L'ancien chef du protocole à la Présidence, Mokhtar Reguieg placé en détention provisoire    Inauguration d'une nouvelle station de compression et de réinjection de gaz à Hassi Massaoud    Les réserves hydriques "suffisantes" pour satisfaire les besoins des citoyens en 2020    La chaîne El Hayat estée en justice pour diffamation    TRIBUNAL SIDI M'HAMED : Le procès de Karim Tabbou fixé pour le 04 mars    ANNIVERSAIRE DE LA NATIONALISATION DES HYDROCARBURES : Le Président réitère son engagement pour une République forte    Nomination d'un nouveau DG à la tête de la Douane    RENTREE PROFESSIONNELLE : Lancement de quatre nouvelles spécialités    TRAFIC DE PSYCHOTROPES : Saisie de plus 162 000 comprimés à Alger    CONGESTION ROUTIERE A ALGER : Plus de 100 points noirs recensés    Apac: le renouveau du cinéma algérien passe par la libération de l'expression artistique    Belhimer: le plan d'action du Gouvernement repose sur divers ateliers englobant différents secteurs    Des détenus d'opinion quittent la prison, d'autres condamnés à des amendes    Real : Hazard face à un choix compliqué    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Zelfani : "J'ai surtout aimé l'état d'esprit des joueurs"    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Tebboune préside un Conseil des ministres    Il a atteint 1,9 % en janvier    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise libyenne: Berlin, et après ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 01 - 2020

Les Nations Unies ont convaincu les participants à la conférence internationale pour la paix en Libye de la nécessité de la mise en place d'un comité chargé de suivre l'état de mise en œuvre des décisions qu'ils ont prises dimanche. Deux autres commissions seront créées pour évaluer les situations économiques et militaires dans le pays.
Ces nouvelles structures figuraient dans le plan que l'envoyé spécial des Nations Unies pour la Libye a présenté à Berlin. Devant être en principe composé par des représentants des pays qui ont participé à la conférence pour la paix en Libye, le comité suivra sous l'égide de l'ONU toutes les démarches et actions susceptibles de consolider le cessez-le-feu et d'amorcer un dialogue inclusif en faveur d'un consensus autour d'une solution politique à la crise libyenne. C'est la chancelière allemande qui a fait dimanche soir l'annonce d'un accord conclu dans ce sens. «Nous avons parlé aujourd'hui d'une seule voix concernant les priorités dans ce dossier», a-t-elle affirmé lors de la conférence de presse qu'elle a animée à Berlin à la fin de la rencontre internationale de haut niveau que le siège de chancellerie allemande a abritée dimanche dernier.
Outre l'Algérie et les secrétaires généraux de l'ONU et de la Ligue arabe, la conférence de Berlin a vu la participation des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Etats-Unis d'Amérique, Russie, Chine, Grande-Bretagne et France) ainsi que la Turquie, l'Italie, l'Egypte, les Emirats arabes unis, la République du Congo (président du Comité de haut niveau de l'Union africaine sur la Libye). Angela Merkel a précisé en outre que «nous, les parties prenantes à cette conférence, nous estimons être près, plus que jamais, d'une solution en Libye». Les hôtes de la chancelière allemande semblent s'être entendus sur la nécessité de faire taire les armes et d'œuvrer pour une solution politique inter-libyenne. «Il s'agit d'une démarche à même de consolider la trêve et le cessez-le-feu entre les forces du Gouvernement d'union nationale (GNA) et celles du maréchal Khalifa Haftar», a-t-elle déclaré. Merkel a noté que le comité devrait entamer son travail à compter du 1er février prochain. En réponse à une question sur la non participation directe à la conférence des deux belligérants libyens, Fayez El-Sarraj et Khalifa Haftar, alors qu'ils se trouvaient à Berlin, la chancelière allemande a expliqué que «tant de désaccords entre les deux figures ont empêché leur participation à cette conférence, mais ils étaient à Berlin pour suivre de près le déroulement de la rencontre».
Un désastre régional programmé
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a pour sa part réitéré la nécessité pour toutes les parties en conflit en Libye de respecter les résolutions onusiennes liées au désarmement et au retour au processus politique. Il a aussi annoncé l'adoption par la conférence de Berlin de trois principaux processus, le premier «dont les contours seront fixés dans deux ou trois semaines» est économique et concerne plusieurs institutions économiques et financières libyennes, entre autres la Banque centrale et les compagnies pétrolières. Le deuxième permettra «dans les jours à venir» de procéder à la mise en place d'une commission militaire composée de membres des deux parties, le GNA et les forces de Haftar. Conformément à l'accord de cessez-le-feu qui a été paraphé la semaine dernière à Moscou par El-Sarraj et pas par Haftar, le SG de l'ONU a rappelé la nécessité d'un engagement pour la protection des civils et le respect du droit international humanitaire.
Mis à part la décision de mettre en place un comité de suivi des commissions économiques et militaires pour faire le point régulièrement sur les développements de la situation en Libye, la conférence internationale de haut niveau qui s'est tenue dimanche à Berlin n'a rien apporté de nouveau pour le règlement du conflit libyen dont les développements menacent de déstabiliser toute la région maghrébine. Les participants sont revenus plusieurs années en arrière pour soutenir la position initiale de l'Algérie par laquelle elle a toujours dénoncé les ingérences étrangères et appelé à un dialogue inter-libyen pour un règlement politique à la crise. Position qui d'ailleurs a été encore rappelée à la conférence par le président Abdelmadjid Tebboune qui était arrivé samedi soir à Berlin et revenu dimanche soir à Alger.
Depuis que les forces atlantistes avaient déclaré «protéger les civils» qu'elles disaient «menacés» par l'armée du leader de la Jamahiriya, le colonel Maamar Kadhafi, la Libye a été précipitée dans une crise sans précédent. L'OTAN avait procédé en 2011 à des raids aériens «ciblés» sur la Libye. Près de dix ans après, le pays se retrouve avec des milliers de morts en majorité des civils, tout autant de blessés et de populations déplacées. Malgré la décision de l'ONU de lui imposer un embargo sur les armes, la Libye compte aujourd'hui des millions d'armes de tout gabarit et grouille de militaires et de services de renseignements de plusieurs pays étrangers. Les bombardements de l'OTAN ont été le prélude à un désastre régional programmé par des puissances mondiales dont les velléités empestent le néocolonialisme et le sionisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.