Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les objectifs stratégiques du futur président de la République 2020/2025: faire de l'Algérie un pays émergent (Suite et fin)
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 08 - 2019

3. La transition d'une économie de rente à une économie hors hydrocarbures
Comme je l'ai démontré dans un ouvrage paru à l'Office des Publications Universitaires (OPU Alger 1983) « valeur, prix et croissance économique», en référence à la théorie de la thermodynamique, le monde est en perpétuel mouvement. Même la pierre et notre univers (avec le réchauffement climatique influences géostratégiques sur la cartographie géographique mondiale) que l'on croit inerte se décompose lentement à travers les décennies et les siècles. La société n'échappe pas à cette règle ou les mouvements culturels ( qui seront prépondérants entre 2030/2040), économiques, sociaux, politiques avec des acteurs n'ayant pas toujours les mêmes objectifs, engendrent des transformations soit positives ou négatives. Le temps ne se rattrape jamais en économie que l'on peut définir comme la maitrise et le gain du temps. Toute nation qui n'avance pas recule forcément en niveau de vie, comparée aux profondes transformations mondiales. C'est dans ce cadre que le défit du futur président peut se résumer ainsi : soit une véritable stratégie d'adaptation à ce monde turbulent et instable, de profondes réformes afin de favoriser le développement durable ou une régression de l'Algérie tant dans le domaine économique, social, politique et militaire dans la mesure ou le véritable pouvoir économique mondial et l'influence diplomatique au niveau de la diplomatie repose sur une économie forte, où les deux pivots du développement du XXIème siècle sont la bonne gouvernance et la maitrise du savoir étant l''aube de la quatrième révolution économique mondiale 2020/20030. Il n'est plus permis aujourd'hui de faire l'impasse sur le rôle que des acteurs résidents, mus puissamment par des intérêts organiquement liés à la distribution de la rente, qui ont pu à un moment où à un autre peser dans un sens franchement défavorable aux réformes politiques et économiques. De même qu'il n'est plus possible, du point de vue de l'analyse aussi, d'occulter le rôle que d'autres acteurs, externes ceux-là, ont pu jouer dans un sens tout aussi défavorable, motivés qu'ils étaient eux aussi par la défense d'intérêts de groupes ou de personnes que la poursuite d'un commerce hautement lucratif rendait allergiques à toute velléité de changement et de réformes. Des acteurs internes aussi bien que des acteurs externes ont agi clairement dans le sens contraire, encourageant et défendant, par des moyens divers, la mise en œuvre de réformes dont la nécessité n'échappe à personne. Comme il n'est plus permis d'ignorer la nécessaire adaptation de l'Algérie face aux nouvelles mutations mondiales dont son devenir est dans l'espace euro-méditerranéen et africain, expliquant aussi les réformes en profondeur du fonctionnement de la société algérienne et non des replâtrages organisationnels, impliquant d'analyser avec lucidité les relations dialectiques réformes et les segments de la production de la rente ( Sonatrach) et celui de sa redistribution ( système financier), bouleversent des intérêts, les gagnants de demain n'étant pas forcément ceux d'aujourd'hui. Lorsque la valeur de la rente des hydrocarbures s'accroit, paradoxalement les réformes sont freinées et l'on assiste à une redistribution passive de la rente pour une paix sociale éphémère avec l'extension de la corruption et une concentration excessive du revenu national au profit d'une minorité rentière. Ce couple contradictoire rente/réformes explique fondamentalement l'instabilité juridique et le manque de cohérence et de visibilité dans la réforme globale.
4. Des réformes pour solutionner la crise politique durablement
Tout projet étant porté par forcément des forces sociales, souvent avec des intérêts différents, en démocratie les urnes, la population tranchant sur le projet de société, où la minorité politique se soumet à la volonté de la majorité, tout en restant une force de propositions .Comment ne pas rappeler que par le passé,(2005), j'ai eu l'honneur de coordonner plusieurs ouvrages pluridisciplinaires, d'une brûlante actualité, ayant abordé les réformes politiques, sociales et économiques, fruit d'un travail collectif à la rédaction duquel ont contribué des collègues spécialistes en anthropologie, en économie et en sciences politiques des universités d'Oran et d'Alger (Casbah Editions deux volumes 520 pages sous le titre réformes et démocratie- 2005). A cette époque, j'avais donné plusieurs conférences aux universités de Annaba, de Constantine, de Tizi Ouzou, de Bejaia , Mascara, Sid Bel Abbès, Tlemcen, d'Oran, à l'Académie militaire Inter-Armes de Cherchell, avant de clôturer à l'Ecole nationale d'administration d'Alger (ENA) et ce pour expliquer notre démarche fondée sur l'alternance démocratique tenant compte de notre authenticité, afin d'arriver à une économie diversifiée hors hydrocarbures dans le cadre des valeurs internationales avec l'avènement de la quatrième révolution économique mondiale 2020/2030. Que de perte de temps et dommage que nous n'ayons pas été écoutés. Mais devant privilégier uniquement les intérêts supérieurs de l'Algérie, il n'est jamais trop tard pour bien faire, devant éviter la sinistrose mais également l'autosatisfaction démagogique destructrice, l'Algérie possédant toutes les potentialités de sortie de crise, sous réserve d'une réelle volonté politique de profondes réformes structurelles. Et la solution se trouve dans le dialogue productif avec ces concessions réciproques privilégiant uniquement l'avenir de l'Algérie, entre le pouvoir, l'opposition et la majorité de la société civile représentative avec finalité une élection transparente, (commission indépendante de la présidence et de l'exécutif) ) loin de ces réunionites et commissions qui font perdre du temps au pays. Il appartiendra au futur président, qui doit être élu sur la base d'un programme précis, d'entamer rapidement les réformes tant politiques qu'économiques urgentes. Car dans le cas du retour au FMI 2021/2022, il serait utopique tant pour le pouvoir, l'opposition qu'El Hirak de parler d'indépendance sécuritaire, politique qu'économique. Nous aurons alors des incidences géostratégiques négatives de déstabilisation de la région méditerranéenne et africaine que ne souhaitent ni les Etats-Unis d'Amérique, ni l'Europe, ni d'ailleurs aucun Algérien patriote, comme je l'ai souligné dans deux interviews l'une à AfricaPresse Paris, l'autre à l'American Herald Tribune « Dr. Abderrahmane Mebtoul: «Algeria Still Faces Significant Challenges.
