Retards, blocages et fausses informations de l'administration: Tebboune accuse des «forces d'inertie» de provoquer la «contre-révolution»    Cour d'Alger: Abdelghani Hamel condamné à 12 ans de prison    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    DESCENTE PRESIDENTIELLE    Emigration clandestine: Le rôle des institutions sociales remis en cause    Circulation dans un sens sur les corniches inférieure et supérieure    L'instit, l'obole et la révolution    Report du procès de Tliba    Le Chef de l'Etat révèle le nombre des walis contaminés    Fin de fonction des chefs de Daïras et suspension des P/APC    495 nouveaux cas et 11 décès    La FAF attend la réponse du MJS    Djerad: lutter contre la bureaucratie pour "un avenir meilleur"    Installation de la nouvelle présidente et du nouveau procureur général à la Cour d'Ain Temouchent    Huit ans de prison ferme contre Wassiny Bouazza    Foot: les clubs contestataires de la LNFA et de la LIRF introduisent des recours    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    495 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Polémique autour d'une agence naissante    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Trésor public réclame plus de 300 milliards de DA de dommages et intérêts: 16 ans de prison requis pour Tahkout, 15 ans contre Sellal et Ouyahia
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 07 - 2020

Le procureur de la République près le Tribunal de Sidi M'hamed (Alger) a requis mercredi 16 ans de prison ferme à l'encontre de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout, poursuivi dans le cadre d'affaires de corruption, et 15 ans de prison pour les deux anciens premiers ministres, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia.
Le représentant du ministère public a également requis des amendes de 8 millions de DA pour chacun des accusés avec confiscation de leurs biens.
Dans la matinée, le représentant du Trésor public avait réclamé au Tribunal de Sidi M'hamed (Alger) un montant de plus de 309 milliards de DA de dommages et intérêts à l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout et ses associés, poursuivis dans des affaires liées principalement à la corruption.
Après l'audition des autres accusés, le représentant du Trésor public a réclamé une réparation pour les pertes occasionnées, estimées à 309 milliards, 285 millions et 670.000 DA devant être payée par les prévenus: Mahieddine Tahkout, Rachid Tahkout, Hamid Tahkout et Bilal Tahkout ainsi que l'ensemble de leurs associés.
Le représentant du Trésor a également sollicité de voir les anciens ministres poursuivis dans cette affaire, en l'occurrence Abdesselam Bouchouareb, Abdelghani Zaalane, Youcef Yousfi et Ammar Ghoul, condamnés au versement d'un montant d'un million de DA.
Le même responsable a en outre réclamé des autres prévenus, dont le nombre dépasse cinquante (50), d'indemniser le Trésor public à hauteur d'un million de DA, avec la confiscation de leurs biens se trouvant à l'intérieur du pays et à l'étranger.
Le procès se poursuit cet après-midi avec le réquisitoire du procureur de la République.
Lors de l'audience de mardi, le juge avait auditionné l'homme d'affaire Tahkout Rachid, frère de l'accusé principal, qui a nié toute relation avec cette affaire puisque, a-t-il argué «j'ai quitté la société de mon frère en 2013".
L'autre frère, Abdelhamid Tahkout, qui gérait les deux sociétés de contrôle technique et de transport, a nié également les chefs d'accusations retenues contre lui.
En réponse aux questions du juge à l'adresse de plusieurs concernés par le cahier des charges unifié, adopté dans l'octroi des marchés de transport des étudiants, l'accusé Ben Miloud Abdelkader, ancien DG de l'établissement de transport urbain et président de la commission d'évaluation des offres (2010-2015) a aussi rejeté les accusations de complaisance dans l'octroi de marchés.»
Affirmant que «les trois appels d'offres avaient été lancées sur la base d'un cahier de charges clair qui n'était au service d'aucune entreprise ou personne», il a ajouté que «le nombre des soumissionnaires à ces appels d'offres était à chaque fois deux opérateurs».
Le juge a longuement écouté l'accusé Boudraa Abdelhak, ancien directeur de l'Office national des oeuvres universitaires (ONOU), qui a affirmé que l'octroi des marchés se faisait «sur la base d'un cahier de charges précis et unifié» et qu'il avait «donné des instructions pour le respect de ses clauses».
A son tour, l'accusée Abderrezak Aicha, ordonnatrice à la direction de l'ONOU Alger Ouest, a rejeté les chefs d'accusations retenus contre elle, affirmant qu'un «cahier de charges unifié avait été imposé par la Direction de l'ONOU à travers des correspondances», niant toute prérogative pour agir en dehors du cahier des charges.
Même affirmation avancée par l'accusé Kheireddine Remache, directeur de l'ONOU Alger-Est, qui a révélé que le cahier de charges «avait été élaboré dans la précipitation, en une seule journée seulement». Pour sa part, l'accusé Farouk Farouklikha, ex-directeur de l'ONOU a nié toute implication dans l'élaboration du cahier des charges, soutenant avoir pris ses fonctions bien après. Il a ajouté qu'il n'avait reçu aucune plainte à propos du cahier des charges.
Le juge a questionné, en outre, d'autres accusés, dont la plupart d'anciens directeurs de Résidences universitaires sur le nombre des soumissions en vue de l'obtention d'un marché de transport des étudiants. Tous ont répondu que le nombre ne dépassait pas trois.
Le juge a également interrogé l'accusée Fatma Zahra Larbi Bouamrane, chef de service contrats commerciaux à Mobilis, sur l'attribution à la société CIMA-MOTORS d'un marché d'acquisition de véhicules, qui a assuré que les procédures de l'appel d'offres ont été conformes à la Loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.