Journée d'études en prévision de l'élaboration de l'avant-projet de politique nationale globale de prévention contre la corruption    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (Poids F33): l'argent pour Kamel Kardjena    Omari exhorte les agriculteurs à s'organiser dans des coopératives spécialisées    La loi sur les hydrocarbures porteuse de 2 messages substantiels pour les investisseurs    Réseaux sociaux: les journalistes appelés à la vigilance pour éviter le piège des fake news    Tissemsilt: marche de soutien à l'élection présidentielle du 12 décembre    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Journée de formation et de sensibilisation    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Production oléicole à Tizi Ouzou : 18,2 millions de litres d'huile attendues    Ténès: Le diabète mobilise    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    Plus de 50.000 euros et un pistolet automatique saisis    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 10 - 2019

  Pour l'ancien directeur de la dette extérieure à la Banque d'Algérie, Rachid Sekak, «la dette extérieure n'est plus un tabou en matière économique». S'exprimant, hier, lors de l'émission «L'invité de la Rédaction» de la chaîne 3, il estime que l'endettement extérieur n'est qu'un «moyen temporaire et une solution partielle » pour combler le déficit budgétaire qu'enregistre l'Algérie depuis quelques années. Selon lui, l'endettement extérieur «ne pourra pas se substituer totalement à la planche à billets, parce que le niveau de nos déficits budgétaire et de balance des paiements est actuellement élevé». Au contraire, «la solution à ces déficits, c'est de travailler à leur réduction», ajoute M. Sekak.
L'Algérie est-elle dans le rouge ? «Si aucune mesure n'est prise pour gérer le déficit budgétaire, les problèmes s'aggraveront. Concernant les équilibres extérieurs nous avons la chance de disposer d'un niveau suffisant de réserves de change qui nous permet de tenir trois ou quatre ans. Mais au niveau du budget il faut prendre des mesures urgentes», répond l'intervenant.
M. Sekak explique qu'un pays «c'est comme un ménage». «Notre pays a des recettes et des dépenses. Le Fond de Régulation des Recettes a été vidé en moins de 18 mois parce qu'on a préféré continuer de vivre au-dessus de nos moyens. Les finances du pays, telles qu'elles sont aujourd'hui, sont insoutenables», dit-il encore.
Rachid Sekak explique que «le déficit budgétaire commençait à se faire sentir en 2013-2014 en raison de l'effondrement de la fiscalité pétrolière, et du maintien du niveau très élevé des dépenses publiques». Ce déficit s'est «aggravé» en atteignant «15% du PIB», rappelle-t-il. A propos de solutions, M. Sekak estime qu'il ne faut pas «trop réfléchir dans l'urgence». «Il faut réfléchir dans la durée et mettre en place un programme pour nous sortir de ce déséquilibre». Pour l'invité de la Radio, il faut d'abord définir rapidement une trajectoire budgétaire très claire et mettre en place des réformes structurelles, et redévelopper une capacité prospective.
Rachid Sekak précise qu'avec «un déficit de la balance de payement de 20 milliards de dollars annuels, le très court terme sera très difficile à gérer, mais je reste profondément convaincu que si nous arrivons à régler l'équation politique dans les meilleurs délais, il est tout à fait possible de mettre en place un programme de redressement économique sur des périodes de cinq à sept ans ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.