Le Président Tebboune : si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer    La défense arrache difficilement un second renvoi    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Un attaquant étranger pour boucler le recrutement    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    Boukadoum retourne à Bamako    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Boukaroum exclu de l'AG    La fille des Aurès    Les non-dits    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    Les citoyens interpellent le wali    Entre enthousiasme et appréhensions    19 harraga arrêtés au large d'Arzew    Le Sébaou, un fleuve spolié    Les femmes en force à Jijel    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    Un projet de musée dédié au costume traditionnel    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    L'Algérie ne renoncera point à la récupération des restes mortuaires de ses résistants    Les comportements-barrières d'antan    Ils revendiquent la régularisation de leur situation professionnelle: Sit-in des travailleurs du pré-emploi devant la wilaya    Conseil des ministres: Feu vert pour l'exploitation artisanale des gisements d'Or    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Chlef: La nouvelle présidente du tribunal administratif installée    Tebboune rencontre des responsables de médias: Internet, rentrée scolaire, liberté d'expression…    ECORCHURE    DEPECHE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    BRAVADE AVEUGLE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





GALETTE ET PETIT-LAIT
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 09 - 2019

A eux seuls, deux chiffres scandés et répétés comme un cri d'alarme mettent à nu mieux que n'importe laquelle des savantes lectures boursières la profondeur de la misère algérienne. Confondues, les créances dues par les usagers envers la Sonelgaz et le pourvoyeur national d'eau dépasseraient les 100 milliards de dinars. Traduits en vocabulaire cuisinier, il s'agit de plus de mille milliards de centimes. Si ces dettes pèsent sur le dos des ménages, des organismes et des entreprises à parts presque égales, il n'est nul besoin de s'arrêter sur le détail des virgules. Elles seraient d'un dérisoire flagrant car l'embarras des gestionnaires de ces secteurs névralgiques est supposé naître d'abord de la crise politique nationale et en cette période de dangereuses turbulences, il n'est pas conseillé de titiller une population échaudée. Entre les règles d'une gestion rationnelle et les impératifs discutables d'une tempérance politicienne, ils ont les mains liées et les calculatrices bloquées.
Un grand paradoxe s'affiche alors entre l'incontestable entrée de plain-pied dans la modernité pour une large majorité d'Algériens et l'impossibilité pour elle d'en payer le prix. Concilier le produit de la sueur de son front avec les nouvelles exigences de la vie contemporaine n'est plus un exercice aisé au point où on serait en passe de regretter le temps passé lorsqu'une galette de pain et une tasse de petit-lait pour dîner suffisaient à assurer le bonheur et la tranquillité.
Puérile consolation si elle devait l'être, en ce début de siècle, la majorité des peuples d'un monde bouleversé n'est pas en reste. Tout en distribuant aux consommateurs des servitudes imparables, les progrès technologiques réalisés exigent en même temps d'eux d'impossibles acrobaties financières. La nouvelle ère de la modernité se déclare encore plus foudroyante avec le tsunami de l'informatique et l'avancée perverse de la robotique.
C'est dans ce bain bouillant-là, et pas dans un autre, que s'annonce l'élection présidentielle algérienne. Se contenter pour les Algériens d'élire un farfelu prétentieux serait se conformer à un retour inévitable à avaler quelques dattes et à boire quelques gorgées de lait de brebis pour étouffer la faim.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.