Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Le ministre du Commerce reçoit des représentants de filières agricoles primo-exportatrices    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Crise migratoire en Méditerranée: l'UE appelle les Etats membres à la "solidarité"    Niger: 1,6 millions d'enfants vulnérables touchées par des crises humanitaires    Covid-19: plus de 98% de guérisons sur un total de 3.021 dossiers médicaux    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Déconfinement à multiples risques    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Il n'a pas d'arc-en-ciel la nuit    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Le pompage de l'eau prévu pour la fin du mois    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 04 - 2020

S'il est un corps de métier qui a démontré ses preuves et qui n'a reculé devant aucun sacrifice en ce combat contre la mort, c'est bien celui du corps médical et assimilé, qui a payé un lourd tribut en perdant plusieurs de ses membres les plus compétents, des médecins de renom qui ont été infectés par le Covid-19 et qui en sont morts. Le premier, Pr Si Ahmed, chef du service chirurgie au CHU Frantz Fanon a tiré sa révérence au début de ce mois d'avril après avoir lutté en vain contre le virus. Il fut suivi par les docteurs Farouk Kebaïli et Noureddine Djemaa Kébir qui ont, eux aussi, payé de leurs vies, leur volonté de continuer à sauver des vies humaines malgré tous les dangers. Blida a pleuré la perte incommensurable de ces trois médecins, considérés comme les doyens du corps médical de cette wilaya. D'autres encore se trouvent dans un état critique, d'autres sont peut-être porteurs du virus asymptomatiques, risquant de contaminer leurs familles et leurs collègues. Les paramédicaux sont aussi très exposés de par leur promiscuité avec les malades, le manque de matériel de protection et l'incompréhension généralisée de l'obligation de la prise de précautions par les citoyens, à quelque niveau que ce soit.
Le président du conseil de l'ordre des médecins de la wilaya de Blida est monté au créneau dernièrement via son compte Facebook pour faire montre de son inquiétude face au danger réel de la contamination des médecins et infirmiers à cause du manque de moyens de protection. Il a lancé un appel aux autorités publiques afin d'accélérer la fourniture de ces moyens aux personnels médicaux et paramédicaux, aussi bien dans les institutions hospitalières publiques que chez le privé, dont un grand nombre ont carrément fermé leurs cabinets ou ont réduit de manière remarquable leur ouverture. L'arrivée avant-hier de très grandes quantités de matériels de protection importés de Chine par le biais de deux avions militaires permet de mesurer l'importance donnée par l'Etat à ce problème et la célérité qu'il a mise à le régler, car il y va de la survie de toute la nation algérienne.
La téléconsultation, solution de secours
Toujours dans le but d'éviter au maximum les contacts directs risqués et permettre aux citoyens, surtout ceux souffrant de maladies chroniques ou aiguës, de bénéficier de conseils et d'orientations, des médecins bénévoles se sont lancés, à Blida, dans la consultation à distance, en coordination avec l'association scientifique ‘Er Razi'. Trois lignes téléphoniques sont mises à la disposition des citoyens de la wilaya de Blida pour être informés ou dirigés vers la spécialité qui correspond à leur cas, par des médecins bénévoles. Selon le président de l'association, Dr Amine Sahraoui, « Nous sommes une dizaine de médecins qui répondons aux questions posées par des citoyens malades afin de les orienter vers l'hôpital ou un médecin (généraliste ou spécialiste) selon les symptômes qu'ils nous décrivent ». Il continue en précisant que « en cette période de confinement, de nombreux médecins ont réduit leur présence dans leurs cabinets et de nombreux malades sont inquiets et ont peur de ne pouvoir se faire soigner ».
L'association Er Razi a mis au point une application qui permet aux médecins généralistes et spécialistes de répondre directement et rapidement aux questions des citoyens. Les médecins faisant partie de cette équipe de volontaires sont connectés à l'application et peuvent entendre toutes les communications reçues et y répondre sur-le-champ, ce qui fait gagner beaucoup de temps. Le Dr Sahraoui indique qu'il a même intégré des médecins résidents à cette opération afin d'assurer la relève et d'ancrer la culture de l'entraide au sein de la corporation. Enfin, il affirme que durant les quatre premiers jours du lancement de l'application, l'association a reçu plus de 50 appels lancés par des citoyens inquiets pour leur santé et trouvant là des médecins qui pouvaient les orienter et répondre à leurs préoccupations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.