Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel dialogue national ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 07 - 2019

C'est en quelque sorte une course contre la montre que mènent les autorités pour proposer une version crédible, sinon acceptable, du dialogue national. L'initiative, lancée et proposée par le chef de l'Etat lors de son dernier discours à la nation du 3 juillet dernier, ne semble pas trop emballer l'opposition qui y voit une tendance maladive à la perpétuation des anciens réflexes politiques que les « Hirakistes » combattent depuis le 22 février dernier. Le dialogue national que vont proposer des personnalités triées sur le volet par les autorités sera-t-il pour autant le point de départ d'une profonde réflexion nationale autour des grandes solutions de sortie de crise ? Pas évident tellement la démarche est biaisée et ne semble pas avoir pris en compte les innombrables avertissements de la classe politique, de la société civile et des cercles de réflexion selon lesquels toute démarche inique qui viendrait des autorités ne peut constituer un gage crédible pour une réelle sortie de crise politique.
Il y a d'abord cette démarche du chef de l'Etat qui veut aller directement à l'organisation d'une élection présidentielle sans passer par une phase transitoire comme le réclament depuis le début la société civile et l'opposition. La démarche des autorités veut forcer l'opposition et les acteurs politiques à adhérer à cette solution, l'organisation le plus rapidement possible d'une présidentielle, pour dépasser et mettre fin à la situation actuelle d'inconstitutionnalité des institutions de la République. C'est là le gros problème que le chef de l'Etat, M. Bensalah, veut résoudre et vite. Mais, il a plusieurs cailloux dans la chaussure, car autant sa solution ne rassemble pas un vrai consensus au sein de la classe politique, autant elle pèche par plusieurs défauts dont la non réunion des éléments nécessaires à un vrai dialogue national qui mette face à face tous les acteurs de la vie politique nationale.
En outre, le genre de proposition faite par la présidence à l'opposition, notamment la désignation de personnalités pour mener ce dialogue national de sortie de crise, ne peut avoir ni l'aval, encore moins la caution de l'opposition qui veut plus que jamais que les choses changent dans la manière de gérer cette phase difficile. A commencer par la mise en place d'un gouvernement de transition, constitué de personnalités crédibles et à audience nationale, qui sera chargé d'abord de réajuster la situation sur le plan social et économique, remettre de l'ordre dans les affaires du pays, ensuite réfléchir à la tenue d'élections générales dont une élection présidentielle.
Si l'opposition et la société civile insistent pour l'instauration d'une phase transitoire menée par des personnalités crédibles et compétentes avant toute tenue d'élections, décisives pour l'avenir politique du pays, ce n'est pas là, cependant, le point de vue de la présidence dont la priorité reste axée sur l'évitement d'une trop longue période de «non constitutionnalité» de la gouvernance actuelle, y compris les fonctions du chef de l'Etat et du gouvernement Bedoui. Seules les deux chambres du Parlement, parce qu'élues, restent «constitutionnelles» au regard de la loi fondamentale, alors que le Conseil constitutionnel lui-même est touché par cette sorte de prescription sur les institutions du pays. Pour autant, la grande inconnue de ce processus de dialogue national sera l'attitude qu'adopteront l'Etat et l'ANP. Certes, Bensalah avait promis la neutralité de l'Etat et de l'armée, mais les animateurs du Forum national pour le dialogue restent sceptiques quant à ce processus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.