Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Boukadoum prend part à la 16e réunion des ministres des AE du Dialogue 5+5    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Ouverture de plus de 91 000 postes d'emploi en 2021    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour le 21ème vendredi: La protestation continue
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 07 - 2019

Toujours la même détermination, toujours la même mobilisation pour l‘édification d'un Etat de droit. Les citoyens ont occupé, en ce 21ème vendredi de contestation populaire, les espaces publics pour réclamer haut et fort « un Etat civil » et la libération des détenus d'opinion. A Alger, le décor n'a pas changé, mis à part un renforcement du dispositif sécuritaire. Des camions bleus de la police ont formé des lignes droites interminables de la Grande Poste d'Alger jusqu'à la Place Maurice Audin. Des fourgons installés dans les ruelles, près des espaces publics habituellement occupés par les manifestants. Ces derniers ont été fouillés par la police avant leur arrivée sur les lieux, et certains ont été arrêtés.
En dépit de la fermeture des accès menant vers la capitale, les citoyens sont sortis pour dire leur mot et pour formuler des propositions pour une sortie de cette crise politique. L'huile de moteur versée sur les poteaux électriques et aux alentours des stations du métro, vraisemblablement pour empêcher les manifestants de s'asseoir, n'a pas dissuadé les jeunes qui se sont installé dans d'autres endroits. D'autres ont marché, sans arrêt, dans les grandes artères de la capitale.
Le slogan-phare de cette 21ème action est « Etat civil et non militaire ». Et ce, en réponse au dernier discours de Gaid Salah. Les manifestants tenaient à l'édification d'un Etat civil « Non à la gestion de la République à partir des casernes », « primauté du civil sur le militaire » pouvait-on lire sur des pancartes brandies par les protestataires. Les acteurs de ce mouvement populaire ont appelé à la libération des détenus et des manifestants emprisonnés : « libérez nos enfants », «libérez Lakhdar Bouragâa», «libérez les prisonniers d'opinion ». D'autres ont brandi les portraits des martyrs qui ont sacrifié leur vie pour l'indépendance de l'Algérie. Les familles de disparus étaient parmi les manifestants en train de réclamer une justice indépendante ainsi que la vérité et rien que la vérité sur la disparation de leurs enfants, lors de la décennie noire.
A Constantine et sous une chaleur accablante, des centaines de manifestants ont tenu à battre le pavé, au centre-ville, pour ce 21ème vendredi des manifestations. Ils n'étaient pas aussi nombreux que la veille, lors des liesses populaires après la qualification de l'équipe nationale, au dernier carré de la CAN 2019, en Egypte, mais les manifestants étaient au rendez-vous, avec des slogans propres au ‘Hirak', bien évidemment. « Ils ont vendu le pays, les traîtres », criait-on. « Dawla madania, machi aâskaria » (état civil, non militaire), est un autre slogan qui a été presque dans toutes les voix des manifestants, ainsi que les nombreux écriteaux portés par les citoyens. Aussi, les manifestants ne lâchent rien pour ce qui est du départ des «2B», Bensalah et Bedoui. « La chute de la Issaba, toute la issaba », scandaient des centaines de Constantinois qui ont investi le centre-ville après la prière du vendredi. Des chants patriotiques habituels ont été, également, repris par les manifestants, drapés de l'emblème national, en ce 21ème vendredi des manifestations contre le système. Les policiers déployés en nombre au centre-ville, comme à leur habitude, bloquant certains accès qui mènent vers la wilaya, n'ont pas eu à intervenir dans la marche des manifestants, qui se déroulait dans un climat pacifique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.