Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Verdict le 14 octobre: 12 à 15 ans de prison requis contre «Mme Maya», Ghazi, Zaalane et Hamel
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 10 - 2020

Le procès de Nachinache Zoulikha-Chafika, dite «Maya», jugée pour des affaires de corruption, s'est poursuivi jeudi après-midi au Tribunal de Chéraga (Alger) par les plaidoiries de la défense. L'affaire de Nachinache Zoulikha-Chafika (connue comme étant Madame Maya), concerne aussi ses deux filles Imène et Farah, qui comparaissent en liberté, ainsi que Abdelghani Zaalane et Mohamed Ghazi (et son fils Chafik), poursuivis respectivement en qualités d'ex walis d'Oran et de Chlef, et l'ancien directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel. Les griefs retenus contre les accusés sont notamment «blanchiment d'argent», «trafic d'influence», «octroi d'indus avantages», «dilapidation de deniers publics», «incitation d'agents publics pour l'octroi d'indus avantages» et «transfert illicite de devises vers l'étranger». Ouvert mercredi, le procès s'est poursuivi jeudi d'abord par les questions des avocats adressées aux accusés et par l'audition des témoins. La principale accusée, Zoulikha-Chafika, femme d'affaires qui active dans le domaine de l'investissement, a indiqué, en réponse à une question sur ses liens avec l'ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qu' «une relation très fusionnelle liait son défunt père, un moudjahid, à Bouteflika avant même qu'il ne soit Président».
Ses deux filles ont aussi évoqué une «forte relation d'amitié» qui «liait leur grand-père et Abdelaziz Bouteflika depuis très longtemps, et depuis l'époque où il était ministre». Zoulikha-Chafika a reconnu que les facilités pour la réalisation de projets d'investissement, ont été obtenues par «l'intermédiaire et le biais de l'ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika et non pas via son secrétaire particulier», Mohamed Rougab, présent au procès comme témoin. Affirmant qu'elle était en «contact direct» avec l'ancien président Bouteflika, l'accusée a toutefois nié qu'elle se présentait aux walis des régions concernés comme étant la fille du Président, mais plutôt comme «Mme Maya Belayachi», Nachinache étant son nom de jeune fille. Mohamed Rougab a, de son côté, indiqué que la concernée «n'a jamais été reçue par l'ancien président au siège de la présidence de la République», affirmant l'avoir reçu, lui même, «qu'une seule fois à la Présidence en 2004". Il a ajouté qu'il l'avait présentée à Mohamed Ghazi, ex wali de Chlef, comme «madame Maya tout court», pour le projet de rénovation d'un parc d'attractions à Oum Droue. Il a souligné aussi que «c'était le président Bouteflika qu'il l'avait chargé de la présenter à l'ancien wali de Chlef et non son frère et conseiller, Said Bouteflika».
Le procureur général près le Tribunal de Chéraga a requis jeudi une peine de 15 ans de prison ferme assortie d'une amende de 6 millions de DA contre Nachinache Zoulikha-Chafika, et des peines de 15 ans de prison ferme assorties d'une amende d'un million de DA contre Mohamed Ghazi et Abdelghani Zaalane. Des peines de 10 ans de prison ferme assorties d'une amende de 6 millions de DA ont été requises contre les deux filles de «madame Maya», Imène et Farah, qui comparaissent en liberté. Une peine de 12 ans de prison ferme assortie d'une amende d'un million de DA a été requise contre l'ancien directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel.
Des peines allant de 5 à 12 ans de prison ferme ont été requises contre les cinq autres accusés dont Chafik Ghazi, le fils de Mohamed Ghazi (5 ans et une amende de 500 milles DA), et l'ancien député à la retraite, Omar Yahiaoui, qui se trouve en fuite à l'étranger, (10 ans et une amende d'un million de DA). La défense de la partie civile a fait savoir que les pertes causées au Trésor public dans cette affaire sont estimées à plus d'un milliard de DA. Enfin, le verdict, sera rendu le 14 octobre, a indiqué hier le président de la séance à l'issue des plaidoiries de la défense.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.