Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Les avocats dénoncent les nouvelles taxes    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Le football local victime de bricolage    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Le rendez-vous de Benflis    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    En dépit du déficit: «Le système de sécurité sociale n'est pas en faillite»    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    Tizi Ouzou: Un mort et un blessé dans une fusillade    La convergence se dessine entre le politique et le syndical    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    «Papicha» ou le drame de la censure?    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    L'enseignement religieux : Une pratique séculaire dans les ksour et oasis de Ghardaïa    Syrie: Paix toujours fragile au deuxième jour de la trêve entre Turcs et Kurdes    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Jeux Méditerranéens 2021 : Noureddine Bedoui préside une réunion interministérielle consacrée aux préparatifs    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Des milliers de manifestants à Londres pour un second référendum    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





GALETTE ET PETIT-LAIT
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 09 - 2019

A eux seuls, deux chiffres scandés et répétés comme un cri d'alarme mettent à nu mieux que n'importe laquelle des savantes lectures boursières la profondeur de la misère algérienne. Confondues, les créances dues par les usagers envers la Sonelgaz et le pourvoyeur national d'eau dépasseraient les 100 milliards de dinars. Traduits en vocabulaire cuisinier, il s'agit de plus de mille milliards de centimes. Si ces dettes pèsent sur le dos des ménages, des organismes et des entreprises à parts presque égales, il n'est nul besoin de s'arrêter sur le détail des virgules. Elles seraient d'un dérisoire flagrant car l'embarras des gestionnaires de ces secteurs névralgiques est supposé naître d'abord de la crise politique nationale et en cette période de dangereuses turbulences, il n'est pas conseillé de titiller une population échaudée. Entre les règles d'une gestion rationnelle et les impératifs discutables d'une tempérance politicienne, ils ont les mains liées et les calculatrices bloquées.
Un grand paradoxe s'affiche alors entre l'incontestable entrée de plain-pied dans la modernité pour une large majorité d'Algériens et l'impossibilité pour elle d'en payer le prix. Concilier le produit de la sueur de son front avec les nouvelles exigences de la vie contemporaine n'est plus un exercice aisé au point où on serait en passe de regretter le temps passé lorsqu'une galette de pain et une tasse de petit-lait pour dîner suffisaient à assurer le bonheur et la tranquillité.
Puérile consolation si elle devait l'être, en ce début de siècle, la majorité des peuples d'un monde bouleversé n'est pas en reste. Tout en distribuant aux consommateurs des servitudes imparables, les progrès technologiques réalisés exigent en même temps d'eux d'impossibles acrobaties financières. La nouvelle ère de la modernité se déclare encore plus foudroyante avec le tsunami de l'informatique et l'avancée perverse de la robotique.
C'est dans ce bain bouillant-là, et pas dans un autre, que s'annonce l'élection présidentielle algérienne. Se contenter pour les Algériens d'élire un farfelu prétentieux serait se conformer à un retour inévitable à avaler quelques dattes et à boire quelques gorgées de lait de brebis pour étouffer la faim.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.