Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Charfi répond aux «petits» partis    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    "Difficile de prédire le vainqueur de la League anglaise"    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    Les réactions s'enchaînent en Algérie et en France    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Distinction des lauréats du concours de la "Meilleure interprétation théâtrale"    Paroles d'un porte-parole    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    US Biskra : La dégringolade semble inexorable    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Le monde en bref...    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    Exercices pour soigner les douleurs du nerf sciatique    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Tiaret: Prochaine connexion de la wilaya avec l'autoroute Est - Ouest    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benkhalfa plaide pour une «libéralisation du système financier»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 12 - 2019

  L'ancien ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa, a appelé hier à la «libéralisation du système financier» et à la mise en place d'une véritable gouvernance loin des «interférences» des politiques. Benkhalfa, qui s'exprimait sur les ondes de la radio Chaîne 3, a affirmé que les «injonctions» des politiques dans les affaires économiques a bloqué toute velléité de développement du système financier.
«Il ne sera possible de revoir le modèle de gouvernance des institutions financières, qu'en les libérant des interférences du monde politique et des injonctions administratives», a déclaré l'ancien ministre et ancien délégué général de l'ABEF (Association des banques et établissements financiers).
Les institutions financières, tout comme d'ailleurs l'ensemble des entreprises publiques, doivent être dotées d'administrateurs indépendants, pourvus d'un pouvoir d'initiative et de prise de décisions, explique l'ancien ministre, qui critique au passage la Banque centrale pour son «intrusion» dans les affaires des organismes financiers.
«La priorité à la veille de l'échéance électorale, c'est de revoir le fonctionnement du secteur banquier et financier», dira M. Benkhalfa, qui rappelle que le secteur des finances à travers le monde est le plus mondialisé.
L'essentiel, estime encore l'invité de la Chaîne 3, est d'inscrire l'action de modernisation du secteur des finances dans la durée.
«Le secteur a souffert. Il est coincé entre un excès de social et un excès d'injonctions politiques», se désole M Benkhalfa, qui appelle clairement à la libération du monde économique du monde politique mais aussi l'ouverture des banques vers l'étranger, à travers l'ouverture de leur capital. «Tous ces chantiers nécessitent du courage et de la volonté politique mais aussi la mobilisation des élites», dira Benkhalfa, qui souligne que les banques algériennes disposent aujourd'hui d'un portefeuille de 11.000 milliards de DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.