El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dormir pour nous reposer de vivre !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 08 - 2020


C'est l'histoire à ne jamais enseigner dans les bahuts- de H'mida Sloughi, l'homme par qui le miracle arriva sous un ciel faussement serein. Né lorsque Boumediene n'était pas encore mort, H'mida Sloughi fit ses premiers pas dans la vie au moment où Ben Bella n'était pas encore libre. Entré à l'école publique sous l'ère «regrettée» de «ragda oua t'manndji», il vit le stylo prendre le large sans jamais avoir réussi à le rattraper. Mi-alphabétisé, mi-abêti, H'mida Sloughi, arrivé à l'article de la mort, se souvint de son camarade de classe devenu, lui, ministre du Rêve national et lui écrivit une lettre dont voici à peu près le contenu à ne surtout pas lire sans binocles anti-brouillage. «Moi H'mida Sloughi, je suis né exactement trois jours et demi avant le 1er novembre 54. Heureux de voir mon pays goûter au soleil trop brillant de la liberté, j'appris que la culture du partage était le meilleur remède pour guérir un peule fatigué de l'injuste joug colonial. Bercé par la musique envoûtante de notre Dali à nous, je vis arrivé au pouvoir un homme qui voulait faire de tous les enfants du pays des médecins, des avocats, des ingénieurs et même des cosmonautes. Il ne voulait ni riche ni pauvre, mais juste une société «clean» où le berger et le khamess n'ont pas droit de cité. A la fin des seventies, cet homme pas comme les autres mourut et je vis arriver l'ère «maudite» de «Dormez tous pour mieux vous reposer !». Ravi par tant de faste et de richesse offerts à un peuple mis au repos éternel, j'assistai, effaré, à la banqueroute de mon pays, obligé de réclamer des sous pour manger à nos ennemis d'hier, juste pour ne pas voir le peuple crever de faim et de désespoir. J'avais presque vingt ans. Ensuite, le pays voulut s'essayer sans prendre goût à cette «mode» dangereuse que d'aucuns appellent la démocratie. Entré dans un tunnel sans bout, tout le monde dégaina l'arme qu'il pouvait et le pays plongea dans une longue nuit douloureuse. J'avais 45 ans quand un siècle flambant neuf pointa le bout de son nez. Je vis le pays retrouver un peu de sa superbe perdue et de ses flouzes dilapidés. Arrivèrent, ensuite, les projets herculéens qui propulsèrent le pays au seuil des pays émergents au-dessus du lot des peuples à la traîne du développement. Je me mis à rêver debout du métro d'Alger, de la première voiture algéro-algérienne, d'un prix Nobel pour Assia Djebar, du retour à la vie de l'Emir Aek, d'El-Anka, de Malek Benabi, de Med Boudiaf, de Aek Alloula, de Hassan «Terro». J'avais 50 ans déjà. Au milieu des années deux mille, je me rendis compte que mon pays pouvait encore faire mieux. Comme un élève qui progresse à l'école avec une mention «passable» apposée sur son bulletin. Avec des caisses pleines aux as, le Smig monte à l'équivalent mensuel de dix repas et un dîner pour une famille de quatre personnes. Jusqu'au jour où surgit comme un feu follet le but de Riyadh Mahrez le légendaire pour faire chavirer de bonheur cru un peuple longtemps sevré de joie et de raison de vivre. Aujourd'hui, j'ai l'âge pour m'apprêter à quitter ce monde et je rêve de conduire la première voiture algérienne pour fermer les yeux à jamais et emporter dans ma tombe un rêve que je crus irréalisable !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.