Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Ouverture tous azimuts !    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés près de Sidi Ghiles    Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet    Le saviez-vous... ?    Installation d'une commission d'évaluation des dégâts    Le meurtrier de Djabanet-Lihoud placé sous mandat de dépôt    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Constantine: Deux morts et quatre blessés dans une collision    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Tahkout : poursuite du procès avec l'audition d'autres accusés et des parties civiles
Publié dans Algérie Presse Service le 08 - 07 - 2020

L'audience du procès de l'homme d'affaire Mahieddine Tahkout, poursuivi dans diverses affaires de corruption, a été levée mardi en fin de journée par le président de la section des délits au tribunal de Sidi Mhamed (Alger) pour sa reprise demain mercredi avec l'audition d'autres accusés et des parties civiles.
Lors de cette audience, le juge a auditionné l'homme d'affaire Tahkout Rachid, frère de l'accusé principal, qui a nié toute relation avec cette affaire puisque, a-t-il argué "j'ai quitté la société de mon frère en 2013".
L'autre frère, Abdelhamid Tahkout, qui gérait les deux sociétés de contrôle technique et de transport, a nié également les chefs d'accusations retenues contre lui.
En réponse aux questions du juge à l'adresse de plusieurs concernés par le cahier des charges unifié, adopté dans l'octroi des marchés de transport des étudiants, l'accusé Ben Miloud Abdelkader, ancien DG de l'établissement de transport urbain et président de la commission d'évaluation des offres (2010-2015) a aussi rejeté les accusations de complaisance dans l'octroi de marchés."
Affirmant que "les trois appels d'offres avaient été lancées sur la base d'un cahier de charges clair qui n'était au service d'aucune entreprise ou personne", il a ajouté que "le nombre des soumissionnaires à ces appels d'offres était à chaque fois deux opérateurs".
Le juge a longuement écouté l'accusé Boudraa Abdelhak, ancien directeur de l'Office national des œuvres universitaires (ONOU), qui a affirmé que l'octroi des marchés se faisait "sur la base d'un cahier de charges précis et unifié" et qu'il avait "donné des instructions pour le respect de ses clauses".
A son tour, l'accusée Abderrezak Aicha, ordonnatrice à la direction de l'ONOU Alger Ouest, a rejeté les chefs d'accusations retenus contre elle, affirmant qu'un "cahier de charges unifié avait été imposé par la Direction de l'ONOU à travers des correspondances", niant toute prérogative pour agir en dehors du cahier des charges.
Même affirmation avancée par l'accusé Kheireddine Remache, directeur de l'ONOU Alger-Est, qui a révélé que le cahier de charges "avait été élaboré dans la précipitation, en une seule journée seulement" .
Pour sa part, l'accusé Farouk Farouklikha, ex-directeur de l'ONOU a nié toute implication dans l'élaboration du cahier des charges, soutenant avoir pris ses fonctions bien après. Il a ajouté qu'il n'avait reçu aucune plainte à propos du cahier des charges.
Le juge a questionné, en outre, d'autres accusés, dont la plupart d'anciens directeurs de Résidences universitaires sur le nombre des soumissions en vue de l'obtention d'un marché de transport des étudiants.
Tous ont répondu que le nombre ne dépassait pas trois.
Le juge a également interrogé l'accusée Fatma Zahra Larbi Bouamrane, chef de service contrats commerciaux à Mobilis, sur l'attribution à la société CIMA-MOTORS d'un marché d'acquisition de véhicules, qui a assuré que les procédures de l'appel d'offres ont été conformes à la Loi.
Pour rappel, le tribunal a auditionné, mardi matin, l'accusé principal, Mahieddine Tahkout et l'ancien wali, Abdelghani Zaalane.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.