Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    L'Exécutif tangue    Loi électorale : un autre recadrage pour brider les votes ?    - Aït Ali l'automobile - Biden contre le mur - Le Cnes newlook - Le vaccin arrive, le printemps pas loin    Il a tancé plusieurs de ses ministres : Abdelaziz Djerad insatisfait du staff gouvernemental    Le procès de nouveau reporté    Le Hirak réinvestit la rue    Aït-Ali dénonce une «campagne de dénigrement»    Le procès de l'autoroute Est-Ouest renvoyé    Bientôt des marchés de gros des dattes    "La situation du barrage de Taksebt demeure inquiétante"    Exportation des services numériques algériens    Instauration d'un pouvoir exécutif intérimaire en Libye    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Démission de la gouverneure générale    La Centrafrique proclame l'état d'urgence    HRW demande une enquête "rapide et impartiale"    Trois activistes retrouvent la liberté    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Décès de l'ex-joueur Mohamed Zaoui    La Tunisie s'impose sur le fil et s'offre une finale contre l'Algérie    "J'y suis, j'y reste !"    Zemmamouche, une année sans jouer !    Le Zamalek sans Mustapha Mohamed et Hussein El-Shahat contre le MCA    Le processus s'accélère    Les syndicats mitigés    Une plateforme pour suivre les travaux de Seaal    Enième engagement pour la livraison des projets de réhabilitation des 5 hôtels du secteur public    Le secteur sur un brasier    Colonisation de l'Algérie : de la repentance, non, des excuses officielles, oui !    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    ...CULTURE EN BREF...    Béjaïa "La perle de la Méditerranée"    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Le Liban restitue deux icônes religieuses du XVIIIe siècle à la Grèce    CHAN-2021 : La décantation tarde à se faire    Projet d'extension d'une usine à Tlemcen : Gel pour une histoire d'eau    LA CRISE ET LES ESPOIRS    Fonds de garantie des crédits FGAR: Accompagnement d'une trentaine de PME en 2020    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    L'ENTERREMENT DES VIVANTS    Organisation de la Omra: Près de 500 agences de voyages candidates    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    "Ni repentance ni excuses"    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nucléarisation rampante
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 08 - 2020

Les Emirats arabes unis sont le premier pays arabe à faire son entrée dans le club très sélect des 33 pays « nucléarisés ». Par prestige, par besoin de renforcement de ses sources énergétiques, comme le laissent entendre les officiels de ce pays, ou par volonté de dissuasion contre toute menace militaire, ou peut être encore pour toutes ces considérations dans leur ensemble, les Emirats arabes unis ont réussi là où beaucoup de pays arabes patinent. En démarrant le premier des quatre réacteurs nucléaires de la centrale Barakah, les Emirats arabes unis ont-ils appuyé sur le bouton d'incitation pour d'autres pays du Proche-Orient à s'engager dans la course au nucléaire ?
Plusieurs paramètres plaident désormais en faveur d'une course débridée de l'influence US dans la région, avec un Iran plus que jamais offensif dans son programme nucléaire suite au retrait des Américains de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien, ainsi que leur incapacité de sanctionner le programme nucléaire israélien, voire leur complicité dans le développement de ce programme. Bientôt, plus aucun pays de la région du Proche-Orient ne pourra accepter cet interdit nucléaire. Et, l'argument de son utilisation pour des besoins civils, la production d'électricité ou dans d'autres domaines d'application de recherches scientifiques, de production d'isotope pour la médecine et l'industrie, sera avancé par tous les prétendants à se doter de la technologie nucléaire. Déjà, on sait pertinemment que de nombreux pays ont des bases assez solides pour entrer en possession de réacteurs nucléaires, à l'enseigne de la Turquie qui compte à son actif des travaux préliminaires sur un programme d'énergie nucléaire civile, l'Egypte qui a signé avec les Russes, en décembre 2017, un contrat final pour commencer les travaux de construction de la première centrale nucléaire égyptienne, la Jordanie qui a son réacteur nucléaire de recherche et même l'Arabie Saoudite qui veut bien avoir entre ses mains la force dissuasive face à la menace nucléaire, iranienne notamment, plutôt que de compter sur la seule garantie de sécurité américaine.
Bien sûr, il y a également l'Algérie, dotée de sites dédiés à des fins civiles. L'Algérie était parmi les pays arabes les plus avancés dans ce domaine. Les deux voisins également, le Maroc et la Tunisie, ne sont pas en reste dans cette course au nucléaire, puisque les deux pays, malgré une expertise scientifique et technique limitée dans le domaine nucléaire, ne veulent pas lâcher le morceau, le premier faisant preuve d'une volonté politique claire de développer l'énergie nucléaire, en tirant profit des 7 millions de tonnes d'uranium à récupérer à partir de l'acide phosphorique dont il dispose, et le second a lancé, il y a quelques années déjà, une étude préliminaire de faisabilité économique et technique d'un réacteur nucléaire. Qui peut rester à l'écart de cette nucléarisation rampante cachant mal le prétexte de sa puissance militaire ? La seule et unique solution consisterait à abandonner le nucléaire par tous les pays, sinon tôt ou tard la situation échapperait, sous la légitime souveraineté, à tout contrôle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.