Football amateur-Fia: la DTN conviée à une réunion par visioconférence    Illizi: installation des nouveaux Président et Procureur général de la Cour de justice    Gouvernement-walis: poursuite à huis clos des travaux des ateliers    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    L'ambassadeur sahraoui en Algérie salue le soutien de l'Algérie à la cause sahraouie    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dangereuses confluences régionales
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 07 - 2020

La paix et la stabilité au Mali, soutenues par l'Algérie depuis des années, sont-elles devenues des vœux pieux ? La situation au Mali, secoué depuis 2012 par les violences, reste, de nos jours, très préoccupante. L'accord de paix et de réconciliation signé en 2015 à Alger n'est qu'une longue marche vers des horizons meilleurs, marquée par le bruit des crépitements des armes et de parties de dialogues discontinues. C'est toujours la même histoire, la paix est plus difficile à enclencher que la guerre. Mais, bon an, mal an, l'Algérie œuvre toujours à l'accompagnement et à l'encouragement des parties maliennes pour la mise en œuvre de toutes les clauses de l'Accord de paix et de réconciliation, considéré comme « cadre idoine » pour le règlement de la crise au Mali. Jusque-là, ce « cadre idoine » pouvait tenir la route difficile de la paix, mais le développement des évènements ces derniers mois, qui a abouti à des affrontements sanglants ces derniers jours, laisse croire que les temps ont changé en profondeur. En premier lieu, la forme du conflit, qui a pris la tournure des aspirations démocratiques des populations, et qui ont conduit à des troubles sanglants les 10 et 11 juillet, causant 11 morts et une centaine de blessés. Et, en second lieu, l'implication dans le dossier de plusieurs organisations, onusienne, africaine et européenne, à savoir les représentants de l'Union africaine, la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), de l'ONU et de l'UE, qui ont exprimé dans le sillage des manifestations violentes qui ont secoué le Mali les 10 et 11 juillet derniers, leur «préoccupation» et appelé toutes les parties à «la retenue et au dialogue». Non sans «condamner avec vigueur toute forme de violence comme moyen de règlement de crise». Déjà, on veut trouver une autre voie pour aboutir à la paix et la stabilité dans ce pays, autre que celle de l'accord de paix et de réconciliation signé à Alger en 2015. Car, les représentants au Mali des quatre organisations en question se disent «persuadés» que les conclusions d'une récente mission de bons offices de la Cédéao «posent les bases d'une solution appropriée». Est-ce à dire qu'il existe une volonté d'éloigner l'Algérie du dossier malien ? Il faut en convenir, certains pays œuvrent à parasiter les efforts diplomatiques de l'Algérie, d'une part pour amoindrir son influence régionale et l'installer au centre de dangereuses conditions de confluences régionales, que cela soit au Mali, en Libye et ailleurs, et d'autre part faire persister l'insécurité à ses frontières au Sud et à l'Est.
D'où la nécessité pour l'Algérie de redéployer ses efforts pour contribuer à la stabilité de ce pays. Avec cette nouvelle donne du mouvement de contestation qui fait sienne une aspiration démocratique légitime, dont «la dissolution du Parlement, la formation d'un gouvernement de transition dont il désignerait le Premier ministre, ainsi que le remplacement des neuf membres de la Cour constitutionnelle, accusée de «collusion avec le pouvoir».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.