Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un autre produit à la merci des spéculateurs: Les prix des cigarettes flambent !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 04 - 2020

Des augmentations de prix variant entre 10 et 20 dinars ont touché plusieurs marques internationales de cigarettes fabriquées en Algérie. Ces augmentations ont coïncidé, selon plusieurs buralistes de la place d'Oran, avec l'entrée en vigueur des mesures de confinement adoptées par les pouvoirs publics dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus. A première vue, on pourrait penser qu'une diminution de l'offre sur le marché, induite par une probable baisse de la production dans les usines de la Société des tabacs algéro-émiratie (STAEM), qui commercialise des marques de renom telles que Marlboro, Winston, LM ou Gauloises, à cause de la crise sanitaire actuelle du coronavirus, pourrait expliquer cette hausse des prix.
Mais selon des sources proches de la société algéro-émiratie, la production n'a pas diminué en cette période, et l'approvisionnement des grossistes régionaux s'effectue régulièrement et selon la même cadence habituelle.
Pourquoi donc ces augmentations ? Interrogés hier sur la question, plusieurs buralistes oranais soutiennent que le marché est actuellement perturbé par une baisse drastique des approvisionnements à cause notamment de la mise à l'arrêt du service DSD (Direct Store Delivery) ou « Distribution directe aux buralistes » décidée par la STAEM en ce début de crise du coronavirus comme mesure préventive pour en limiter la propagation auprès de son personnel.
Le service DSD, souligne-t-on, est rentré en service en septembre 2018 en tant que dispositif visant à assurer à la STAEM une meilleure maîtrise de la distribution en ciblant directement les commerçants de détail avec comme finalité garantir la stabilité des prix officiels et déjouer toutes tentatives spéculatives qui pourraient émerger au sein du marché. Mais avec la mise à l'arrêt dernièrement du service DSD, le marché est à nouveau livré aux seules mains des grossistes et des semi-grossistes, assure-t-on. Ceci sans compter le fait que plusieurs de ces buralistes, qui étaient jusque-là alimentés directement par la STAEM à travers le service DSD, sont maintenant obligés d'aller s'approvisionner auprès des semi-grossistes, avec tout ce que cela induit comme frais supplémentaires liés au transport de la marchandise. Deuxième élément avancé par les buralistes, la fermeture, au cours de cette période de confinement, de la majorité des semi-grosssistes. « Sur la trentaine de semi-grossistes qui activent à Oran, moins du tiers est resté actif, alors que les autres ont préféré carrément baisser rideau, ou pour certains, réduire leur temps d'ouverture à seulement deux heures par jour », affirment les mêmes sources.
Une situation qui a créé, selon nos interlocuteurs, « une tension sur la demande, et par ricochet, des majorations de prix ». Contacté hier par téléphone, un semi-grossiste admet cette tendance de fermeture d'un bon nombre de semi-grossistes oranais.
Néanmoins, pour lui, cette hausse des prix trouve surtout son origine dans les restrictions imposées par les grossistes. Les quantités que nous demandons ont été revues à la baisse et on nous impose des quotas limités avec des majorations de prix qu'on est obligés de répercuter à notre tour, a-t-il affirmé.
Troisième élément qui peut expliquer cette hausse des prix a trait à la fermeture des cafés, notamment ceux équipés de distributeurs automatiques de cigarettes. Ces derniers, au même titre que le dispositif de distribution directe (DSD), offraient l'avantage de pratiquer des prix officiels et ne pouvaient en aucune manière permettre une quelconque spéculation. Voilà donc, ce qu'on peut retenir de manière globale comme facteurs clés pouvant expliquer ces hausses anarchiques des prix du tabac, même si le facteur de la spéculation qui est favorisé par le contexte actuel reste un dénominateur commun que les pouvoirs publics, notamment les services des directions du commerce sont les seuls à même de combattre efficacement. Il est à noter enfin que les marques locales de cigarette n'ont pas été touchées par ces augmentations grâce un dispositif qui permet aux buralistes de s'approvisionner directement auprès de la société productrice. Pour rappel, la Société algéro-émiratie de fabrication de tabac (STAEM) est une joint-venture créée en 2002 entre la Société nationale des tabacs et allumettes (SNTA), d'une part, et un consortium émirati d'investisseurs arabes, d'autre part.
Cette société, dont le capital est détenu majoritairement par les investisseurs arabes, est officiellement « autorisée à importer et à distribuer, durant une phase intermédiaire, des cigarettes de marques destinées à être fabriquées localement. Suite à un contrat conclu avec la filiale du groupe Philip Morris International, la STAEM a été, dès 2005, l'importateur et le distributeur exclusifs des marques Marlboro et L&M sur le marché algérien. Ces deux marques de cigarettes sont fabriquées et importées directement de la Suisse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.