En résumé, l'objet de cette contribution a été un bref rappel des conclusions des différentes conférences et travaux que j'ai eu à diriger de 1974 à 2018 d'une brûlante actualité, existence des liens entre les réformes politiques et économiques devant avoir une vision stratégique. Nous n'avons donc pas attendu les évènements récents et les différents rapports de la Banque mondiale, du FMI, pour proposer des solutions concrètes de sortie de crise pour l'Algérie (voir notre conférence devant le Premier ministre et les différents membres du gouvernement au Palais des Nations le 26 novembre 2014 sur l'impact de la baisse du prix des hydrocarbures sur les équilibres macro-économiques et macro-sociaux, ayant averti qu'il fallait ne plus vivre de l'illusion de la rente éternelle pour éviter la dérive vénézuélienne. Cela faisait suite au débat que j'ai tenu à Radio France Internationale RFI Paris le 12 novembre 2014, avec le Pr Antoine Halff ex économiste en chef du gouvernement Barak Obama et directeur de la prospective à l'AIE, sur « les perspectives de la chute du cous des hydrocarbures et leurs impacts sur l'économie algérienne ». L'Algérie a besoin qu'un regard critique et juste soit posé sur sa situation sur ce qui a déjà été accompli et sur ce qu'il s'agit d'accomplir encore au profit exclusif d'une patrie qui a besoin de se retrouver et de réunir tous ses enfants autour d'un même projet, d'une même ambition et d'une même espérance. Aussi, les objectifs stratégiques du futur président de la République est de faire de l'Algérie un pays émergent : elle en a les potentialités. [email protected]
*Professeur expert International
Références
- Algeria, in an unfinished transition period Challenges of 2018, 2020 & 2030 Algeria: Reform » by Dr A. Mebtoul | Aug 5, 2018 - Ouvrage collectif sous la direction du professeur Abderrahmane MEBTOUL « Les enjeux de l'Algérie : réformes et démocratie » 2 volumes Casbah Edition Alger- 2005 (520 pages) Conférence du professeur Abderrahmane Mebtoul le 26 novembre 2014 au Club des Pins Palais des Nations Alger en présence du Premier ministre, de la majorité des membres du gouvernement et des cadres de la Nation- qui faisait suite au débat que j'ai tenu à Radio France Internationale RFI Paris le 12 novembre 2014, avec le Pr Antoine Halff ex économiste en chef du gouvernement Barak Obama et directeur de la prospective à l'AIE, sur « les perspectives de la chute du cous des hydrocarbures et leurs impacts sur l'économie algérienne
-Interviews au quotidien financier français la Tribune.fr mars 2018- à l'American Herald Tribune 28 décembre 2016 (58 pages) et au quotidien financier français la Tribune.fr mars 2017 « toute déstabilisation de l'Algérie aurait un impact sur l'espace méditerranéen et africain » 11 aout 2018 à l'American Herald Tribune sur le bilan et les perspectives de l'économie algérienne 2018/2020/2030 en anglais (USA -Ouvrage collectif « Les enjeux géostratégiques de l'intégration du grand Maghreb » Edition Harmattan Paris/ France 2015 sous la direction d'Abderrahmane Mebtoul et de Camille Sari deux ouvrages (1050 pages) Le premier ouvrage collectif s'intitule, quelle gouvernance et quelles institutions au Maghreb face aux enjeux géostratégiques Le second ouvrage collectif traite de l'intégration économique maghrébine, un destin obligé.
- L'Afrique, le Maghreb face aux enjeux des flux migratoires » site Afrik Press Paris France deux parties 24/27 juin 2018- contribution du professeur Abderrahmane Mebtoul Institut Français des Relations Internationales IFRI- « La coopération Europe/Maghreb face aux enjeux géostratégiques 55 pages 04 avril 2011 » et du même auteur « la problématique de la sphère informelle au Maghreb (IFRI 28 pages 03 décembre 2013) - contribution réactualisée à paraitre au niveau de l'Institut militaire de documentation, d'évaluation et de prospective du MDN- Ministère de la Défense Nationale revue Strategia novembre 2019
- Conférence du Pr Abderrahmane Mebtoul au colloque international Ministère de la Défense nationale Institut de Documentation, d'Evaluation et de Prospective : « Sécurité collective et nouvelles conflictualités : les défis contemporains de la construction de la paix qui se tiens Alger 8 janvier 2019 et à l'Ecole supérieure de guerre Ministère de la Défense nationale les impacts stratégiques sur l'économie algérienne des fluctuations du cours des hydrocarbures Alger 19 mars 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.