Référendum constitutionnel : début du vote dans les bureaux itinérants de zones reculées au sud    West Ham : Des débuts frustrants pour Benrahma    La manifestation pacifique à El-Guerguerat contrecarre les plans du Maroc    Référendum : affluence appréciable dans les bureaux de vote au Royaume-Uni et en Irlande    Le wali d'Alger inaugure le parking à étages et la station multimodale de la commune de Kouba    Coronavirus: 291 nouveaux cas, 187 guérisons et 8 décès    L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Les opérations de Hammam N'baïl et Medjez Sfa, une proclamation du déclenchement de la révolution à Guelma et Souk Ahras    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Début du vote pour les nomades    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Les islamistes reviennent à la charge    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    30 nouveaux notaires prêtent serment    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi et comment faire participer le citoyen résidant à la gestion de la ville ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 09 - 2020

Tout d'abord ; compte tenu des grands enjeux de l'environnement : social, culturel, économique existants dans les grandes villes et les états d'opinions qui se forgent dans l'esprit des gens ; une ville dont sa population dépasse 200.000 habitants devient ingérable si l'on ne procède pas à un découpage administratif en secteurs urbains ou en arrondissements administratifs, selon la formulation, afin de permettre à l'administration d'être plus proche de l'administré et faciliter, par voie de conséquence, aux gestionnaires de mieux cerner les préoccupations des citoyens résidants.
Certes ; cette décentralisation est nécessaire à une bonne gouvernance. Mais de nos jours, la priorité des priorités dans la gestion des villes : c'est le citoyen en tant qu'acteur social . Il ne faut plus se contenter de considérer le résidant seulement comme un simple usager mais aussi comme un acteur citoyen appelé à participer à la gestion de sa ville en tant que force de consultation et de proposition.
Ces citoyens issus de la société civile de proximité ; c'est-à-dire des comités de quartiers, n'aspirent ni aux honneurs, ni aux subventions .Ils réclament juste un cadre de vie meilleur pour eux et leurs enfants : la sécurité, l'hygiène, une crèche, un espace vert pour leurs enfants, des transports en commun convenables, une voirie praticable, le respect de l'urbanisme compte tenu de cahier des charges du quartier, enfin tout ce qui est nécessaire à un cadre de vie meilleur.
Les membres de ces comités de quartiers issus de toutes les couches sociales : fonctionnaires , ouvriers , artisans, universitaires et professions libérales, sont disponibles, bénévoles sans arrières pensées politique politicienne , prêts à participer à la gestion de leur ville en tant que force de consultation et de proposition dans un cadre de considération et de respect mutuel, face à des interlocuteurs crédibles : c'est à dire disposés à l'écoute et au dialogue et non pas à un scribouillard sans conscience professionnelle ou à un élu qui a une conception peu orthodoxe de la mission dont il s'est accaparée dans des conditions qui laissent à désirer.
Aussi ; l'officialisation de cette participation est indispensable pour sa réussite .Elle permettrait aux gestionnaires de s'y conformer et aux citoyens de prendre
conscience que c'est un devoir, une obligation morale, même un droit de participer à la gestion de sa ville.
Cette participation de la société civile peut se présenter sous forme de deux conseils consultatifs : l'un de l'environnement et de l'urbanisme ; l'autre social, culturel et économique.
Le rôle de ces deux conseils consultatifs est d'exprimer les préoccupations du citoyen par des avis et des propositions, ce qui renforcerait par voie de conséquence, la confiance de l'administré envers l'administration.
*Ancien D E C. Ancien membre du conseil National Economique et Social de 1994 à 2005.
Note :
Cette expérience a déjà été initiée par la DEC pendant la décennie noire avec le concours spontané et désintéressé des comités de quartier qui ont occupé le terrain laissé vacant par certaines associations qui avaient auparavant pignon sur rue.
Cette contribution des comités de quartier dans la gestion de la ville a été très positive, elle a permis de renforcer la confiance de l'administré envers l'administration, d'une part et s'est opposée à toute logistique des forces du mal dans les différents quartiers, d'autre part. De sorte qu'ORAN a été surnommée à l'époque «la SUISSE» à cause de la sécurité et du vivre ensemble qui existaient par rapport aux autres grandes villes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.