Réunion du gouvernement: Dessalement et urbanisme au menu    Domiciliation bancaire: Des importateurs veulent plus de concertation    Pouvoir pour savoir    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Football - Ligue 1: Une étape décisive    Dr Elias Akhamouk: «L'Algérie pas à l'abri de la variole du singe»    Une saison estivale sous haute surveillance: Un dispositif de lutte contre les MTH et les zoonoses    Les dos d'âne et la responsabilité de chacun    Le miroir de l'Histoire    L'Art est moins un métier qu'un beau voyage    ECRITS FRATERNELS    Le métro d'Alger voit le bout du tunnel    Les Algériens visent le podium    Le Barça galère dans son opération de dégraissage    La vente approuvée    Quand les Américains surfent à Alger    Algérie-Italie : il n'y a pas que le gaz    Le sort du député Bekhadra scellé    L'ANP fait son bilan    Démantèlement d'un réseau national d'organisation de traversées clandestines    «L'Algérie est notre partenaire stratégique»    L'Amérique sous le choc    La Russie exige la levée des sanctions    Le commandement de la Wilaya III revisité    Rien n'est interdit entre Alger et Rome    Plus de 100 écrivains présents    Flambée des prix du carburant au Maroc: les transporteurs de marchandises menacent d'une grève nationale    Le Président Tebboune rencontre à Rome des représentants de la communauté algérienne établie en Italie    Sétif: lancement des services de la finance islamique dans deux agences de la BEA    L'ONU et l'UA appelées à assumer leurs responsabilités envers le peuple sahraoui    L'émir Abdelkader a unifié les Algériens dans la lutte contre le colonisateur français    Belmehdi: tous les secteurs "mobilisés" pour la réussite de la saison du hadj    Tennis de table/Coupe d'Afrique : quatre pongistes algériens présents au Nigéria    APN : les députés adoptent le projet de loi sur les procédures de saisine et de renvoi devant la Cour constitutionnelle    Le Président Tebboune quitte Alger à destination de l'Italie    ANP: 4 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Algérie-Tunisie: la coopération consulaire passée en revue à Tunis    "Mamlaket el hacharat", un spectacle pour enfants sur les valeurs de la "solidarité" et la "vérité" entre individus    Man City : "Nous versons le salaire que nous pouvons à Haaland"    Klopp désigné entraineur de l'année en Angleterre    Belani: Les régimes marocain et israélien ont le même ADN    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    Ligue 1 - Mise à jour: Une dernière chance pour l'Entente    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Le procès a failli «dégénérer»    La démonstration des Forces navales    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Affaire Mme Maya : le procès se poursuit par les plaidoiries de la défense
Publié dans Algérie Presse Service le 09 - 10 - 2020

Le procès de Nachinache Zoulikha-Chafika, dite "Maya", jugée pour des affaires de corruption, s'est poursuivi jeudi après-midi au Tribunal de Chéraga (Alger) par les plaidoiries de la défense.
L'affaire de Nachinache Zoulikha-Chafika (connue comme étant Madame Maya), concerne aussi ses deux filles Imène et Farah, qui comparaissent en liberté, ainsi que Abdelghani Zaalane et Mohamed Ghazi (et son fils Chafik), poursuivis respectivement en qualités d'ex walis d'Oran et de Chlef, et l'ancien directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel.
Les griefs retenus contre les accusés sont notamment "blanchiment d'argent", "trafic d'influence", "octroi d'indus avantages", "dilapidation de deniers publics", "incitation d'agents publics pour l'octroi d'indus avantages" et "transfert illicite de devises vers l'étranger".
Ouvert mercredi, le procès s'est poursuivi jeudi d'abord par les questions des avocats adressées aux accusés et par l'audition des témoins.
La principale accusée, Zoulikha-Chafika, femme d'affaires qui active dans le domaine de l'investissement, a indiqué, en réponse à une question sur ses liens avec l'ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qu' "une relation très fusionnelle liait son défunt père, un moudjahid, à Bouteflika avant même qu'il ne soit Président".
Ses deux filles ont aussi évoqué une "forte relation d'amitié" qui "liait leur grand-père et Abdelaziz Bouteflika depuis très longtemps, et depuis l'époque où il était ministre".
Zoulikha-Chafika a reconnu que les facilités pour la réalisation de projets d'investissement, ont été obtenues par " l'intermédiaire et le biais de l'ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika et non pas via son secrétaire particulier", Mohamed Rougab, présent au procès comme témoin.
Affirmant qu'elle était en "contact direct" avec l'ancien président Bouteflika, l'accusée a toutefois nié qu'elle se présentait aux walis des régions concernés comme étant la fille du Président, mais plutôt comme "Mme Maya Belayachi", étant Nachinache son nom de jeune fille.
Mohamed Rougab a, de son côté, indiqué que la concernée "n'a jamais été reçue par l'ancien président au siège de la présidence de la République", affirmant l'avoir reçu, lui même, "qu'une seule fois à la Présidence en 2004".
Lire aussi: Affaire Maya: des peines allant de 10 à 15 ans de prison requises
Il a ajouté qu'il l'avait présentée à Mohamed Ghazi, ex wali de Chlef, comme "madame Maya tout court", pour le projet de rénovation d'un parc d'attractions à Oum Droue.
Il a souligné aussi que "c'était le président Bouteflika qu'il l'avait chargé de la présenter à l'ancien wali de Chlef et non son frère et conseiller, Said Bouteflika".
Les plaidoiries se poursuivront vendredi matin. Pour rappel, le procureur général près le Tribunal de Chéraga a requis jeudi une peine de 15 ans de prison ferme assortie d'une amende de 6 millions de DA contre Nachinache Zoulikha-Chafika, et des peines de 15 ans de prison ferme assorties d'une amende d'un million de DA contre Mohamed Ghazi et Abdelghani Zaalane.
Des peines de 10 ans de prison ferme assorties d'une amende de 6 millions de DA ont été requises contre les deux filles de "madame Maya", Imène et Farah, qui comparaissent en liberté.Une peine de 12 ans de prison ferme assortie d'une amende d'un million de DA a été requise contre l'ancien directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel.
Des peines allant de 5 à 12 ans de prison ferme ont été requises contre les cinq autres accusés dont Chafik Ghazi, le fils de Mohamed Ghazi (5 ans et une amende de 500 milles DA), et l'ancien député à la retraite, Omar Yahiaoui, qui se trouve en fuite à l'étranger, (10 ans et une amende d'un million de DA) La défense de la partie civile a fait savoir que les pertes causées au Trésor public dans cette affaire sont estimées à plus d'un milliard de DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.