Tebboune nomme le général Gouasmia à la tête de la Gendarmerie nationale    Djerad: La numérisation du système bancaire permettra de régler le problème de liquidités    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    ES Sétif: L'Entente crie au scandale    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Selon le ministre de la Santé: «Rien n'empêche de reconfiner à nouveau»    Sétif: Deux morts et un blessé dans l'effondrement d'un tunnel minier    LA RESPONSABILISATION DE CHACUN COMME SEUL REMEDE    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    Vers une réouverture graduelle    Benbouzid annonce des mesures strictes    Ce que prévoit la loi    Une commission d'enquête sur les causes de l'effondrement du tunnel minier à Ain Azal    Ligue des champions africaine : La CAF renonce officiellement au Final four    Saison footballistique 2020/2021 : Zones d'ombre et interrogations    BNA: lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Hommage au collectif d'avocats du FLN jeudi    Cérémonie d'installation du nouveau commandant de la Gendarmerie nationale    La défense de Khalida Toumi évoque une détention ‘'illégale''    Décès de M'hamed Benredouane: Tebboune adresse ses condoléances    532 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Effondrement d'un tunnel minier à Ain Azal: Tebboune présente ses condoléances    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : 4 ans de prison requis contre le journaliste Khaled Drarni    Football : la LFP propose de baptiser le stade de Saïda au nom de Saïd Amara    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Covid-19 et Toufik-34    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Tipasa : Une artisane aux doigts de fée    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Des départs plus grands !    Verdict pour quatre suspects    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 08 - 2019

De nouveau, la réforme du baccalauréat, devenu un vieux serpent de mer, revient au devant de l'actualité du secteur de l'éducation, à deux semaines de la rentrée scolaire.
Jeudi, durant sa visite dans la wilaya d'Aïn-Defla, le ministre de l'Education nationale, Abdelhakim Belabed, avait indiqué que le projet de réforme du baccalauréat est toujours en cours. Il a déclaré en substance que «le dossier de la réforme du baccalauréat est toujours en cours d'étude». Le ministre a ajouté que «plusieurs mesures seront dévoilées ultérieurement». Invité par Le Quotidien d'Oran à commenter les déclarations du ministre, le coordinateur du Snapeste, M. Meziane Meriane, a estimé qu'il faut «dire clairement qu'il n'y a pas de réforme du bac. Réduire cet examen en le ramenant à trois jours, ce n'est pas une réforme ; je dirais qu'on économise quelques sous.» «A partir du moment où les coefficients des matières n'ont pas changé, le nombre de matière à comptabiliser dans la moyenne du bac n'ont pas changé, il n'y a rien de changé dans la réforme du bac », explique M. Meriane qui précise : «Sauf qu'on donne aux élèves une chance supplémentaire pour avoir le bac, qui ne va pas refléter la réalité, le niveau de l'enseignement.» Et, le «bac sera ramené à trois jours contre un bac de qualité. Il sera ramené à trois jours contre 5 jours !» Les matières «qui ne vont pas être introduites dans cet examen seront introduites dans la fiche de synthèse», ajoute-t-il.
Le coordinateur du Snapeste a expliqué par ailleurs que «ce qu'on a proposé n'a pas été retenu ; ce qui a fait l'unanimité a été refusé par le gouvernement. Il faut dire les choses clairement : les syndicats ont proposé d'autres variantes, et ils ont pris une variante qui n'a pas fait l'unanimité.» D'autre part, M. Meriane souligne que «les coefficients n'ont pas été révisés. Donc, un élève peut avoir la moyenne générale, mais pas avec celle des matières principales : un élève qui a 9 en maths, 9 en physique et 9 en sciences, et de bonnes notes dans les autres matières non principales peut décrocher son bac, mais avec de mauvaises notes dans les matières essentielles de sa filière, Sciences par exemple».
De son côté, M. Boualem Amoura, président du Satef, n'en pense pas moins sur cette réforme du baccalauréat. Pour lui, cette réforme «est du réchauffé», car «ils n'ont ni la volonté, ni le courage politique d'aller vers la réorganisation du bac et la refonte de l'enseignement secondaire». «Ce dossier de la réorganisation du bac, on y a travaillé durant une année, durant l'année 2015-2016. L'ex-ministre l'a déposé deux fois, et c'est l'ex- Premier ministre Abdelmalek Sellal, qui l'a jeté à la poubelle.
Il n'a rien fait». «Maintenant, si le ministre veut réactualiser ce dossier, il n'y a pas de problème, car il faut revoir d'une part le mode d'organisation du baccalauréat, ensuite on doit revoir l'enseignement secondaire, car ils vont de pair.» Pour M. Amoura, «la première étape, c'est réduire le nombre de jours du bac, la seconde étape, c'est revoir aussi l'enseignement secondaire.» La réorganisation du baccalauréat, un projet en maturation au ministère depuis 2015, «entrera en vigueur en 2020, avec notamment le retour à l'ancienne formule de trois jours au lieu de cinq actuellement», avait annoncé en novembre dernier l'ex-ministre de l'Education nationale Nouria Benghebrit. Elle a alors évoqué «un consensus avec le partenaire social (syndicats et associations de parents d'élèves) sur la réduction des jours d'examen de cinq à trois jours». Il a été également convenu, avait-elle ajouté, l'inclusion de l'évaluation continue en 2ème et 3ème secondaires, avant d'affirmer que les matières «Education islamique» et «Histoire et géographie» feront partie des épreuves écrites du baccalauréat.
Pour les autres matières, la ministre avait expliqué que «certaines seront incluses dans l'évaluation continue à partir de la 2ème année secondaire avec la pondération nécessaire entre les matières. La moyenne du baccalauréat comprendra ainsi la note de cette évaluation continue pour chaque matière et celle des épreuves écrites de l'examen».
Le ministre de l'Education nationale, en plus de la réforme du bac, avait également annoncé à Aïn-Defla que ses services ont «entamé une réflexion sur les modalités d'introduction de l'enseignement de l'anglais dès le primaire». M. Meziane Meriane a relevé sur ce dossier que l'introduction de l'enseignement de l'anglais dès le primaire doit être réalisée en fonction de nos moyens.» « Je crois qu'il ne faut pas singer l'Orient, qui utilise l'anglais», a-t-il ajouté. «Maintenant, si on a les moyens de former des enseignants capables d'introduire l'anglais dans le primaire, alors pourquoi pas ? Mais, il faut avoir les moyens et non faire dans la démagogie.» «Moi, je parle d'enseignants, de personnels encadreurs, et si on les a, pourquoi pas ?». Selon M. Meriane, «il faut préparer le terrain, car un élève ce n'est pas une pièce mécanique ; il faut préparer le terrain pour introduire l'anglais.»
M. Boualem Amoura du Satef pense de son côté que la réflexion engagée par le ministère «est une position sage, car on ne peut passer tout de suite du français à l'anglais.» Il a ajouté que «nous n'avons pas les moyens, ni humains, ni didactiques ou pédagogiques». En plus, «nous n'avons pas assez d'enseignants. Après, il y a le manque de documentation», précise-t-il avant de relever qu'il y a «des gens qui lancent comme ça des choses, je ne sais pas si c'est de la diversion avec la révolution pacifique. On n'a pas besoin de paroles en l'air», «la question qui se pose est de savoir si on a les moyens de cette réforme qui nécessite au moins quinze années.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.