Tottenham : Mauvaise nouvelle pour Son Heung-min    Fatma-Zohra Zerouati élue à la tête du parti TAJ    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Adel Kansous installé dans sa nouvelle fonction de PDG de l'ANEP    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Le procès en appel de Ali Haddad reporté au 11 octobre    Accidents de la route: 6 morts et 390 blessés en une semaine dans les zones urbaines    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    Covid-19: 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès    Ferhat buteur face au RC Lens    ANSEJ : Large mouvement au niveau des directions d'annexes    Le MSP décide de voter "Non" à la révision constitutionnelle    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    RAGE : 900 cas et 15 décès en Algérie en 2019    MOSTAGANEM : 100 logements sociaux et des questions à Fornaka    SIDI BEL ABBES : Commémoration de l'assassinat des 11 enseignantes    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    Schalke 04 : Bentaleb voit son entraineur se faire limoger    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Ces nids à problèmes    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    "On veut nous neutraliser !"    Les locataires tirent la sonnette d'alarme    Les travaux traînent en longueur    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    La Foire du livre de Francfort invite les libraires pour une formation    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    FC Barcelone : le grand «Koemancement»    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    AS Aïn M'lila: Un retard considérable à rattraper    LES CROCS AIGUISES DE LA REALITE DES PRIX    Faire le pied de grue devant un distributeur fâché    Tlemcen: Un nouveau quota d'eau pour les terres agricoles de Fehoul    Massacres du 17 octobre 1961: Une Association française demande la reconnaissance du crime    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    L'avis des experts    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'instit, l'obole et la révolution
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 08 - 2020

Paroles d'enfant : «Je ne retournerai pas à l'école parce qu'à l'école, on m'apprend des choses que je ne sais pas» ! « Le bac algérien est l'équivalent de la première année secondaire dans le reste du monde », reconnaît, sans coup férir, l'Inspecteur général de la pédagogie au ministère de l'Education. Il s'agit là d'une fable -qui dit vrai-, à ne pas raconter la nuit aux cancres ni à ceux pour lesquels l'école reste le «lieu-dit» le plus reculé du pays. Avec le désespoir d'un condamné à l'échafaud, Larbi apostrophe le chroniqueur, l'air comme paumé : «Mais pourquoi notre instit ne revient plus occuper nos garnements du douar, leur bourrer le crâne de choses qui ne font plus nourrir nos vaches, ni cuire notre pain bénit»? C'est alors que Larbi décida de réunir les sages du douar pour juger, sans plus attendre, cet instit aux idées «rémunérées» par des sous faussement neufs, pour s'expliquer avec lui sur les vraies raisons de son «échec» annoncé... Et Larbi posa des questions qui veulent dire à peu près cela :
- Pourquoi, toi le mouaâlim, tu ne réussis plus à apprendre à nos mioches que «l'art» d'investir dans la rue pour divorcer d'avec une école qui n'apprend plus à vivre. Pourquoi as-tu abandonné d'échanger ta culture «lucrée» contre nos incultures tenaces. Ta lecture contre nos injustes conjectures. Ton écriture contre nos terres incultes. Et tes bâtons en plâtre moulés contre le tableau noir de nos vies délavées... ?
- C'est parce que je suis en grève Monsieur Larbi...
- Et ça veut dire quoi une grève, cette idée satanée, sortie tout droit de vos esprits enkystés ?
- Une grève, c'est une façon de s'arrêter pour mieux marcher Monsieur Larbi. Reculer pour mieux avancer. Baisser l'échine pour mieux muscler ses vertèbres fatiguées. Vous savez, M. Larbi, un instit, c'est un homme lui aussi. Son métier, c'est d'abord de servir de levure dopée à la dignité trop plate de l'autre. Lui apprendre la vie à l' (en) droit. Un instit, à part son souci de ne plus manger de pain noir, c'est aussi apprendre aux autres à mieux respecter son pain blanc. Un instit, ça peut même ouvrir les yeux, faire apprendre des «choses» qu'il ne faut pas... Avec le risque de vous faire casser le nez... et votre «grosse» gueule. Perdre votre job, aussi inutile qu'une fausse prière. Un instit, ça peut, aussi, faire monter très haut les autres, pour se retrouver, lui, au bas de l'échelle brisée. Apprendre aux autres à compter jusqu'à l'infini quand lui, il n'a jamais rien compté que des bûchettes cassées. Oui, un instit, ça peut vous donner un passeport pour traverser la terre et la mer, et même le ciel, pour se noyer, lui, dans son rêve confisqué et son métier rapetissé.
- Et que nous voulez-vous avec votre maudit métier ?
- Simplement, défendre une profession chèrement payée, mais pas bien rémunérée...
- Encore des sous, des sous et encore des sous ! Et ce n'est pas de la boulitique tout ça, avec vos têtes grosses comme nos brebis pleines et vos poches (dé) vidées comme nos espoirs trahis ?
- Non, non, rien de tout cela. Notre seul espoir, à nous autres, c'est de faire de l'Ecole une sorte d'hosto où ne rentrent que les gens qui ont du cran, pour en sortir comme des chiffes molles !...
- Taisez-vous ! Faites-moi sortir cet abusé SVP, tranche Larbi, incisif comme un canif. C'est vrai que j'ai oublié que l'obole a toujours retardé les révolutions !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.