Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    Real : Un gros chèque pour le recrutement    Accidents de la circulation: 45 morts et 1245 blessés en une semaine    Organisation à Londres du Festival algérien des arts et de la culture "Dz Fest"    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Déclaration de politique générale du Gouvernement: Une politique sociale "efficiente" et "équitable"    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Médicaments: Aaon évoque avec une délégation du Snapo l'amélioration de l'approvisionnement    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Peaux de banane !    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    Le plan de Benzema    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Partitions ambivalentes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 07 - 2019

S'il est prématuré de dire qu'un début de sortie de crise est en vue, il n'est pas exclu pour autant d'espérer que l'initiative du Forum civil pour le changement est à mettre dans l'escarcelle de ces victoires politiques annonciatrices du retour du calme, après des moments de forte tempête. La liste des 13 personnalités politiques proposées par le Forum pour un dialogue sérieux et serein devant ouvrir la voie à un début de résolution de l'impasse institutionnelle et constitutionnelle actuelle est une grande avancée. La stature et la crédibilité des personnalités de ce panel est de nature à donner des gages quant à la conduite du processus de dialogue et de médiation avec les autorités jusqu'à son aboutissement ultime, l'organisation d'élections générales, dont une élection présidentielle dans les meilleurs délais.
Pour autant, ce n'est pas l'épaisseur politique ou la crédibilité sociale de ces personnalités qui en feront des « sésames » devant baliser la voie pour une sortie de crise politique rapide et dans les meilleures conditions sociales possibles. Mettre noir sur blanc des noms sur une liste n'est pas une solution, ni une panacée à l'impasse institutionnelle et constitutionnelle actuelle, avec un gouvernement qui prend des décisions très lourdes pour l'avenir économique et social du pays au lieu de gérer juste une période transitionnelle. Le chef de l'Etat par intérim reste de son côté scotché dans une position attentiste au lieu d'aider tous les acteurs politiques à trouver une solution consensuelle devant mettre en orbite les grands fondamentaux du retour à la légitimité constitutionnelle, appuyée et consolidée par une large adhésion de tous les courants politiques et la société civile.
Mais, toute avancée dans le dialogue politique, dans la recherche des voies les plus pertinentes et consensuelles pour dégager la voie à l'organisation d'une élection présidentielle, et donc accélérer le retour à la légitimité constitutionnelle, ne peut se concevoir alors que les libertés individuelles et collectives sont toujours bafouées, que le champ politique reste encore verrouillé, que les atteintes flagrantes aux libertés, dénoncées par la société civile et des personnalités politiques, restent encore à bannir et, surtout, que le climat politique n'est pas encore propice à la mise à plat de tous les différends. C'est comme s'il y a quelque part un blocage, sinon un fonctionnement à deux vitesses du pays, entre celui qui est en train de « rendre gorge » à tous les auteurs de détournements et de dilapidation des biens du peuple et celui qui dit à l'autre que la priorité du moment est de mettre en place de nouvelles institutions du pays, une réorganisation de la gouvernance et l'émergence du potentiel humain devant prendre en charge cette phase délicate de transition politique.
C'est cette ambivalence dans la démarche globale des deux grandes forces politiques, celle de l'opposition avec ses différentes composantes politiques et sociales et celle du pouvoir qui veut imposer sa propre solution de sortie de crise, pas forcément acceptable, car ne prenant pas en considération la formidable demande du peuple, celle d'un changement radical de gouvernance et du personnel devant la prendre en charge. Maintenant, avancer des noms comme autant de « jokers » pour faciliter l'amorce d'un dialogue politique global ouvert sur la fin de la crise politique, cinq mois après le début du Hirak, peut être une bonne chose pour tous. A condition que chacun joue sa partition qui lui est dévolue par le peuple.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.