Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Milan : Pioli est désolé, mais...    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Hirak, quels débouchés politiques ?    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Sans diagnostic point de remède !    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouira: Les paramédicaux veulent plus de moyens de protection
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 07 - 2020

Des membres de la section syndicale algérienne des paramédicaux (SAP), de l'hôpital ‘Mohamed Boudiaf' viennent d'attirer l'attention des responsables, quant à leurs exigences professionnelles et pratiques.
L'hôpital public de Bouira, connaît des conflits internes qui se sont aggravés au cours de la période récente, ce qui a précipité le mécontentement du personnel paramédical en signe d'expression, pour demander aux autorités concernées d'intervenir et de mettre fin «aux décisions prises par l'administration, sans se référer à la composition du personnel médical» Ils précisent que ces décisions se sont reflétées négativement sur eux, par la manifestation des appréhensions et de l'incapacité à travailler avec toute leur énergie.
La déclaration du président du Syndicat des paramédicaux de l'hôpital public de Bouira affirme qu'il y a des revendications qui se précisent par 11 points, à savoir : la garantie de la protection du personnel médical et paramédical contre les agressions verbales et physiques, œuvres d'intrus et de voyous, le droit de fournir les conditions de protection sanitaire nécessaires à la santé des travailleurs et le droit des travailleurs à exercer la médecine qui a été négligé. Les exigences comprenaient également le droit à la formation continue, touchant même les ambulanciers paramédicaux, ce qui leur permettra d'accroître leurs capacités scientifiques. Et à s'abstenir de sanctions administratives arbitraires et des pratiques jugées néfastes contre les travailleurs. Ce syndicat a souligné le point «du non-respect du décret exécutif par l'administration, qui comprend l'exemption de travail des femmes enceintes et des personnes atteintes de maladies chroniques et des mères d'enfants de moins de quatre ans.» En revanche, le directeur de l'EPH Mohamed-Boudiaf, ne l'entend pas de cette oreille et annonce que les contestataires représentent qu'une minorité, à comparer aux 700 paramédicaux qui exercent à l'EPH ‘Mohamed Boudiaf'. Il précisera, toutefois, que la gestion revient au seul directeur de l'EPH, conformément au règlement, en assurant également que les paramédicaux qui travaillent à l'EPH ont tous bénéficié de la prime liée au Covid-19, à condition qu'ils acceptent par nécessité absolue de travailler dans tous les services particulièrement celui du Covid-19, où leurs confrères atteignent l'épuisement total, faute de remplaçants. La situation sanitaire exceptionnelle exige la présence de tous les personnels, médical, paramédical, soignants et aides-soignants, sauf les malades chroniques et les femmes enceintes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.