Abdallah Djaballah appelle au boycott des produits français    Trois anciens walis dans la tourmente    Les délires d'un haineux    Le Mouloudia se neutralise en amical avec les U20 (3-3)    Anthar Yahia satisfait des conditions du stage à Mostaganem    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Benbouzid ne cache plus ses inquiétudes    Plusieurs projets de raccordement au gaz et à l'électricité    Bordj Bou Arréridj : La SDE revient à la charge    Le projet de l'amendement constitutionnel "un défi dicté par les aspirations du peuple''    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Le projet accorde un "privilège constitutionnel" aux communes manquant de sources de financement    Convalescence    Suivre les consignes ou se tirer !    Samir Karim Chaouche nouveau président    GEST-IMMO (AADL) : Prestataire de service ou coquille vide ?    L'Algérie réitère son soutien "inconditionnel" à la cause palestinienne    Regagner sa position    Un fléau à Mostaganem    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Bibliothèque principale de lecture publique «Assia Djebar» à Tipasa : «Nous remercions Mme Sebbah Saâdia pour avoir fait aimer le livre à nos enfants»    Le Soudan se rapproche d'Israël    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    10 décès et 250 nouveaux cas    Ni détecteur de température ni gel désinfectant    Exercice de simulation d'un séisme    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    Novembre qui rassemble, Novembre qui divise    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    L'élection présidentielle anticipée fixée au 10 janvier    L'Ethiopie dénonce des "menaces belliqueuses" de Trump    La passion retrouvée    Man City : Mahrez revient sur son transfert raté à l'OM    Les conséquences de la consommation des farines raffinées    Le foncier industriel sous la loupe    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    Et l'ennui naquit à l'université !    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Nouveaux bacheliers: Début des préinscriptions    L'ISSUE DES BRAVADES    Dernière ligne droite du mercato estival    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arabie saoudite: La omra reprendra à partir du 4 octobre
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 09 - 2020

La Omra, va progressivement reprendre à partir du 4 octobre, a annoncé mardi le ministre saoudien de l'Intérieur. Dans une première étape, «6.000 citoyens (saoudiens) et résidents (étrangers) du royaume seront autorisés chaque jour à faire la Omra, à partir du 4 octobre», indique le ministère dans un communiqué publié par l'agence de presse officielle saoudienne SPA. Les pèlerins venant de l'étranger seront, eux, autorisés à partir du 1er novembre, quand le nombre de pèlerins admis s'élèvera à 20.000 par jour, ajoute le ministère.
La décision de reprendre l'Omra a été prise pour répondre aux voeux «des musulmans du pays et de l'étranger» de pouvoir se rendre dans leurs lieux saints, a déclaré le ministère de l'Intérieur. La mesure concerne les deux villes de La Mecque et de Médine, les deux premiers lieux saints de l'islam. L'Arabie saoudite avait suspendu «temporairement» début mars la Omra, qui attire chaque année des millions de pèlerins en Arabie saoudite et peut être entrepris tout au long de l'année.
Il s'agissait d'une mesure inédite destinée à prévenir la propagation du nouveau coronavirus. Les autorités avaient également décidé de revoir à la baisse le Hadj, qui a eu lieu cette année entre fin juillet et début août. Seuls une dizaine de milliers de fidèles, résidant en Arabie saoudite, ont pu effectuer ce grand pèlerinage, contre quelque 2,5 millions venus du monde entier en 2019.
«Un double effort»
La décision des autorités saoudiennes risque de priver l'Arabie saoudite d'importants revenus, alors que Ryad espérait pouvoir accueillir tous les ans 30 millions de pèlerins d'ici à 2030. Les autorités sanitaires ont déclaré qu'aucun cas de coronavirus n'avait été signalé sur les lieux saints pendant le Hadj. Les pèlerins ont fait le tour de la Kaaba le long de chemins préservant la distance physique. Ils étaient également soumis à des contrôles de température réguliers et tenus de se mettre en quarantaine obligatoire après le rituel. Le roi Salmane, qui dirige le royaume à 84 ans, a déclaré que la tenue du Hadj en pleine pandémie nécessitait «un double effort» de la part des autorités saoudiennes.
Le Hadj et de la Omra représentent un défi logistique énorme, avec des foules colossales s'entassant dans des lieux saints relativement petits, les rendant vulnérables à la contagion. Le royaume a cherché à contenir un pic d'infections sur son territoire, avec désormais plus de 330.000 cas - le plus élevé du Golfe - et plus de 4.500 décès. Mais plus de 312.000 personnes infectées sont déclarées guéries à la date de ce mardi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.