Algérie-Arabie Saoudite: des perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Nécessité d'identifier les passagers du vol transportant l'italien atteint du coronavirus    Une secousse tellurique de 3 degrés enregistrée ce matin    Une médaille pour le hirak à Montréal    Oran : 2 mois de prison requis contre Affif Abderrahmane    Dans le désordre    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Conférence sur le développement des routes et des transports en Afrique    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une boîte automatique intelligente    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    Les Canaris préparent le Chabab à Tigzirt    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    Le Targui    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    COA: les membres du Comité exécutif rejettent une démission "verbale" de Berraf    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 01 - 2020

Les récentes déclarations du ministre de l'Education, Mohamed Ouadjaout, portant sur l'entrée en vigueur du statut particulier des travailleurs de l'Education, au plus tard le 31 mars prochain, ne semblent pas clamer les esprits, notamment parmi les enseignants du primaire.
Hier, encore certains établissements primaires ont été paralysés par la grève, avec un taux de suivi de 100 %, dans la wilaya de Tizi Ouzou, et une marche a été organisée jusqu'à la direction de l'Education, selon les initiateurs de cette action. Les enseignants ont brandi une banderole sur laquelle, était écrit «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge» en scandant «on poursuivra le débrayage jusqu'au changement». A Alger-ouest, le taux de suivi de la grève a été autour de 90% et de 50 % à Alger-est, il a été par contre très faible à Alger- centre, ne dépassant pas les 10%. C'est ce qu'a été, d'ailleurs, confirmé auprès du porte-parole de la coordination des enseignants du primaire, section centre, Kamal Grine.
Selon ce dernier la grève devra se poursuivre avec un rassemblement prévu aujourd'hui (mardi) devant l'annexe du ministère de l'Education nationale à Ruisseau (Alger), pour non seulement protester contre les conditions socioprofessionnelles qualifiées de « déplorables » mais aussi pour décider de la suite à donner à leur mouvement de protestation déclenché depuis le 06 octobre dernier. Sachant que l'idée d'aller vers une grève ouverte n'est pas à écarter. Interrogé sur les déclarations du ministre de l'Education portant sur l'entrée en vigueur du nouveau statut particulier dès le mois de mars, il répond que « les enseignants ont déjà entendu ce disque à l'ère du gouvernement de gestion des affaires ». Et de s'étonner « comment se fait-il que le ministre ignore l'enseignant qui est la pierre angulaire dans la réforme de l'Ecole, en appelant, en premier lieu, les parents d'élèves pour discuter de la refonte des programmes scolaires, sauf, dit-il, s'ils veulent monter les parents d'élèves contre les enseignants ! » craint-il. Il poursuit « je pense que le ministre doit, en premier lieu, arracher les mauvaises herbes qui sont autour de lui, pour penser après à la révision des programmes» Pour Abdelouahab Lamri Zeggar, porte-parole de l'Union nationale des personnels de l'enseignement et de la formation (UNPEF), les modifications qui vont être apportées suite à l'entrée en vigueur du statut particulier des travailleurs de l'Education sont « minimes voire insignifiantes ». Il explique que dans le cadre de ces changements, les modifications apportées vont garantir la promotion de l'enseignant assistant au grade d'enseignant du primaire, et le grade passera de la catégorie 7 à 10, les enseignants du primaire et les enseignants principaux du primaire seront de la catégorie 11 à 12 et de 12 à 13, respectivement. Mais pour Zeggar cette promotion n'améliore guère le pouvoir d'achat de cette catégorie, « ils percevront une augmentation qui ne dépasse pas les 1.730 DA » et avec aucune répercussion sur les salaires du personnel du Moyen et du Secondaire. L'UNPEF réclame une révision, de fond en comble, du statut particulier en dehors de la Fonction publique. Il exige une nouvelle grille de salaires pour les 3 paliers, avec un régime indemnitaire incitatif. Et réclame concernant le volet pédagogique, une transition vers une école de connaissance tout en impliquant les enseignants dans la refonte des programmes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.