Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Forêts: 9.000 hectares ravagés par les incendies
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 08 - 2019

Les feux de forêts enregistrés jusqu'à présent ne sont pas alarmants, selon les déclarations du directeur général des forêts (DGF) Ali Mahmoudi, qui a estimé dans un entretien à l'agence APS que l'année 2019 se présente jusqu'au mois d'août comme une « année normale » en termes de feux de forêts.
Le bilan actuel est de 9.000 hectares de forêts décimées par les incendies, selon le DGF, qui a précisé que l'Algérie avait enregistré, au cours des vingt dernières années, une moyenne annuelle globale de 32.000 hectares de superficies forestières ravagées par les feux. L'année 2018 a été cependant « exceptionnelle» avec une surface forestière de 23.000 hectares décimée par les feux. Depuis le début de la campagne de lutte contre les incendies de forêts, qui débute en juin, et jusqu'au mois d'août 2019, les feux ont détruit plusieurs types d'arbres dont le pin d'Alep et le chêne-liège. Globalement, selon le DGF, il y a eu 1.246 foyers d'incendie depuis le 1er juin 2019, détruisant près de 2.363 hectares de forêts (26%), 2.530 hectares de maquis (28%) et 4.111 hectares de broussailles (46%). Cependant, les arbres et les animaux menacés d'extinction n'ont pas été touchés par les incendies : onze cèdres de l'Atlas ont été détruits dans les parcs nationaux du Djurdjura et de Theniet el-Had et cinq singes magots ont péri dans le parc national du Djurdjura (wilaya de Bouira), souligne le DGF qui a précisé que le mois de juillet a connu le plus de pertes avec 27 foyers d'incendies, qui ont dévasté 5.940 hectares de forêts, soit 66% du bilan actuel. Quant aux wilayas les plus touchées par ce fléau, il y a notamment Tizi Ouzou, Aïn Defla, Tissemssilt, et Bejaia qui totalisent 53% des incendies de forêts enregistrés entre le 1er juin et le 4 août 2019, soit une superficie totale de 4.769 hectares décimés par le feu.
Par ailleurs, le DGF a reconnu, concernant les causes de ces incendies, que l'origine de 85% de ces feux reste indéterminée. D'où les projets de partenariat lancé le 17 juin 2019 à Alger par la Direction générale des forêts avec l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'ambassade du Japon pour des enquêtes sur les causes des incendies de forêts et les techniques de lutte contre ces feux. Avec les Douanes et la Gendarmerie nationale, il y a eu également la signature de conventions en matière d'enquête en cas d'incendie volontaire, a expliqué le DGF, qui a précisé que d'autres conventions devraient suivre avec les services de la Sûreté nationale. Pour lui, les tessons de bouteilles, les déchets en verre et autres résidus contenant des matières inflammables laissés par les citoyens dans les forêts et les décharges anarchiques figurent parmi les principales causes de ces feux, comme il a réfuté l'existence d'incendies volontaires pour la fabrication du charbon de bois, ou pour s'approprier un terrain. « Scientifiquement parlant, le bois brûlé perd son pouvoir calorifique en présence d'oxygène, d'où l'impossible exploitation du charbon à partir des feux de forêts », a expliqué M. Mahmoudi, selon lequel « des procédures bien réglementées régissent la propriété foncière et il ne suffit pas de brûler la partie d'une forêt pour se l'approprier. » Pour couper court aux accusations portées contre les « producteurs de charbon », il a relevé en outre qu'il existe des unités de production de charbon dont les autorisations sont délivrées par la Direction générale des forêts après un appel d'offres. En 2019, les services des forêts ont enregistré la production de près de 9.000 quintaux de charbon de bois à travers 34 unités industrielles spécialisées dans les wilayas de Mascara, Oum El-Bouaghi, Constantine, Jijel, Aïn Defla, Blida et Chlef, alors que 402 kg de charbon produits de façon illicite ont été saisis durant la même année. Enfin, pour le recensement des pertes, M. Mahmoudi a indiqué que cette mission a été confiée à des commissions « ad hoc », présidées par les walis et comprenant les directeurs des services agricoles, les directeurs des forêts des wilayas, les président de daïras et de communes et les services de la Protection civile. Pour les indemnisations, M. Mahmoudi a fait savoir qu'il existait des mesures d'assurances des biens agricoles et privés en amont.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.