Le procès de «Mme Maya» reporté    Par où commencer ?    La décision annoncée hier: Air Algérie reprendra ses vols domestiques dimanche    SNTF: Pas de date de reprise de la circulation des trains    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    Ligue des champions d'Europe: Atlético - Bayern en tête d'affiche    ES Sétif: Une Entente taille patron    O. Médéa: Déjà une flopée de problèmes    Education: Des écoles peuvent se passer de l'enseignement les samedis    Un autre cadavre repêché au large de Madagh    Des cas de Covid-19 au lycée Imam El Houari: Les enseignants en grève depuis jeudi dernier    DROITURE ET BONNE FOI    5 ans de prison fermecontreOuyahiaet Sellal    Djerad met en place deux "task force"    Les principales mesures    L'Algérie repasse sous la barredes 1.000 casen 24 heures    L'Opep examine son accord de limitationde production    Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Place au numérique    Repli historique du dinar face à l'euro    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le débat sur l'Islam est une provocation politique
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 11 - 2019

Le voile a trop longtemps servi, jusqu'à son épuisement, comme alibi imparable d'une entreprise méthodique de marginalisation des citoyens français de confession musulmane. Les docteurs de la foi, seuls habilités à légiférer sur cette question théologique, sont unanimes pour affirmer que le voile, dans son expression intégriste, est étranger aux prescriptions coraniques. A ce titre, le voile n'est ni un habit cultuel ni un signe religieux. Toute équivoque à cet égard doit être préalablement levée. Le voile n'est pas une affaire religieuse. La liberté vestimentaire est une liberté individuelle fondamentale dans la limite où elle ne porte pas atteinte à la liberté d'autrui. La diversité vestimentaire distingue les sociétés démocratiques des systèmes totalitaires uniformisés sous uniforme. Or, le voile est un uniforme de l'obscurantisme, une geôle corporelle, une chape de la honte, qui remet en cause l'esprit de liberté, de fraternité, d'égalité en dignité et en droits, principes intangibles de la Déclaration universelle des droits de l'Homme et de la Constitution française.
Le débat actuel sur l'Islam est faussé par la référence constante à la laïcité. Faut-il rappeler que les lois sur la laïcité garantissent la liberté de conscience, le libre exercice des cultes et leur expression publique en dehors des établissements scolaires. En ce sens, le débat sur l'Islam n'entre pas dans le cadre de la laïcité. Depuis un siècle, les lois sur la laïcité ont fait la preuve de leur souplesse dialectique et de leur adaptabilité historique aux transformations sociales. Toute nouvelle tentative de bricolage réglementaire ou législatif de ce rouage central de la démocratie en pervertit forcément les effets.
Le débat sur l'Islam est une provocation politique et doit être combattu comme telle. La provocation, par nature, ne porte aucun message. Elle est le message. Elle ne laisse aucune alternative. Son autorisation la justifie. Son interdiction la légitime. Il n'est d'autre issue pour la neutraliser que l'indifférence générale. La provocation n'existe que par l'écho qu'elle suscite. Le débat public l'attise. Le silence médiatique l'éteint. En ces temps de crise sociale et économique majeure, le débat sur l'Islam ne mérite pas la mobilisation politique démesurée qui se manifeste. Ce battage obsessionnel, d'un autre âge, qui rappelle les temps bénis de la colonisation, qui mobilise des discours officiels et des éloquences qui l'érigent en symbole de civilisation, loin d'être une simple opération de diversion, est un rouleau compresseur visant, ni plus ni moins, une délaïcisation programmée de la société française. Puisse la vigilance citoyenne démasquer son ténébreux dessein.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.