Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





M6, La petite chaîne qui «mente» !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 09 - 2020

Après France 24, après «France 5» , c'est au tour de «M 6», la petite chaîne qui continue, à tout prix, à vouloir monter encore «plus haut» , de consacrer une émission spéciale à l'Algérie (dimanche 20 septembre 2020), centrée sur les manifestations du Hirak, sur la mal-vie des jeunes, sur le voile «islamique», sur la qualité des logements nouvellement construits , sur la harga, sur la liberté d'expression... bref, sur tout ce qui lui semble ne pas aller chez nous comme si, actuellement, nous avions le monopole des conflits et des troubles sociaux et sociétaux, et comme si en France, au Maroc , en Israël ou aux Etats- Unis et ailleurs , il n'y avait pas des problèmes bien plus graves. Bien-sûr, il n'y a pas que du faux mais on sait bien qu'en matière de tripatouillage informatif, le mensonge qui suit passe toujours mieux, tout particulièrement chez ceux qui «ont une dent» contre le «Système»
L'émission (animée par Bernard de La Villardière, un ancien de Médi 1/Tanger et produite par sa société et personnage qui veut, disent les mauvaises langues du Paf, «percer» et , de plus, est taxé d'islamophobe et même de raciste) , annoncée bien longtemps à l'avance, cherchait, évidemment , à mobiliser le maximum de téléspectateurs, les millions d'Algériens de l'Hexagone, dont beaucoup ont «soif et faim du pays», suite à l'impossibilité d'y aller en vacances pour cause de Covid-19, ainsi que les millions d'autres , d'ici et d'ailleurs.
Et ce n'est pas fini. Car, il paraît qu' «Arte» préparerait aussi une émission sur les mêmes thèmes.
Décidemment, il est dit que nous n'arriverons jamais à nous débarrasser de ce sur-intérêt médiatique parfois (faussement ?) amical, souvent franchement méchant, mais toujours orienté - qui nous est porté par les «ultra-méditerranéens». D'ailleurs, Cyril Hanouna et Valérie Benaïm de Tpmp /C8 et bien d'autres de l'Hexagone ont dénoncé la «manipulation et le «non professionnalisme» de l'«Enquête exclusive : L'Algérie, le pays de toutes les révoltes».
Si, dans les années 60 et 70, la guerre étant très proche, on pouvait comprendre les raisons de la rancœur droitière avec ses militants d'origine pieds noirs et/ou harkie ; si dans les années 80 et 90, on pouvait comprendre les raisons de la haine revancharde giscardienne puis socialo-mitterrandiste (allant jusqu'à être favorable aux islamistes, par la suite accueillis à bras ouverts, et à nous menacer d'un droit d'ingérence) ; si dans les années 2.000, on pouvait comprendre les raisons de la rapacité affairiste et françafricaine (dérangée par la nouvelle percée en Afrique et en Algérie de la Chine, de l'Allemagne , de la Turquie... entre autres) , depuis peu, on se perd en conjectures quant à l'inimitié actuelle. Due à des groupes de pression politiques ? À des groupes de pression économiques ? À des groupes de pression militaro-industriels ? À des groupes de pression étrangers ? Ou, tout simplement, à la suffisance gauloise nostalgique, mal contrôlée, xéno-suprémo-raciste, ayant perdu, depuis bien longtemps, toutes les guerres du 20ème siècle, dont celles coloniales et, à chaque fois, sauvée par une aide étrangère, n'ayant plus de «potion magique», et n'arrivant plus à gérer convenablement les multiples contradictions internes d'une société qui a changé et évolué très rapidement et qui veut se «rattraper».... De tout un peu, un peu de tout ! Mais là n'est pas le problème. Car cela ne nous regarde pas !
Le problème, avec certains Français tout particulièrement (pas avec la France des idéaux de 1789, des Arts et de la Culture, de la bonne cuisine , des belles femmes, de la diplomatie officielle et celle des hôpitaux si recherchés par certains de nos décideurs ) est que nous tombons dans le piège de la réaction épidermique, criant à chaque fois, au complot «ourdi» par..., et que nous répondons par des mesures toujours catégoriques. Ainsi, M6 est désormais «interdite» en Algérie, ce qui n'empêchera personne de regarder ses émissions captées facilement en Algérie. Pour ma part, j'adore «Scènes de ménages». Dommage seulement que le couple mixte - avec son «noir» au chômage - ait été «éliminé».
Et, ses dirigeants vont certainement «surfer» sur la crise - longue ou courte mais passagère, on le sait bien - pour élargir leur audimat et augmenter leurs bénéfices. Ils sont connus pour ça. Il s'agissait seulement, à mon avis, et c'est ce qu'on s'escrime à dire (et à écrire), déjà depuis les années 70, de sortir de la «gestion hyper-sécuritaire» de l'information destinée au grand public, produite tant par la presse nationale que par la presse étrangère (accréditée en Algérie); et de mettre en place, bien entendu, une régulation claire et transparente exercée par l'Etat à travers des organes désignés ou élus pour ce faire. Et , ne plus abandonner la société civile en la laissant se «dépatouiller» entre un système national d'information «hybride».... qui accepte , entre autres -depuis plusieurs décennies- d'un côté un paysage audiovisuel animé par une cinquantaine de télés «informelles», souvent peu «ragoûtantes» et qui, de l'autre côté, refuse d'accepter (en multipliant les avis et les lenteurs bureaucratiques) que des journalistes étrangers puissent voyager et travailler librement - après accréditation rapide et claire comme dans tous les pays du monde, ou presque et, bien-sûr, dans le cadre de la réciprocité - ou que des «fixeurs» (note : ce sont des précurseurs - ou guides- en principe nationaux qui «préparent» le terrain) algériens pourtant «déclarés» puissent gagner en toute transparence leur vie ou de presque interdire de photographier comme on veut - pour le plaisir touristique -des sites, pourtant filmés, sous toutes leurs coutures, par les satellites. Le ministère en charge de la Communication a promis, pour bientôt, des changements à travers des textes amendés ou nouveaux. Être rapide et réactif en matière de contrôle et de prévention, c'est bien. L'être aussi en matière d'organisation (dont la fameuse carte de presse que j'estime, peut-être pas toujours utile mais absolument nécessaire) et de libération des activités et des initiatives, c'est encore mieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.