Le Président Tebboune : si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer    La défense arrache difficilement un second renvoi    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Un attaquant étranger pour boucler le recrutement    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    Boukadoum retourne à Bamako    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Boukaroum exclu de l'AG    La fille des Aurès    Les non-dits    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    Les citoyens interpellent le wali    Entre enthousiasme et appréhensions    19 harraga arrêtés au large d'Arzew    Le Sébaou, un fleuve spolié    Les femmes en force à Jijel    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    Un projet de musée dédié au costume traditionnel    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    L'Algérie ne renoncera point à la récupération des restes mortuaires de ses résistants    Les comportements-barrières d'antan    Ils revendiquent la régularisation de leur situation professionnelle: Sit-in des travailleurs du pré-emploi devant la wilaya    Conseil des ministres: Feu vert pour l'exploitation artisanale des gisements d'Or    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Chlef: La nouvelle présidente du tribunal administratif installée    Tebboune rencontre des responsables de médias: Internet, rentrée scolaire, liberté d'expression…    ECORCHURE    DEPECHE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    BRAVADE AVEUGLE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 09 - 2019

  Dans notre précédente édition, nous faisions état d'une alerte lancée par l'association APOCE concernant des « pommades cancérigènes » mises en vente en Algérie via des « pages Facebook ». Sollicité pour donner un éclaircissement de spécialiste, le président du SNAPO (syndicat des pharmaciens d'officines), Messaoud Belambri, n'écarte pas qu'il puisse s'agir de « produits dangereux », car « importés illégalement », mais écarte la possibilité que ces produits « soient mis sur le marché au niveau des officines ». « Il ne s'agit absolument pas de médicament », affirme le président du SNAPO. « Le problème c'est qu'il peut s'agir de produits contenant de fortes doses de corticoïdes, ou bien contenant des excipients pouvant être cancérigènes à fortes doses ou après une longue utilisation », dit-il. M. Belambri recommande fortement de « n'utiliser que des produits achetés en officine avec les indications légales concernant l'identité de la société d'importation ». Ajoutant qu' « il peut également s'agir parfois de produits qui font l'objet de publicité mensongère diffusée sur certaines chaînes de télé moyen-orientales ou de chaînes purement commerciales». «Ces produits sont souvent également importés de manière illégale des pays africains.
Leur composition est totalement inconnue et non contrôlée», ajoute le syndicat des pharmaciens d'officine qui « déconseille aux citoyens d'avoir recours à ce genre de produits», car «il y va de leur santé». Rappelant que « des produits de grandes marques peuvent parfois entraîner des effets néfastes, surtout allergiques, qu'en serait-il alors de ce genre de produits dont l'origine et la composition sont totalement inconnues», précise encore M. Belambri.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.