Tebboune présente ses vœux au peuple algérien    Football / Ligue 1 algérienne : le NC Magra et le RC Arbaâ se neutralisent (0-0)    Sahara occidental: de Mistura à Moscou pour rencontrer Lavrov    Formation professionnelle: plus de 300.000 nouvelles places pédagogiques à la prochaine rentrée    Pneumologie : faire bénéficier l'Algérie de l'expérience de sa diaspora    Fédération algérienne de football (FAF) : "Le nouveau DTN sera connu au plus tard mi-décembre"    Cérémonies et activités religieuses à travers les différentes mosquées à l'occasion du Mawlid Ennabaoui    Man United : Ten Hag voit du positif dans la prestation de Ronaldo    Le président palestinien Mahmoud Abbas souligne l'importance du prochain Sommet arabe d'Alger    «Les engagements du Président concrétisés à 80%»    L'Algérie plébiscitée pour représenter l'Afrique au Bureau de l'Assemblée générale de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Foot/ équipe nationale : "Belmadi va prolonger son contrat jusqu'au Mondial 2026"    Belaabed appelle les enseignants à s'acquitter de leurs rôles et contribuer à la promotion du système éducatif    Batna : réalisation d'une station mobile de transformation d'électricité "avant mars prochain"    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs d'Aousserd et Mahbes    Opéra d'Alger: le spectacle "Djazair zinet el bouldane" présenté au public    14e FIBDA : Rencontre à Alger avec Frédéric Ciriez, auteur du roman graphique, "Frantz Fanon"    Le processus de réforme auquel s'est engagé le Président Tebboune en vue du renouveau est désormais une réalité palpable    Des groupes organisés à l'origine de la spéculation illicite et la pénurie de certains produits alimentaires de large consommation    Benabderrahmane: Le Gouvernement oeuvre à trouver des solutions aux problèmes soulevés par les députés dans le cadre d'une approche participative    Visite de courtoisie chez Goudjil    L'Etat frappera d'une main de fer    Le Gouvernement œuvre à des solutions radicales    Chadli Bendjedid a consacré sa vie au service de son pays et de sa relance    Le SG de l'ONU rend hommage à l'Algérie    Tebboune adresse une invitation au président du Conseil de direction présidentiel au Yémen    L'Algérie gagne quatre places    Saisie de 7.143 unités de produits pyrotechniques    Algérie-Pays-Bas: Informer le citoyen sur le bon usage des fonds publics    162 médicaments en voie d'épuisement: «Le stock couvre moins d'un mois de besoins»    El-Bayadh: La nouvelle secrétaire générale de la wilaya installée    Oran: 29 harraga interceptés au large d'Arzew    À propos de l'homme qui promenait son âne    In memoriam Octobre 88    Embrouille    Tiaret: L'hippodrome «Kaïd Ahmed» plongé dans le noir    Algérie-Etats-Unis: Des relations «fortes et grandissantes»    Face aux déclarations incensées des néocolonialistes: Notre méfiance se doit d'être de mise    Comment oublier que nous avons été colonisés ?    L'UGTA se rebiffe    Le président Tebboune félicite les enseignants    Le MSP menace d'une «motion de censure»    Alerte à l'instabilité!    Fin imminente des travaux    Goudjil instruit la délégation parlementaire    Une semaine chargée pour l'ANP    La culture amazighe en deuil    Promotion ou restriction des mobilités?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mesures de confiance
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 07 - 2019

Les bases d'un dialogue national inclusif pour une sortie de crise politique que doit mener une équipe de personnalités désignées par la présidence sont jetées. La présidence, qui tient plus que jamais à organiser une élection présidentielle comme préalable politique de sortie de crise, une priorité en fait du pouvoir, a, pour se faire entendre par la classe politique, envisagé des «mesures de confiance» pour faire aboutir son projet. En clair, et à la demande du panel de personnalités désignées jeudi pour mener ce dialogue politique national, le pouvoir a annoncé qu'il va exécuter des mesures de confiance sous la forme d'une probable libération de personnes arrêtées durant les manifestations du vendredi et envisager également un allègement du dispositif sécuritaire et la pression sur les médias.
Dans les faits, et face à l'impasse politique actuelle, tout est mis en œuvre pour imposer une élection présidentielle coûte que coûte pour couper l'herbe sous les pieds de tous ceux qui appellent à une refondation de l'Etat algérien, au départ de tous les représentants de l'ancien système et l'avènement d'une nouvelle république avec du sang neuf. Cependant, aller vite et dans la précipitation, sous la pression du pouvoir, à des élections présidentielles c'est assurément courir le risque d'un chaos politique sans pareil, puisque les fondements de l'organisation d'une élection présidentielle dans les meilleures conditions politiques et sociales possibles ne sont pas garantis, encore moins réunis. En même temps, tout a l'apparence, avec l'offre du dialogue politique élaboré par la présidence, d'une condescendance envers le « Hirak » et la société civile auxquels on ouvre une sorte de porte de sortie, une friandise politique, sinon un cadeau, empoisonné quand même, pour permettre à l'opposition de ne pas perdre la face et au pouvoir de négocier en position de force.
Avec les dernières offres politiques annoncées ces derniers jours, elles ont pris la forme d'une offre de sortie de crise « à prendre ou à laisser ». Cela est palpable dans ces mesures de confiance ou d'apaisement, c'est selon, que concède le pouvoir à la rue algérienne. Et cette concession politique montre prodigieusement combien la distance séparant le pouvoir et les partis d'opposition et la société civile est grande. En même temps, l'offre de dialogue national de la présidence pour l'organisation d'une élection présidentielle est porteuse de tous les dérapages : d'une part, l'opposition ne veut pas d'élections dans les conditions politiques actuelles et, d'autre part, elle redoute que cette manœuvre ne soit orchestrée, sinon pensée, rien que pour maintenir, sous des formes plus démocratiques et acceptables vues de l'extérieur, du pouvoir et du mode de gouvernance décriés par l'opposition et la rue algérienne.
L'imbroglio politique qui bloque depuis quelques années la Tunisie sœur doit réveiller, ici en Algérie, tous ceux qui pensent à tort qu'aller vite vers des élections présidentielles, dans les circonstances politiques, sociales et économiques actuelles, est la bonne solution. Il reste au panel des personnalités désignées par la présidence de convaincre tout le monde que la priorité n'est pas tant d'aller vers des élections mais de réorganiser la vie de tous les jours, remettre le pays sur les rails, le sécuriser économiquement, reconstruire les fondements d'une nouvelle Algérie. Après, tout est négociable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.