Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Montage automobile, les vrais coupables !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 07 - 2019

L'implication directe du Premier ministre Ouyahia et l'incarcération de deux anciens ministres de l'Industrie et des Mines, Bedda et Yousfi, alors qu'un troisième, Bouchouareb en l'occurrence, est toujours en fuite, dans le scandale de l'enquête sur les ateliers de montage de voitures, lève le voile sur la volonté manifeste de tout un système politique de noyauter l'économie nationale en la livrant à une aventure criminelle selon la définition de la justice algérienne. Le dossier du montage automobile est avant tout une affaire politique, décidée en haut-lieu, qui résume à merveille le fonctionnement d'un Etat voyou dirigé par une organisation mafieuse au sens propre du terme, un gang où familles et intérêts communs étaient les seuls leviers de commande d'une stratégie économique que Ouyahia et ses ministres ont vendue aux Algériens comme étant le parfait palliatif aux recettes des hydrocarbures. En dehors des tenants du pouvoir à l'époque, personne ne peut être rendu responsable des dérives qui ont suivi l'application des largesses offertes à des investisseurs triés sur le volet. Les cadres incarcérés dans ce dossier ne sont que des victimes collatérales d'une justice qui a reçu l'injonction de faire le grand nettoyage au risque d'éliminer les petites projections induites par les grosses tâches. De fait, ce qui s'apparente à une opération mains propres commence à prendre les contours des campagnes de moralisation de la vie économique menées en 1996 par Ouyahia, alors chef du gouvernement. En effet, de nombreux observateurs et ceux au fait des rouages du ministère de l'Industrie et des Mines affirment que rien ne pouvait se faire sans l'aval du ministre en place, particulièrement concernant ce dossier sensible. Des voix s'élèvent ainsi pour s'interroger sur l'incarcération de ces cadres, fusibles-alibis, au même titre que les patrons de groupes automobiles qui ont bénéficié d'incroyables avantages fiscaux garantis par l'Etat. Le propos n'étant pas de commenter une affaire encore en instruction mais beaucoup se demandent où se situe la responsabilité des uns et des autres sachant pertinemment que le décret exécutif fixant les conditions et les modalités d'exercice de l'activité de production et de montage de véhicules précise que l'agrément provisoire et définitif ne peut être signé que par le seul ministre chargé de l'Industrie.
Pour les défenseurs de ces cadres incarcérés, la responsabilité ne peut être diluée et elle incombe aussi bien au ministre qu'au gouvernement en place à l'époque de la délivrance des agréments, puisque le dossier du montage automobile est avant tout celui d'une politique de prédation et de rapine instituée en haut lieu et actée par un Conseil des ministres en bonne et due forme.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.