La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Montage automobile, les vrais coupables !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 07 - 2019

L'implication directe du Premier ministre Ouyahia et l'incarcération de deux anciens ministres de l'Industrie et des Mines, Bedda et Yousfi, alors qu'un troisième, Bouchouareb en l'occurrence, est toujours en fuite, dans le scandale de l'enquête sur les ateliers de montage de voitures, lève le voile sur la volonté manifeste de tout un système politique de noyauter l'économie nationale en la livrant à une aventure criminelle selon la définition de la justice algérienne. Le dossier du montage automobile est avant tout une affaire politique, décidée en haut-lieu, qui résume à merveille le fonctionnement d'un Etat voyou dirigé par une organisation mafieuse au sens propre du terme, un gang où familles et intérêts communs étaient les seuls leviers de commande d'une stratégie économique que Ouyahia et ses ministres ont vendue aux Algériens comme étant le parfait palliatif aux recettes des hydrocarbures. En dehors des tenants du pouvoir à l'époque, personne ne peut être rendu responsable des dérives qui ont suivi l'application des largesses offertes à des investisseurs triés sur le volet. Les cadres incarcérés dans ce dossier ne sont que des victimes collatérales d'une justice qui a reçu l'injonction de faire le grand nettoyage au risque d'éliminer les petites projections induites par les grosses tâches. De fait, ce qui s'apparente à une opération mains propres commence à prendre les contours des campagnes de moralisation de la vie économique menées en 1996 par Ouyahia, alors chef du gouvernement. En effet, de nombreux observateurs et ceux au fait des rouages du ministère de l'Industrie et des Mines affirment que rien ne pouvait se faire sans l'aval du ministre en place, particulièrement concernant ce dossier sensible. Des voix s'élèvent ainsi pour s'interroger sur l'incarcération de ces cadres, fusibles-alibis, au même titre que les patrons de groupes automobiles qui ont bénéficié d'incroyables avantages fiscaux garantis par l'Etat. Le propos n'étant pas de commenter une affaire encore en instruction mais beaucoup se demandent où se situe la responsabilité des uns et des autres sachant pertinemment que le décret exécutif fixant les conditions et les modalités d'exercice de l'activité de production et de montage de véhicules précise que l'agrément provisoire et définitif ne peut être signé que par le seul ministre chargé de l'Industrie.
Pour les défenseurs de ces cadres incarcérés, la responsabilité ne peut être diluée et elle incombe aussi bien au ministre qu'au gouvernement en place à l'époque de la délivrance des agréments, puisque le dossier du montage automobile est avant tout celui d'une politique de prédation et de rapine instituée en haut lieu et actée par un Conseil des ministres en bonne et due forme.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.