Précisant que les organisations syndicales «devraient constituer une force de proposition active», le ministre a mis en avant l'impératif de convertir les idées et les propositions issues du débat en une feuille de route pratique». Il a rassuré qu'il œuvrerait à garantir l'exercice libre du droit syndical, à commencer par la transparence et l'accélération du traitement ou l'actualisation des dossiers d'inscription des organisations syndicales outre l'attribution de subventions financières selon les affectations consacrées au secteur conformément aux dispositions législatives et réglementaires».
Le ministre a affirmé que «les services de l'inspection du travail veillent à l'application de la réglementation relative à l'exercice du droit syndical et ce, dans le cadre des prérogatives qui lui sont conférées par la loi», soulignant que le secteur s'attelait à «accompagner les syndicalistes condamnés par des jugements définitifs auprès de leurs employeurs jusqu'à la mise en application de ces jugements et recouvrement de leurs droits». Il a en outre indiqué que les réunions tenues avec des organisations syndicales se sont soldées par l'enregistrement et l'inscription de 17 nouvelles organisations de travailleurs et patronales de différents secteurs, à l'instar de l'éducation, de la santé et du secteur économique, estimant que ces nouveaux syndicats «viennent consolider la scène syndicale qui compte 121 organisations syndicales, dont 78 organisations de travailleurs et 43 organisations patronales. «Ces organisations représentent les différents filières et secteurs d'activités et les différentes catégories professionnelles», a-t-il ajouté.
121 syndicats enregistrés au ministère du Travail
Le nombre des organisations syndicales enregistrées au ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale s'est élevé à 121 syndicats à juin 2019, contre 101 syndicats durant la période sus-citée de l'année 2018, a annoncé de son côté le directeur des relations du travail au ministère du Travail, Rabah Mekhazni, qui a précisé que 32 syndicats n'avaient enregistré aucune activité. M. Mekhazni a précisé que le nombre d'organisations syndicales en Algérie est passé de 101 syndicats en juin 2018, à 121 organisations en juin 2019, soit une hausse d'environ 20%. Parmi les 121 organisations syndicales enregistrées, le ministère a recensé 78 organisations syndicales des travailleurs salariés et 43 organisations syndicales du patronat, a fait savoir le responsable, ajoutant qu'»en dépit de ce nombre important des organisations syndicales, le ministère a enregistré 32 syndicats n'ayant connu aucune activité syndicale et n'ayant pas renouvelé leurs structures de base ou n'ayant pas communiqué les éléments de leur représentativité syndicale». Enfin, il est utile de rappeler que la reconnaissance du droit syndical est consacrée par la Constitution, à travers la loi n° 90-14 du 02 juin 1990, relative aux modalités d'exercice du droit syndical. Toutefois, cette loi est constamment bafouée par les gouvernements successifs, en particulier sous le règne du président déchu Bouteflika.
Créer un syndicat ou même se réunir sans épouser les thèses du pouvoir en place, c'était la croix et la bannière. Si le gouvernement a décidé aujourd'hui de faciliter la tâche aux syndicalistes ou à toutes ces personnes qui veulent créer des syndicats autonomes, c'est grâce à la nouvelle conjoncture née du mouvement du 22 février qui a instauré une nouvelle donne qui permet d'espérer plus de justice et de liberté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.