Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 08 - 2019

De nouveau, la réforme du baccalauréat, devenu un vieux serpent de mer, revient au devant de l'actualité du secteur de l'éducation, à deux semaines de la rentrée scolaire.
Jeudi, durant sa visite dans la wilaya d'Aïn-Defla, le ministre de l'Education nationale, Abdelhakim Belabed, avait indiqué que le projet de réforme du baccalauréat est toujours en cours. Il a déclaré en substance que «le dossier de la réforme du baccalauréat est toujours en cours d'étude». Le ministre a ajouté que «plusieurs mesures seront dévoilées ultérieurement». Invité par Le Quotidien d'Oran à commenter les déclarations du ministre, le coordinateur du Snapeste, M. Meziane Meriane, a estimé qu'il faut «dire clairement qu'il n'y a pas de réforme du bac. Réduire cet examen en le ramenant à trois jours, ce n'est pas une réforme ; je dirais qu'on économise quelques sous.» «A partir du moment où les coefficients des matières n'ont pas changé, le nombre de matière à comptabiliser dans la moyenne du bac n'ont pas changé, il n'y a rien de changé dans la réforme du bac », explique M. Meriane qui précise : «Sauf qu'on donne aux élèves une chance supplémentaire pour avoir le bac, qui ne va pas refléter la réalité, le niveau de l'enseignement.» Et, le «bac sera ramené à trois jours contre un bac de qualité. Il sera ramené à trois jours contre 5 jours !» Les matières «qui ne vont pas être introduites dans cet examen seront introduites dans la fiche de synthèse», ajoute-t-il.
Le coordinateur du Snapeste a expliqué par ailleurs que «ce qu'on a proposé n'a pas été retenu ; ce qui a fait l'unanimité a été refusé par le gouvernement. Il faut dire les choses clairement : les syndicats ont proposé d'autres variantes, et ils ont pris une variante qui n'a pas fait l'unanimité.» D'autre part, M. Meriane souligne que «les coefficients n'ont pas été révisés. Donc, un élève peut avoir la moyenne générale, mais pas avec celle des matières principales : un élève qui a 9 en maths, 9 en physique et 9 en sciences, et de bonnes notes dans les autres matières non principales peut décrocher son bac, mais avec de mauvaises notes dans les matières essentielles de sa filière, Sciences par exemple».
De son côté, M. Boualem Amoura, président du Satef, n'en pense pas moins sur cette réforme du baccalauréat. Pour lui, cette réforme «est du réchauffé», car «ils n'ont ni la volonté, ni le courage politique d'aller vers la réorganisation du bac et la refonte de l'enseignement secondaire». «Ce dossier de la réorganisation du bac, on y a travaillé durant une année, durant l'année 2015-2016. L'ex-ministre l'a déposé deux fois, et c'est l'ex- Premier ministre Abdelmalek Sellal, qui l'a jeté à la poubelle.
Il n'a rien fait». «Maintenant, si le ministre veut réactualiser ce dossier, il n'y a pas de problème, car il faut revoir d'une part le mode d'organisation du baccalauréat, ensuite on doit revoir l'enseignement secondaire, car ils vont de pair.» Pour M. Amoura, «la première étape, c'est réduire le nombre de jours du bac, la seconde étape, c'est revoir aussi l'enseignement secondaire.» La réorganisation du baccalauréat, un projet en maturation au ministère depuis 2015, «entrera en vigueur en 2020, avec notamment le retour à l'ancienne formule de trois jours au lieu de cinq actuellement», avait annoncé en novembre dernier l'ex-ministre de l'Education nationale Nouria Benghebrit. Elle a alors évoqué «un consensus avec le partenaire social (syndicats et associations de parents d'élèves) sur la réduction des jours d'examen de cinq à trois jours». Il a été également convenu, avait-elle ajouté, l'inclusion de l'évaluation continue en 2ème et 3ème secondaires, avant d'affirmer que les matières «Education islamique» et «Histoire et géographie» feront partie des épreuves écrites du baccalauréat.
Pour les autres matières, la ministre avait expliqué que «certaines seront incluses dans l'évaluation continue à partir de la 2ème année secondaire avec la pondération nécessaire entre les matières. La moyenne du baccalauréat comprendra ainsi la note de cette évaluation continue pour chaque matière et celle des épreuves écrites de l'examen».
Le ministre de l'Education nationale, en plus de la réforme du bac, avait également annoncé à Aïn-Defla que ses services ont «entamé une réflexion sur les modalités d'introduction de l'enseignement de l'anglais dès le primaire». M. Meziane Meriane a relevé sur ce dossier que l'introduction de l'enseignement de l'anglais dès le primaire doit être réalisée en fonction de nos moyens.» « Je crois qu'il ne faut pas singer l'Orient, qui utilise l'anglais», a-t-il ajouté. «Maintenant, si on a les moyens de former des enseignants capables d'introduire l'anglais dans le primaire, alors pourquoi pas ? Mais, il faut avoir les moyens et non faire dans la démagogie.» «Moi, je parle d'enseignants, de personnels encadreurs, et si on les a, pourquoi pas ?». Selon M. Meriane, «il faut préparer le terrain, car un élève ce n'est pas une pièce mécanique ; il faut préparer le terrain pour introduire l'anglais.»
M. Boualem Amoura du Satef pense de son côté que la réflexion engagée par le ministère «est une position sage, car on ne peut passer tout de suite du français à l'anglais.» Il a ajouté que «nous n'avons pas les moyens, ni humains, ni didactiques ou pédagogiques». En plus, «nous n'avons pas assez d'enseignants. Après, il y a le manque de documentation», précise-t-il avant de relever qu'il y a «des gens qui lancent comme ça des choses, je ne sais pas si c'est de la diversion avec la révolution pacifique. On n'a pas besoin de paroles en l'air», «la question qui se pose est de savoir si on a les moyens de cette réforme qui nécessite au moins quinze années.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.