Covid-19: le ministère de l'Agriculture distingue les ingénieurs agronomes    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Eviter tout débat stérile
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 05 - 2020

Le débat est ouvert autour de la mouture de l'avant-projet d'amendement de la Constitution, dévoilée jeudi 7 mai par la présidence de la République. Premier constat, malgré les effets ankylosants de la crise sanitaire, cette initiative aura eu le mérite de casser une léthargie politique qui plane sur la scène nationale depuis plus de deux mois. Les partis politiques, qui commencent à sortir la tête de l'eau, comptent bien affirmer leurs positions sur le sujet qui porte sur le devenir de l'Algérie.
Certains partis, dont l'ANR, le FLN et le RND, ont été les premiers à exprimer leur satisfaction à propos de la démarche de réforme et à saluer le contenu de la mouture de l'avant-projet d'amendement de la Constitution et l'engagement du président de la République de doter le pays «d'une Constitution consensuelle», avec la participation de tous à son enrichissement.
Aucune critique ni proposition n'a été livrée par les formations politiques en question, qui laissent seulement entendre que des chantiers seront ouverts pour débattre avec leurs bases sur le contenu de la mouture, globalement acceptée ou bien appréciée dans la forme et dans le fond. Les avis divergent chez d'autres partis politiques qui restent sur la défensive et émettent déjà des réserves et critiques dans le fond. Le Mouvement de la société pour la paix (MSP), qui semblait cautionner la démarche du changement engagée par le président Tebboune, ne manquant pas de le faire savoir publiquement ces derniers temps, a surpris beaucoup de monde en lançant une charge véhémente à l'endroit de la mouture de l'avant-projet d'amendement de la Constitution, estimant qu'elle manque de clarté et renferme des ambiguïtés concernant la nature du régime politique notamment. En somme, le MSP, qui a fait part de son intention « d'engager un examen approfondi de la mouture, n'y voit pas la concrétisation des aspirations attendues, singulièrement celles exprimées par les différentes franges du peuple algérien, lors du « Hirak » populaire et les revendications consensuelles de changement.
En attendant, donc, d'entrer dans le vif du débat avec d'autres interventions de partis de l'opposition notamment, de la société civile et autres syndicats, l'échange des points de vue paraît serein et peut contribuer à l'enrichissement de la mouture de l'avant-projet d'amendement de la Constitution. Car, c'est cela la finalité recherchée par la présentation à lecture du document aux parties concernées. Et la critique objective ne pourrait que consolider cette loi fondamentale. Il faudrait seulement éviter de tomber dans le piège du débat stérile, le « pour » d'essence suiviste, qui exprimerait une opinion d'allégeance à la personne du président de la République, ou le « contre » brutal qui reflèterait une opposition politique à la personne du président de la République et son équipe gouvernementale. Idem pour ceux qui devancent le débat en avançant que le peuple tranchera lors du référendum, croyant étouffer de la sorte les avis « déplaisants », non sans grand sacrifice puisqu'on tue, ainsi, dans l'œuf et le débat et les initiatives qui proposeraient d'autres idées.
Bien sûr, au bout de tous les débats et le passage devant les parlementaires, le peuple devrait trancher par référendum sur le projet d'amendement de la Constitution, mais dans la phase actuelle on chercherait plutôt à arriver, sans exclusion d'une partie ou une autre, à une mouture consensuelle revue et corrigée après l'introduction des propositions qui seront jugées objectives et où chacun y trouverait, plus ou moins, satisfaction.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.