Croatie : La joie de Modric après la qualification    Titres miniers: 260 offres techniques pour 38 sites    L'AUTRE DON DU CIEL    Que cherche à prouver Haftar ?    Tiaret: 55 tonnes d'aide humanitaire pour Ghaza    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Football - Ligue 1: Durs défis pour le CRB et le MCA    IRB Sougueur: Un club victime d'indifférence    USM Annaba: Un ratage qui s'explique    Coupures d'Internet durant le Bac: Une épreuve dans l'épreuve    Ministère de l'Intérieur: Un guichet pour le dépôt à distance de 50 dossiers administratifs    Quand on manque d'un projet de société    Quel bilan pour le gouvernement ?    Désaccord entre majorité et opposition sur la question sécuritaire    Attaque à la voiture piégée, 6 soldats français et 4 civils blessés    Le comptage des voix est en cours    La «Bombe» H2O    Une banque algérienne pour l'export    L'Algérie carburera au sans plomb    Baisse de 19 % en 2020    Sept nouveaux qualifiés pour les 8es sans jouer    Brèves Omnisports    Un sans-faute pour les Algériens    Le Brent dépasse dépasse les 75 dollars    Bonne nouvelle pour les entreprises en difficulté    Responsables où êtes-vous?    La plaidoirie de Dalila Boudjemaâ    Lueur d'espoir    "Une 3e vague n'est pas à écarter" selon le professeur Akhamouk    Le triste sort d'une jeune femme Algérienne    385 nouveaux cas et 9 décés en 24 heures    Les indépendants soutiennent Tebboune    Larbaâ nath irathen en deuil    Des démarches pour le classement des ksour Sfissifa et Tiout    L'Europe en chansons et sans visa!    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    La justice se penche sur la fraude électorale    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Une grande Histoire à apaiser    L'enjeu des locales et la survie des partis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dangereuses confluences régionales
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 07 - 2020

La paix et la stabilité au Mali, soutenues par l'Algérie depuis des années, sont-elles devenues des vœux pieux ? La situation au Mali, secoué depuis 2012 par les violences, reste, de nos jours, très préoccupante. L'accord de paix et de réconciliation signé en 2015 à Alger n'est qu'une longue marche vers des horizons meilleurs, marquée par le bruit des crépitements des armes et de parties de dialogues discontinues. C'est toujours la même histoire, la paix est plus difficile à enclencher que la guerre. Mais, bon an, mal an, l'Algérie œuvre toujours à l'accompagnement et à l'encouragement des parties maliennes pour la mise en œuvre de toutes les clauses de l'Accord de paix et de réconciliation, considéré comme « cadre idoine » pour le règlement de la crise au Mali. Jusque-là, ce « cadre idoine » pouvait tenir la route difficile de la paix, mais le développement des évènements ces derniers mois, qui a abouti à des affrontements sanglants ces derniers jours, laisse croire que les temps ont changé en profondeur. En premier lieu, la forme du conflit, qui a pris la tournure des aspirations démocratiques des populations, et qui ont conduit à des troubles sanglants les 10 et 11 juillet, causant 11 morts et une centaine de blessés. Et, en second lieu, l'implication dans le dossier de plusieurs organisations, onusienne, africaine et européenne, à savoir les représentants de l'Union africaine, la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), de l'ONU et de l'UE, qui ont exprimé dans le sillage des manifestations violentes qui ont secoué le Mali les 10 et 11 juillet derniers, leur «préoccupation» et appelé toutes les parties à «la retenue et au dialogue». Non sans «condamner avec vigueur toute forme de violence comme moyen de règlement de crise». Déjà, on veut trouver une autre voie pour aboutir à la paix et la stabilité dans ce pays, autre que celle de l'accord de paix et de réconciliation signé à Alger en 2015. Car, les représentants au Mali des quatre organisations en question se disent «persuadés» que les conclusions d'une récente mission de bons offices de la Cédéao «posent les bases d'une solution appropriée». Est-ce à dire qu'il existe une volonté d'éloigner l'Algérie du dossier malien ? Il faut en convenir, certains pays œuvrent à parasiter les efforts diplomatiques de l'Algérie, d'une part pour amoindrir son influence régionale et l'installer au centre de dangereuses conditions de confluences régionales, que cela soit au Mali, en Libye et ailleurs, et d'autre part faire persister l'insécurité à ses frontières au Sud et à l'Est.
D'où la nécessité pour l'Algérie de redéployer ses efforts pour contribuer à la stabilité de ce pays. Avec cette nouvelle donne du mouvement de contestation qui fait sienne une aspiration démocratique légitime, dont «la dissolution du Parlement, la formation d'un gouvernement de transition dont il désignerait le Premier ministre, ainsi que le remplacement des neuf membres de la Cour constitutionnelle, accusée de «collusion avec le pouvoir».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.